Navigation – Plan du site

Présentation

Dominique Janicaud

Texte intégral

1Le fait que l'œuvre d'Emmanuel Levinas soit désormais mondialement reconnue ne signifie nullement qu'elle exprime “ l'esprit du temps ” et ne garantit pas qu'elle soit suffisamment comprise en ses présuppositions comme en ses enjeux.

2D'autre part, quel que soit le degré d'assentiment qu'on accorde aux thèses et aux thèmes de cette pensée, il serait déplacé de nier son caractère authentiquement philosophique, son élévation spirituelle et l'originalité de son style.

3Mais ces constats ne suffisent pas pour déterminer sur quelles pistes la recherche lévinasienne doit maintenant s'engager, alors que se sont déjà multipliés les ouvrages, les colloques, les publications de toutes sortes.

4Jean-François Mattéi, animateur du séminaire que je suis heureux de présenter ici, a parfaitement compris que l'heure n'était plus face à une pensée aussi riche et vivante que celle de Levinas, ni à des initiations scolaires ni à de trop répétitives paraphrases. En invitant des collègues qui figurent parmi les meilleurs spécialistes, il lance avec eux de nouvelles pistes de réflexion, dans un esprit de sympathie, mais aussi de réflexion critique et novatrice vis-à-vis d'une pensée dont la vigueur d'interpellation est ainsi réactivée sous plusieurs angles : la question des origines, la relation phénoménologique à la mort, les rapports à la politique, à la théologie, enfin à l'art. Selon tous ces points de vue, la philosophie de Levinas révèle de fécondes ambivalences : entre le Platon qui clôt la Cité sur son bel équilibre et le Platon qui invite l'âme à se dépasser au-delà de l'essence entre une tradition judaïque dont Levinas revendique hautement l'inspiration, mais qu'il entend maintenir à distance de son travail proprement philosophique, entre la négativité rationalisée de la mort et l'ouverture à sa passivité originaire, entre une politique réaliste et une “ autre politique ” messianique, entre une phénoménologie de la visibilité et sa remise en cause par une Altérité excédant toute présence, entre la réserve éthique envers l'art et l'accueil de son oblitération. Encore faut-il tenir compte, comme le précise Daniel Charles, d'une évolution de Lévinas n'excluant pas finalement une certaine convergence entre esthétique et éthique.

5Avec les sept textes qui suivent, ce numéro spécial honore déjà notre jeune revue et l'on peut espérer qu'il suscitera l'intérêt d'un large public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Janicaud, « Présentation », Noesis [En ligne], 3 | 2000, mis en ligne le 15 mars 2004, consulté le 23 juin 2017. URL : http://noesis.revues.org/5

Haut de page

Auteur

Dominique Janicaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org