Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Une première partie des textes publiés ici vient d’un séminaire qui s’est tenu au Centre Cavaillès, à l’ENS Ulm de Paris. Le Centre Cavaillès a contribué au financement de ce numéro. Que son directeur, Michel Morange, soit remercié de la confiance qu’il nous a accordée. L’une des conférences de ce séminaire a déjà donné lieu à une publication qui ne peut donc être intégrée dans ce recueil : F. Worms, « Qu’est-ce qui est vital ? », Bulletin de la Société française de philosophie (séance du 17 mars 2007), 101e année, n° 2, avril-juin 2007, Vrin.

2L’autre partie plus proprement épistémologique est issue de travaux menés à l’université de Nice depuis trois ans, tout d’abord avec Jacqueline Boniface, puis avec Isabelle Gillot et Frédérique Vidal, dans le cadre du séminaire interdisciplinaire et des colloques que nous avons organisés ensemble. Qu’elles soient remerciées de leur aide, de leur dynamisme et de leur soutien. Je remercie enfin l’actuelle directrice du CRHI d’avoir accepté la publication de ce volume au sein de la revue Noesis.

  • 1 P.-A. Miquel éd., Biologie du xxie siècle, évolution des concepts fondateurs, Bruxelles, De Boeck, (...)

3Ce travail fait pendant au collectif que je viens de publier chez De Boeck1, mais son objectif est à la fois plus étroit et plus large. Il s’agit d’abord d’insister sur une série de concepts fondamentaux qui hantent la biologie expérimentale contemporaine dans les relations parfois conflictuelles et polémiques qu’elle tisse avec la biologie des systèmes. Il m’a semblé important à ce sujet de remonter jusqu’à la source logique de certains problèmes biologiques, qui sont liés à l’usage de notions comme celle d’enchevêtrement hiérarchique (qui trouve l’une de ses origines chez Wittgenstein, l’autre chez Hofstadter) ou de causalité réciproque. En attestent les textes de S. Laugier, J. Boniface, puis ceux de F. Varenne, J. Kubar et F. Grammont.

4Mais il s’agit également de replacer ces considérations épistémologiques dans le contexte plus large d’une philosophie de la vie. Les travaux sur les origines de la vie n’autorisent plus les biologistes à déclarer que celle-ci n’est pas interrogée dans les laboratoires. Il faut au contraire pour eux aujourd’hui tenter d’expliquer la vie en replaçant des systèmes physico-chimiques ouverts, dans un contexte à l’intérieur duquel des contraintes topologiques et temporelles agissent sur eux. Les analyses de F. Bailly et G. Longo nous semblent utilement compléter ici celles de Ch. Malattere et M. Morange.

5Inversement les phénoménologues contemporains ne se contentent plus de la distinction entre la vie vécue par la conscience dans une sphère de pure immanence et la connaissance du vivant. La critique que propose R. Barbaras dans ce recueil, tant de la conception husserlienne de l’intentionnalité, que de la caractérisation de la vie par l’auto-affection chez Michel Henry, en atteste amplement. Il s’agit en effet plutôt de trouver un mode d’être singulier qui s’affecte lui-même, mais sans s’enfermer dans la pure immanence.

6C’est à travers ce cheminement que la phénoménologie de la vie que Barbaras tente de construire appelle aussi de ses vœux l’émergence d’une nouvelle philosophie de la nature. Le dialogue pourrait donc être renoué entre la biologie de la modélisation multi-échelle, la physique des transitions de phases et la chimie des systèmes dissipatifs d’une part, et la phénoménologie contemporaine de l’autre.

  • 2 D. Janicaud éd., L’intentionnalité en question,Paris, Vrin, 1995.

7Ce recueil d’articles tente de s’en faire le témoin. Il s’inscrit ainsi dans une tradition propre au Centre de Recherche et d’Histoire des Idées, tradition voulue par Dominique Janicaud2, dont je voudrais ici, pour finir, saluer la mémoire. Rien dans ce que j’ai fait au sein de ce Centre n’aurait pu être accompli sans son sens et son intelligence du partage.

Haut de page

Notes

1 P.-A. Miquel éd., Biologie du xxie siècle, évolution des concepts fondateurs, Bruxelles, De Boeck, 2008.

2 D. Janicaud éd., L’intentionnalité en question,Paris, Vrin, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Antoine Miquel, « Préface », Noesis, 14 | 2008, 7-8.

Référence électronique

Paul-Antoine Miquel, « Préface », Noesis [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 28 juin 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://noesis.revues.org/1647

Haut de page

Auteur

Paul-Antoine Miquel

Paul-Antoine Miquel est docteur habilité en philosophie, MCF à l’université de Nice. Auteur (entre autres) de Comment penser le désordre ? (Fayard 2000), Qu’est-ce que la vie (Vrin 2007), Biologie du vingt et unième Siècle, évolution des concepts fondateurs (De Boeck, 2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org