Skip to navigation – Site map
I. La vie vécue et la vie expliquée

La question de la vie au début du xxie siècle

Michel Morange
p. 81-88

Full text

1Disparue pendant quelques décennies des écrits des biologistes, la question « Qu’est-ce que la vie ? » est à nouveau posée, tant dans les journaux scientifiques que dans les ouvrages de vulgarisation.

  • 1 Michel Morange (2006), « Les biologistes moléculaires face au problème de la vie », Rev. Quest. Sc (...)

2Nous avons analysé, dans d’autres publications1, le lien entre sa dispa­rition transitoire et l’essor de la biologie moléculaire. Rétrospectivement, l’absence de cette question n’a été qu’une brève parenthèse dans la longue histoire des sciences du vivant.

3Est-ce à dire qu’il n’y a rien de nouveau dans la manière dont la question est posée aujourd’hui ? Et que son statut – de question perpétuellement suspendue au-dessus de la tête de chaque biologiste, et à laquelle il se doit de répondre s’il ne veut pas voir sa discipline disparaître au profit des disciplines voisines – n’a guère évolué ? Nous souhaiterions, dans cet article, avancer une autre hypothèse : le retour de la question se fait de manière tout à fait nouvelle ; la vie est en train d’entrer, totalement et pour la première fois, dans le champ de la rationalité scientifique ; avec des conséquences philosophiques considérables.

Trois problèmes liés

4Se focaliser sur la question « Qu’est-ce que la vie ? » n’est pas immédiatement éclairant. Il est nécessaire de considérer simultanément deux autres questions directement liées : « Comment la vie est-elle apparue ? » et « Est-il possible de transformer les êtres vivants et d’en créer de nouveaux ? ». Les trois problèmes sont en effet étroitement associés : répondre à la question « Qu’est-ce que la vie ? » est aussi pouvoir proposer un scénario raisonnable pour son apparition, et être capable d’agir sur le vivant, voir même de le créer ex nihilo. La compréhension et l’action ont été étroitement liées dans le développement historique de toutes les sciences.

  • 2 Robert M. Hazen (2005), Genesis : The Scientific Quest for Life Origin,Washington, Joseph Henry Pr (...)

5Or aussi bien dans la question de l’origine que dans celle de l’action, la singularité de la période actuelle apparaît distinctement. Non que des scénarios pour l’origine de la vie, et des expériences visant à la recréer, ou du moins à la mimer en laboratoire, n’aient pas été proposés depuis presque un siècle, avec les premiers essais de biologie synthétique au début du xxe siècle et les modèles proposés par Oparin et Haldane dans les années 1920. Mais l’examen de l’ensemble des recherches poursuivies aujourd’hui sur l’origine de la vie livre une image tout à fait nouvelle. Même si ce domaine reste caractérisé par une grande diversité d’approches expérimentales et d’hypothèses avec des oppositions tranchées, et laisse encore la place à des hypothèses « farfelues » qui ne seraient pas acceptées dans d’autres branches de la science, il s’est néanmoins considérablement structuré depuis quelques années2. Il s’est transformé en un champ disciplinaire respectable et respecté. La question de l’origine de la vie est devenue une question scientifique, dont la solution apparaît, sinon à portée immédiate, du moins soluble au prix d’un investissement scientifique suffisant.

6De même, le vivant a toujours été modifié par l’action humaine. Une étape a cependant été clairement franchie avec l’essor du génie génétique. Il ne s’agit pas d’assumer les ambitions démesurées de certains partisans des manipulations génétiques. La thérapie génique rencontre de multiples difficultés, et certains projets, comme de produire des plantes captant directement l’azote de l’atmosphère restent… des rêves. Les organismes génétiquement modifiés les plus nombreux sont des bactéries manipulées pour produire des composés utiles aux industries chimique et pharmaceutique. Les seules plantes transgéniques à notre disposition sont des plantes résistantes aux herbicides et aux parasites : des modifications bien mineures au regard des ambitions affichées.

7Il n’empêche : il est possible aujourd’hui de transformer le vivant par une action plus ou moins bien contrôlée. La petitesse des pas franchis ne doit pas masquer la taille de la porte ouverte. La reprise récente du terme de biologie synthétique, tombé en désuétude depuis le début du xxe siècle, reflète bien la prise de conscience de ces potentialités nouvelles : agir sur le vivant jusqu’au point même de créer de nouvelles formes de vie.

8C’est donc dans le même optimisme que baignent les recherches sur l’origine de la vie et les travaux de biologie synthétique. Cette confiance dans le futur, peu soutenue encore par les résultats obtenus, pourrait être une illusion, une bulle qui se dégonflera dans les années qui viennent. Nous pensons cependant que ce ne sera pas le cas. Car, à côté de l’explosion des travaux sur l’origine de la vie et de l’apport des techniques du génie génétique, il nous semble qu’il y a aussi dans l’évolution récente des sciences – et de la philosophie des sciences – des éléments favorables à un basculement irréversible de la question du vivant dans le champ scientifique ; des obstacles ont disparu ; une approche scientifique moins arrogante permet dorénavant à la richesse pluridisciplinaire de jouer pleinement : ce qui, pour une question comme celle de la vie, est essentiel.

Des obstacles épistémologiques et philosophiques surmontés

  • 3 André Pichot (1993), Histoire de la notion de vie,Paris, Gallimard (coll. Tel).
  • 4 Hee-Jin Han (2004), Le programme de recherche vitaliste dans les sciences bio-médicales : une étud (...)

9Nous n’avons pas besoin, pour mieux saisir la portée des changements récents, de passer en revue l’ensemble des transformations des sciences du vivant depuis leur apparition dans l’antiquité3. Nous pouvons nous contenter de considérer les derniers siècles, après l’avènement d’une science moderne sous l’impulsion de Galilée et de Descartes. Depuis le milieu du xviie siècle, les sciences du vivant ont, à côté de leur rôle dans l’ordonnancement des formes vivantes, oscillé entre deux tendances opposées, et également paralysantes : nier, comme l’ont fait les iatro-mécaniciens à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, toute spécificité des phénomènes vivants, et réduire brutalement la complexité de ceux-ci à quelques mécanismes physico-chimiques simples – avec des succès très limités ; ou affirmer l’irréductibilité des premiers aux seconds, afin de pouvoir cantonner l’étude des phénomènes biologiques par les approches physico-chimiques là où elle se révélait en effet instructive ; quitte à écarter à tout jamais la question de la vie du champ de la connaissance scientifique. Ce fut l’attitude de certains vitalistes français, tel Bordeu4. Le principe de vie dont l’existence était ainsi supposée n’était guère différent de l’attraction universelle de Newton : « ce » dont il fallait accepter l’existence pour pouvoir expliquer les phénomènes naturels.

10L’attitude des biologistes moléculaires dans les années 1960 a actualisé cette tension sans la résoudre, ni permettre de la dépasser. Pour beaucoup de biologistes moléculaires, il n’y avait pas (ou il n’y avait plus) de secrets du vivant, puisque tous les phénomènes observés dans le monde vivant étaient le fruit de l’activité physico-chimique de macromolécules biologiques ; et, en même temps, le vivant était clairement distinct du non-vivant par l’existence d’une information génétique, et d’un code génétique permettant aux organismes d’utiliser celle-ci. L’usage non explicité du terme d’information génétique permettait de maintenir une certaine ambiguïté sur la « nature » de cette spécificité du vivant.

11Il nous semble que ce n’est pas tant une transformation interne à la biologie qu’une évolution philosophique, épistémologique et scientifique plus large qui a permis de surmonter l’obstacle précédent, et d’échapper à cette alternative paralysante. Deux idées ont peu à peu pénétré les esprits, et libéré la démarche scientifique : l’acceptation de la nécessité d’une pluralité explicative dans les sciences, et l’idée que du nouveau peut émerger dans un système naturel pourtant bien décrit. Chacune nécessiterait d’être longuement étudiée. Nous ne ferons ici que positionner quelques jalons pour de telles études, et renvoyer à des travaux plus spécialisés.

12La possibilité d’une pluralité explicative a trouvé un espace de liberté dans l’échec du projet physicaliste du Cercle de Vienne. Rebâtir la science sur des bases saines, c’est-à-dire les principes de la physique, se révéla être un projet impossible. Mais cette ouverture d’un espace de liberté philosophique n’aurait certainement pas suffit : c’est l’apparition de nouvelles sciences, en partie indépendantes de celles qui les avaient précédées, et qui pourtant se révélaient remarquablement efficaces dans le « maniement » de leurs objets qui eût l’impact majeur. Des disciplines comme la physique des solides ou l’informatique échappaient au carcan méthodologique des disciplines préexistantes. Avec leurs outils et leurs méthodes propres, elles se frayaient une place originale dans le paysage des disciplines scientifiques sans s’inquiéter outre-mesure de leurs relations, et même de leur compatibilité, avec leurs voisines. Cette modification du paysage scientifique ne fut pas facile : l’informatique eût, par exemple, du mal à se faire reconnaître comme science autonome, et non comme une simple branche des mathématiques appliquées.

13Au sein des sciences du vivant, la résistance de la théorie synthétique de l’évolution et, dans une moindre mesure, de l’écologie à l’emprise envahissante de la biologie moléculaire, démontra aussi la nécessité d’une pluralité explicative. Cette résistance à l’unification forcée ne se fit pas, non plus, sans difficultés. Beaucoup de biologistes moléculaires ne voyaient même pas l’existence de ces autres disciplines, et n’avaient aucune idée de la nature – différente – des explications qu’elles proposaient. Le résultat était néanmoins là : à côté de l’approche moléculaire réduc­tionniste survivaient, et même se développaient de manière brillante, des disciplines maniant des principes explicatifs totalement autres.

14Dans les années 1980 éclata un débat entre philosophes sur la possibilité – ou non – d’une unification des sciences. Si l’origine de ce débat est certainement à chercher dans une évolution interne à la philosophie des sciences, elle n’est certainement pas étrangère à l’évolution parallèle du paysage des disciplines scientifiques. L’ébranlement progressif, par le travail des analystes des sciences, de Karl Popper aux sociologues, des fondements de la connaissance scientifique, rendit sans doute cette acceptation de la pluralité explicative plus aisée.

  • 5 Michel Morange (2005), Les secrets du vivant : Contre la pensée unique en biologie,Paris, La Décou (...)
  • 6 Christophe Malaterre (2006), « Les origines de la vie : schèmes explicatifs et structure théorique (...)

15Pour la majorité des scientifiques – et apparemment aussi des philosophes – il n’est pas évident de savoir si le paysage présentement éclaté des disciplines scientifiques n’est qu’un état transitoire avant une unification ultérieure, ou une réalité incontournable qui ira en s’affirmant, et même en s’aggravant. La nature de la réponse à cette question ne modifie cependant pas l’attitude présente face à cette diversité explicative : les efforts doivent viser à la réduire en articulant ces schèmes explicatifs différents, non à chercher – au moins immédiatement – une illusoire théorie unificatrice. Nous avons analysé ailleurs les raisons, tant cognitives que sociologiques, qui supportent cette conviction largement partagée aujourd’hui par les chercheurs des sciences du vivant5. Que cette articulation soit – ou non – la première étape d’un processus d’unification ne change donc rien à ce qui est aujourd’hui l’objectif dans les sciences du vivant, mais aussi dans de nombreuses autres disciplines. Il est devenu en effet évident que l’explication globale des phénomènes vivants exige l’articulation d’au moins trois schèmes explicatifs différents : physico-chimique (moléculaire), évolutionniste, physique. Ceci est encore plus vrai lorsque l’on tente de décrire les étapes qui ont dû permettre la formation de la vie : à l’explication physico-chimique de la formation spontanée des premières molécules et macromolécules succèdent des explications faisant appel à l’auto-organisation de ces constituants, suivie d’un processus (darwinien) de sélection des premières macromolécules et/ou des premiers ensembles macromoléculaires. L’articulation, cette fois temporelle, entre les trois mêmes principes explicatifs est utilisée pour expliquer l’origine de la vie6.

  • 7 Anne Fagot-Largeault (2002), « l’émergence », dans Philosophie des sciences, Daniel Andler, Anne F (...)
  • 8 Stuart A. Kauffman (1993), The origins of order, New York, Oxford University Press ; Christophe Ma (...)

16Le deuxième verrou épistémologique qui a récemment « sauté » était l’impossibilité d’expliquer l’émergence de nouveauté au sein d’un paradigme explicatif. L’histoire philosophique du concept d’émergence est ancienne et complexe7. Mais, comme précédemment, nous pensons que le principal évènement qui lui a donné un statut reconnu dans la philosophie actuelle des sciences est la place qu’il a trouvée quasi-naturellement dans un certain nombre de sciences, de la physico-chimie à la physique des solides. Cette naturalisation de l’émergence a permis de concevoir que des systèmes complexes pouvaient acquérir des propriétés nouvelles – aussi nouvelles que la vie8 – par le simple franchissement d’un seuil dans le nombre et la nature des relations entre les différents composants élémentaires. L’usage du concept d’émergence reste, en dehors des disciplines où il a trouvé une place scientifique reconnue, métaphorique. Peu importe : la métaphore est assez puissante, et la référence à son usage scientifique fort assez claire, pour que la possibilité de sauts qualitatifs dans le fonctionnement d’un système soit acceptée.

17Avec ces deux transformations épistémologiques, l’étude du vivant en tant que phénomène scientifique peut se développer pleinement. Il est trop tôt pour prévoir ce que donnera le retour de la question « Qu’est-ce que la vie ? » et l’accroissement rapide des recherches sur ses origines. Nous serions cependant prêts à parier que la banalisation de la notion d’émergence dans le champ scientifique, et l’acceptation de la multiplicité nécessaire des explications pour les phénomènes vivants ont fait entrer l’étude de la « question » de la vie dans une période de progrès continus ; ce que la recherche d’ « une » explication de la vie avait jusqu’alors empêché.

Que devient la question philosophique de la vie ? Et celle de la conscience ?

  • 9 Stanley Shostak (1998), Death of life : The legacy of molecular biology,Londres, Macmillan.
  • 10 Georges Canguilhem (1968), « La nouvelle connaissance de la vie : le concept et la vie », dans Étu (...)

18Admettons que nous ayons raison, et que la question de la vie soit devenue définitivement une question scientifique. Elle le serait en rompant le continuum entre la vie et la pensée consciente ; le seul fil les rattachant encore étant simplement la notion d’émergence : l’apparition d’une conscience réfléchie serait aussi un phénomène émergent, mais d’une nature totalement distincte. Cette rupture serait un évènement tout à fait nouveau. Car même la biologie moléculaire, accusée pourtant d’avoir causé « la mort de la vie »9 avait, grâce à la notion d’information, maintenu un dénominateur commun entre la vie et la pensée, dont le philosophe Georges Canguilhem avait montré l’enracinement dans la tradition philosophique10. Rien de tel aujourd’hui, où la notion d’information a perdu sa force explicative au profit de mécanismes physico-chimiques.

19Quelles seraient les conséquences de cette rupture ? Quelle place demeurerait pour une pensée philosophique de la vie ? Deux attitudes philosophiques seraient possibles : l’abandon définitif de la question de la vie aux scientifiques ou le maintien d’une philosophie de la vie, les risques respectifs étant un appauvrissement de la philosophie, ou sa rupture complète avec les sciences.

20 Est-ce l’amorce d’un processus analogue de « scientificisation » de la conscience ? Beaucoup de travaux actuels, en relation avec les différentes formes d’imagerie médicale, pourraient le suggérer. Ou bien, peut-être que la rupture du continuum entre la vie et la conscience ferait plus clairement de cette dernière, non le témoin d’un attachement passéiste à des notions métaphysiques, mais une évidence philosophique absolument irréductible à la connaissance scientifique ; non pas la prochaine étape d’un processus de naturalisation, mais, dans l’esprit de la phénoménologie, l’interrogation que la philosophie ne cesserait d’adresser à la science, et à laquelle cette dernière ne parviendrait jamais à répondre.

Top of page

Notes

1 Michel Morange (2006), « Les biologistes moléculaires face au problème de la vie », Rev. Quest. Sci., in press ; Michel Morange (2007), La vie expliquée ? 50 ans après la double hélice, Paris, Odile Jacob.

2 Robert M. Hazen (2005), Genesis : The Scientific Quest for Life Origin,Washington, Joseph Henry Press ; Pier Luigi Luisi (2006), The Emergence of Life : From Chemical Origins to Synthetic Biology, Cambridge, Cambridge University Press.

3 André Pichot (1993), Histoire de la notion de vie,Paris, Gallimard (coll. Tel).

4 Hee-Jin Han (2004), Le programme de recherche vitaliste dans les sciences bio-médicales : une étude historico-épistémologique du vitalisme français au dix-huiti ème siècle. Thèse de doctorat en philosophie de l’Université de Paris-I (Anne Fagot-Largeault dir.).

5 Michel Morange (2005), Les secrets du vivant : Contre la pensée unique en biologie,Paris, La Découverte.

6 Christophe Malaterre (2006), « Les origines de la vie : schèmes explicatifs et structure théorique », manuscrit en préparation.

7 Anne Fagot-Largeault (2002), « l’émergence », dans Philosophie des sciences, Daniel Andler, Anne Fagot-Largeault et Bertrand Saint-Sernin eds., Paris, Gallimard (coll. Folio essais), p. 939-1048.

8 Stuart A. Kauffman (1993), The origins of order, New York, Oxford University Press ; Christophe Malaterre (2006), « Origins of life and the concept of emergence in the 20th century », HOPOS, Paris, 14-18 Juin 2006.

9 Stanley Shostak (1998), Death of life : The legacy of molecular biology,Londres, Macmillan.

10 Georges Canguilhem (1968), « La nouvelle connaissance de la vie : le concept et la vie », dans Études d’Histoire et de Philosophie des Sciences, Paris, Vrin, p. 335-364.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Morange, « La question de la vie au début du xxie siècle », Noesis, 14 | 2008, 81-88.

Electronic reference

Michel Morange, « La question de la vie au début du xxie siècle », Noesis [Online], 14 | 2008, Online since 28 June 2010, connection on 19 November 2017. URL : http://noesis.revues.org/1654

Top of page

About the author

Michel Morange

Michel Morange est biologiste moléculaire et historien des sciences, professeur à l’université Paris-IV et à l’ENS (laboratoire de génétique moléculaire), chercheur au département de biologie de l’Ecole normale supérieure.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org