Navigation – Plan du site
II - Whitehead et ses contemporains
4 - Whitehead, les sciences sociales et la production du sens

Traduire Whitehead : Modes of Thought

Bruno Poncharal
p. 285-298

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le traducteur a nécessairement affaire à cette difficulté qui consiste à faire passer (traduire) l (...)

1Cet article est le témoignage d’une rencontre avec un texte et une pensée. Un texte où, en tant que linguiste angliciste et traducteur, la question du style nous est rapidement apparue comme primordiale. En effet, nous avons immédiatement été sensible à la séduction qu’il pouvait exercer sur le lecteur, nonobstant la difficulté de la pensée qui s’y exprimait. Instruit par notre propre expérience de traducteur, nous remarquions à quel point il serait délicat de traduire ce texte en français sans en altérer la séduction, et surtout l’intelligibilité1. Car il allait de soi que ses caractéristiques stylistiques, comme c’est toujours le cas chez les « vrais » écrivains, étaient indissociables du sens que Whitehead s’efforçait d’y faire entendre. C’est alors que nous avons cherché à savoir s’il en existait une traduction et que nous avons découvert qu’elle venait de paraître chez Vrin (donc en 2004).

2Comme nous l’avions pressenti, par delà même les nombreux contresens et faux-sens, lexicaux ou syntaxiques, qu’on peut y relever, cette traduction présente l’inconvénient majeur d’être difficilement lisible, et en tout cas totalement dépourvue du charme (au sens fort) exercé par le texte original. Selon nous, c’est l’absence de prise en compte, d’analyse fine de l’effet produit par le mode d’énonciation mis en œuvre dans le texte qui conduit à une absence de stratégie globale de traduction, et finalement à un échec de la transmission.

3Nous voudrions donc :

  • 1) dire rapidement ce qui fait, de notre point de vue, la spécificité du style de Whitehead.

  • 2) étudier à travers quelques brefs morceaux choisis certains problèmes de traduction, attenant a) au lexique, b) à la détermination nominale.

  • 3) analyser la construction de la cohérence discursive, c’est-à-dire la manière dont le sens se construit progressivement dans le texte : au niveau de la phrase, d’une phrase à l’autre pour constituer un paragraphe, puis de paragraphe en paragraphe pour retentir à l’échelle de l’ouvrage tout entier.

1. Quelques caractéristiques générales de l’écriture de Whitehead dans Modes of Thought

  • 2 « Le mathématicien devenu philosophe est souvent présenté comme Whitehead l’Obscur ». Whitehead, M (...)

4Nous avons d’abord été frappé par le contraste entre l’apparente simplicité de la formulation en anglais et cette « obscurité » à première lecture que Guillaume Durand souligne dans son introduction à l’édition française2 — obscurité qui tend à s’estomper à chaque nouvelle relecture du texte, mais sans jamais se dissiper totalement. Il nous a paru intéressant d’essayer de cerner à quel niveau dans la construction linguistique du sens se situait cet écart constaté entre simplicité stylistique et obscurité sémantique

5Il nous faut dans un premier temps préciser comment se manifeste linguistiquement cette simplicité. Elle tient 1) à la brièveté des phrases dans leur ensemble et à l’emploi d’un lexique relativement limité, constamment repris au fil du texte ; 2) aux constructions parataxiques des paragraphes, c’est-à-dire à la juxtaposition de phrases principales indépendantes, le plus souvent séparées par un point et rien d’autre. Notons que cette forme d’écriture va de pair avec une grande économie dans l’emploi des connecteurs.

6À ce sujet, certaines constructions apparaissent de manière récurrente dans tout le texte : But… thus… / And yet, après un point virgule. Quelques rares for, thereby, it follows that

  • 3 La catégorie des « connecteurs » est très vaste et il est difficile de la délimiter de manière str (...)
  • 4 Des travaux de recherche en linguistique anglaise ont montré que les textes de nature scientifique (...)

7En regard de ces rares marqueurs de connexion3, traces explicites de l’argumentation en jeu, il faut souligner le recours constant en début de phrase à ce que les linguistes nomment « prédication d’existence » ou « prédication d’occurrence », le plus souvent sous la forme du syntagme there is ; et conjointement le recours au déictique this, qui domine nettement dans ce texte par rapport à son pendant en anglais, that4.

8Ce recours permanent à ces formes produit un type de cohérence discursive assez différent de celui qui découle d’un recours plus systématique aux connecteurs logico-argumentatifs que j’ai d’abord cités ; ainsi dans ce premier extrait de Modes of Thought, page 64 (c’est nous qui soulignons) :

  • 5 Nous avons déplacé la traduction française des extraits en note, car nous n’aurons pas le loisir, (...)

There is very little large-scale understanding, even among mathematicians. There are snippets of understanding, and there are snippets of connections between these snippets. These details of connection are also understood. But these fragments of intelligence succeed seach other. They do not stand together as one large self-evident coordination. At the best, there is a vague memory of details which have recently been attended to.
This succession of details of self-evidence is termed « ‘proo »5.

  • 6 This est défini dans la théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli comme marqueur d’opé (...)

La locution « there is » constitue en anglais le moyen le plus simple et le plus naturel de poser un objet quel qu’il soit à l’existence, sans interférence subjective, autrement dit, d’asserter ce qui est ou ce qui est le cas, sans plus. This (ou sous sa forme pluriel these) permet de reprendre à l’identique6 ce qui vient d’être posé dans le discours, ce dont il est question. Plus généralement encore c’est l’emploi récurrent du verbe copule be, marque privilégiée de l’opération d’identification, qu’il faut souligner. On en trouve une excellente illustration dans la série d’énoncés qui constituent la majeure partie de la page 67 (en gras l’auxiliaire be, ainsi que les mots grammaticaux que nous avons déjà mentionnés) :

  • 7 Il est intéressant de noter l’usage récurrent d’un autre petit « mot-outil » de la langue anglaise (...)

Philosophy is the attempt to make manifest the fundamental evidence as to the nature of thing. Upon the presupposition of this evidence, all understanding rests. A correctly verbalized philosophy mobilizes this basic experience which all premises presuppose. It makes the content of the human mind manageable; it adds meaning to fragmentary details; it discloses disjunctions and conjunctions, consistencies and inconsistencies. Philosophy is the criticism of abstractions which govern special modes of thought.
It follows that philosophy, in any proper sense of the term, cannot be proved. For proof is based upon abstraction. Philosophy is either self-evident, or it is not philosophy. The attempt of any philosophic discourse should be to produce self-evidence. Of course it is impossible to produce any such aim. But, none the less, all inference in philosophy is a sign of that imperfection which clings to human endeavour. The aim of philosophy is sheer disclosure.
The great difficulty of philosophy is the failure of language7.

C’est en grande partie ce recours systématique à be comme marqueur d’identité qui confère au style de Whitehead son caractère gnomique et qui dans le même temps le rend difficile à traduire en français. La récurrence, l’omniprésence de la locution « there is », de la copule « be », en anglais, au regard de ce qui se passe en français, n’est pas l’apanage des textes de philosophie ou de sciences humaines ; nous la rencontrons aussi chez certains grands auteurs de la littérature en langue anglaise, et elle pose le même genre de problème de traduction ; par exemple, dans cet extrait du roman de William Golding, Free Fall (1959), qui nous a frappé par sa proximité stylistique avec l’écriture de Whitehead dans Modes of Thought, en particulier dans les énoncés que nous avons soulignés ci-dessous, qui sont aussi ceux qui s’apparentent le plus à une réflexion de nature philosophique :

When did I lose my freedom? For once I was free. I had power to choose. The mechanics of cause and effect is statistical probability yet surely sometimes we operate below or beyond that threshold. Free-will cannot be debated but only experienced, like a colour or the taste of potatoes. I remember one such experience. I was very small and I was sitting on the stone surround of the pool and fountain in the centre of the park. There was bright sunlight, banks of red and blue flowers, green lawn. There was no guilt but only the splash and splatter of the fountain at the centre […].
How did I lose my freedom? I must go back and tell the story all over. It is a curious story, not so much in the external events which are common enough, but in the way it presents itself to me, the only teller. For time is not to be laid out endlessly like a row of bricks. That straight line from the first hiccup to the last gasp is a dead thing. Time is two modes. The one is an effortless perception native to us as water to the mackerel. The other is memory, a sense of shuffle fold and coil, of that day nearer than that because more important […].

  • 8 Encore une fois, une traduction littérale est difficilement tenable.

Nous retrouvons le style parataxique que nous avons relevé chez Whitehead, même si les phrases ici sont généralement plus longues (à l’exception notable de celle-ci : « Time is two modes » qu’il est très difficile de rendre en français comme ne manquera pas de s’en apercevoir quiconque cherchera à la traduire de manière aussi concise). On voit aussi quel emploi stylistique l’anglais peut faire de la prédication d’existence : « There was bright sunlight, banks of red and blue flowers, green lawn. There was no guilt […] »8. Encore une fois, une traduction « littérale » serait assez maladroite, et fort peu envisageable en réalité. Or toute la force de ce passage tient dans le rapprochement entre ce qui se donne aux sens directement — le soleil éblouissant, les parterres de fleur rouges et bleus, l’herbe verte — et sur un tout autre plan, l’absence de culpabilité radicale. Ce rapprochement est d’autant plus porteur d’effets qu’il repose sur l’emploi d’une seule et unique structure, avec cependant l’altération apportée par le marqueur de négation (no guilt). Le lien entre ces deux énoncés et leur contenu propositionnel, est d’autant plus fort qu’il n’est explicité par aucune marque de connexion (asyndète).

  • 9 Guillemin-Flescher (1981), Glossaire, entrées « commentaire, p. 418–420 ; entrée « constat », p. 4 (...)
  • 10 À ce propos, il faut insister sur le recours permanent de Whitehead au présent simple, forme la mo (...)

9La forme volontiers assertorique que prennent les énoncés de Whitehead est caractéristique de ce que Jacqueline Guillemin-Flescher dans sa Syntaxe comparée de l’anglais et du français appelle le mode du « constat », mode privilégié par la langue anglaise comme elle l’a montré, alors que le français aura tendance à privilégier le mode du « commentaire »9. Cela tient à de multiples facteurs, tels que système temporel et aspectuel10 prévalent dans les deux langues, recours permanent au passif, caractéristique de l’anglais, qui permet d’opter pour un mode d’énonciation impersonnel (à rapprocher de la prédication d’existence), type privilégié de repérage énonciatif, etc.

10Nous allons examiner à présent quelques exemples de difficultés de traduction posées par le lexique et la détermination nominale.

2. Le lexique et la détermination nominale dans Modes of Thought

2.1. Le lexique

11Du point de vue lexical, ce qui est remarquable, c’est le recours aux termes d’origine latine ou française, et plus généralement aux doublets très répandus en anglais du fait de la double origine latine et germanique de la langue. Ainsi understanding et comprehension, mais aussi l’emploi de quasi synonymes d’origine latine advance et progress, process/transition/passage, mais aussi, flux et flow ou flowing. La fréquence des termes d’origine latine ou française nous semble toutefois très élevée.

12La difficulté vient du fait que ces vocables nous paraissent, en tant que locuteurs français, transparents, et que souvent ils se révèlent être des faux amis, tel le terme « phraseology » (sûrement pas « phraséologie », et pas « terminologie » non plus comme il est traduit par Monsieur Vaillant, mais plutôt « formulation ») ; la difficulté est redoublée par le fait que ces termes d’origine latine sont intégrés dans une syntaxe qui, elle, est nécessairement très anglaise, ce qui rend souvent la traduction littérale ou le calque vraiment difficiles (il s’agit là souvent de problèmes de collocation).

13Nous pourrions, à cet égard, prendre l’exemple du terme abstraction, qui garde en anglais la valeur dynamique que lui confère le préfixe latin ab-, dynamisme qui est renforcé par l’emploi de la préposition from dans to abstract from et dont le substantif conserve quelque chose. C’est un fait, que les termes d’origine latine en anglais entretiennent avec leur étymon un rapport de proximité qui s’est souvent perdu ou plus largement déplacé en français (on peut citer : malicious méchant).

  • 11 Voir à cet égard la très bonne mise au point sur cette forme en –ing dans le Vocabulaire européen (...)

14En anglais on peut jouer très souplement avec la nominalisation des « procès », ainsi Whitehead pourra aussi bien évoquer « the passage of time » que « the passing of time » ; la forme nominalisée en –ing porte en elle-même une valeur dynamique que n’aura pas le substantif qui lui correspond plus ou moins en français, comme « the gathering » traduit ici par le « rassem­blement ». Il en va de même pour le terme « understanding », qui apparaît plus dynamique que l’emprunt français, « comprehension ». Nous n’insisterons pas car il s’agit là d’un fait bien connu11.

15Enfin, il y a des termes qui semblent si spécifiques à l’anglais qu’il est difficile de les traduire avec exactitude, quel que soit le contexte où on les rencontre. Ainsi pattern, ou encore le substantif self-evidence, dérivé de l’adjectif self-evident, beaucoup plus fréquent que le substantif, comme dans « We hold these truths to be self-evident », ouverture de la déclaration d’indépen­dance américaine. Ce ne sont pas des termes qui apparaissent comme particulièrement techniques ou abstraits en anglais, au contraire, ils renvoient à un usage ordinaire et concret de la langue, et apparaissent eux-mêmes comme self-evident, c’est-à-dire, et c’est sans doute la meilleure traduction qu’on puisse proposer, comme « allant de soi ». La traduction du substantif par « évidence » telle qu’elle apparaît dans la traduction française nous semble souvent maladroite et peu éclairante en contexte.

  • 12 Terme fréquemment employé par Hume par exemple, en concurrence avec fact d’ailleurs.

16 En ce qui concerne pattern, nous renvoyons à la très bonne mise au point de l’article « structure » du Vocabulaire européen des philosophies. Nous pourrions également citer l’expression récurrente matter-of-fact (traduite par « état de fait »), qui renvoie à la tradition philosophique anglaise12.

2.2. La détermination nominale

17Quant à la détermination nominale, il est frappant de voir l’usage qu’en fait Whitehead, notamment dans l’effet de recatégorisation des noms que produit l’alternance pluriel/singulier en l’absence d’article (article généra­lement noté Ø par les linguistes pour montrer sa positivité dans le système de la langue ; en anglais, en effet, l’opposition Ø/the est déterminante, ce qui n’est pas le cas en français).

18Ainsi dans l’exemple suivant tiré de la page 80, nous pouvons concentrer notre attention sur des termes clés « pattern » et « detail » :

  • 13 « […] On ne peut prescrire le modèle du progrès.

We cannot prescribe the pattern of progress.
It is true that advance is partly the gathering of details into assigned patterns. This is the safe advance of dogmatic spirits, fearful of folly. But history discloses another type of progress, namely the introduction of novelty of pattern into conceptual experience. In this way, details hitherto undiscriminated or dismissed as casual irrelevances are lifted into coordinated experience. There is a new vision of the great Beyond.
Thus understanding has two modes of advance, the gathering of detail within assigned pattern, and the discovery of novel pattern with its emphasis on novel detail. The intelligence of mankind has been halted by dogmatism as to patterns of connexion. Religious thought, aesthetic thought, the understanding of social structures, the scientific analysis of observation, have alike been dwarfed by this fatal virus13.

Pour l’un et l’autre terme, on observe un mouvement qui va du pluriel au singulier (avec retour au pluriel dans patterns of connexion, mais c’est alors connexion qui apparaît sous sa forme notionnelle qualitative), avec prédominance de l’emploi notionnel des deux substantifs (c’est-à-dire détermination Ø). En anglais, de tels cas de recatégorisation des noms (de discret à continu ou compact) ne sont pas rares, spécialement dans le discours littéraire et notamment poétique. En français, aussi bien l’article Ø que the, seront traduit par le défini, et cette opposition, signifiante en anglais, se verra ainsi neutralisée. Il suffit de se pencher sur la traduction publiée du texte pour constater les difficultés que nous venons d’évoquer rapidement. Nous allons rester avec cet exemple de la page 80 afin de franchir un pas supplémentaire et nous intéresser plus largement à la construction de la cohérence discursive.

3. La construction de la cohérence discursive

19Il est très difficile de parler de ce problème sans prendre appui sur une séquence textuelle assez longue, une phrase isolée serait bien évidemment insuffisante à notre démonstration.

We cannot prescribe the pattern of progress.
It is true that advance is partly the gathering of details into
assigned patterns. This is the safe advance of dogmatic spirits, fearful of folly. But history discloses another type of progress, namely the introduction of novelty of pattern into conceptual experience. In this way, details hitherto undiscriminated or dismissed as casual irrelevances are lifted into coordinated experience. There is a new vision of the great Beyond.
Thus understanding has two modes of advance, the gathering of detail within assigned pattern, and the discovery of novel pattern with its emphasis on novel detail. The intelligence of mankind has been halted by dogmatism as to patterns of connexion. Religious thought, aesthetic thought, the understanding of social structures, the scientific analysis of observation, have alike been dwarfed by this fatal virus.

  • 14 Termes que nous empruntons au linguiste Roman Jakobson ; il parle aussi dans différents articles d (...)

Nous avons souligné les traits grammaticaux et stylistiques mis en exergue au début de notre article : le style « gnomique » dans la première phrase par exemple. La prédominance de la parataxe ; les « this », « there is » ; la séquence « But […] thus », qui permet de lier les deux paragraphes. En revanche, le lien entre la première phrase et le paragraphe suivant est assuré par la reprise du terme progress par le terme advance (anaphore indirecte, parce qu’il n’y a pas reprise mot à mot, mais à l’aide d’un supposé synonyme), ainsi que par la répétition du mot pattern. C’est cette répétition même qui forge la continuité, donc la cohérence — cohérence qui s’appuie moins sur la contiguïté que sur la similarité14. La construction du sens passe par la continuité de la référence à un certain nombre de notions clés que le lecteur doit garder à l’esprit et mettre lui-même en relation les unes avec les autres. Ce mode de construction de la cohérence discursive nous paraît être caractéristique de l’anglais, le français privilégiant au contraire le recours aux connecteurs, la mise en relation explicite des notions, le style hypotaxique.

20La fonction du this, en anglais, et en particulier dans ce type de discours argumentatif, est de pointer et de mettre en avant ce qui en constitue le « topic », c’est-à-dire ce dont il est question ici et maintenant.

  • 15 Ce n’est pas le cas général en anglais, mais l’exception. On notera que la traduction française fa (...)

21This dans cet emploi est fortement accentué ; de même, nous semble-
t-il, que le there dans la phrase qui clôt le premier paragraphe est accentué : « There is a new vision of the great Beyond »15. Cela nous permet de souligner en passant le rôle très important que joue la prosodie, même à l’écrit, dans la cohérence discursive en anglais. C’est là encore un trait qui le différencie foncièrement du français. Rappelons que ce texte est au départ la réunion de conférences qui ont été prononcées en public. L’auteur a sans doute voulu en conserver quelques traces. Ces marques prosodiques (« invisibles » si l’on peut dire à l’écrit) sont forcément reconstruites par le lecteur lui-même. En tout cas, elles sont indispensables à une bonne compréhension et participent directement de la cohérence textuelle.

  • 16 Un empilement, tel que nous l’entendons, suppose à la fois alignement (de briques) sur un axe hori (...)

22Pour revenir à l’obscurité, ou à la difficulté que le lecteur éprouve à suivre l’argumentation de Whitehead, celle-ci est due, en partie, au nombre d’informations nouvelles introduites dans une même phrase et de phrase en phrase ; mais cette addition d’informations nouvelles se fait de manière rigoureuse et progressive, et elle permet de s’y retrouver si on pratique une lecture attentive revenant sans cesse sur ses pas pour repartir de l’avant. Plus généralement, l’écriture de Whitehead semble déjouer les pièges d’une construction du sens qui suivrait la linéarité du texte et de la lecture. Pour reprendre l’image présente dans l’extrait du roman de Golding, cette construction ne procède pas seulement d’un alignement, mais aussi d’un empilement de briques16. Dans ces conditions, il nous semble possible d’affirmer que le style de Whitehead reflète, ou mieux, mime son propos. Il marque l’adéquation du fond et de la forme, ou plutôt rend manifeste la continuité entre ce que la langue ordinaire distingue comme sens et forme et qui, en fait, s’inscrit dans une continuité.

23À cet égard, la répétition constitue en anglais une stratégie majeure d’aide à la compréhension. Whitehead, ne peut y échapper totalement, même s’il cherche aussi à faire varier son lexique. En français, on notera que la répétition des termes à l’identique peut au contraire devenir un facteur d’obscurcissement du sens :

  • 17 « On ne peut prescrire le modèle du progrès.

We cannot prescribe the pattern of progress.
It is true that advance is partly the gathering of details into assigned patterns. This is the safe advance of dogmatic spirits, fearful of folly. But history discloses another type of progress, namely the introduction of novelty of pattern into conceptual experience. In this way, details hitherto undiscriminated or dismissed as casual irrelevances are lifted into coordinated experience. There is a new vision of the great Beyond.
Thus understanding has two modes of advance, the gathering of detail within assigned pattern, and the discovery of novel pattern with its emphasis on novel detail. The intelligence of mankind has been halted by dogmatism as to patterns of connexion17 (p. 80).

On constate que Whitehead procède par un jeu subtil entre répétition et différence, avec variation sur les marques de détermination, comme nous l’avons déjà fait remarquer plus haut. Ainsi, il reprend le terme progress par advance (anaphore associative, ou non-stricte, c’est-à-dire, reprise sans répétition) puis anaphore stricte (répétition de advance) ; puis retour à progress, qui est enfin développé et défini comme « introduction of novelty of pattern into conceptual experience ». Mais, en réalité, l’enjeu de ce paragraphe en particulier est de montrer qu’il existe deux sortes de « progrès », le progrès sans risque des esprits dogmatiques, d’une part, et le « vrai » progrès qui introduit une nouveauté radicale et fait surgir, émerger des « détails » jusqu’ici restés dans l’ombre. Du coup, l’emploi de deux termes différents paraît justifié après coup (advance qui semble en effet plus « modeste » que progress). Ainsi, ce que l’on avait pris pour une identité au départ se transforme après coup en différence. Nous pourrions répéter ce genre de description pour de nombreux autres passages de l’ouvrage. C’est véritablement ainsi que Whitehead procède (proceeds), c’est-à-dire qu’il fait avancer son texte et sa pensée.

24Il n’en reste pas moins, en dépit des reprises de termes identiques, que le lecteur doit fournir un effort pour établir lui-même le passage d’un énoncé à l’autre, et au-delà d’un paragraphe à l’autre, et ainsi de suite. Ici, il nous faut souligner le rôle que joue l’ellipse, les hiatus qui se font sentir au fil de la lecture de ce livre — tout se passe comme si le hiatus était un facteur de production des connexions, de production de la continuité de la pensée au sein du texte, justement en l’absence même de connecteurs explicites (comme si Whitehead s’en méfiait extrêmement). L’extraordi­naire densité de la pensée de Whitehead tient à cet usage tout à fait spécifique de la langue. Lorsque nous évoquons l’ellipse comme facteur de production de la pensée, il faut ajouter que c’est bien au lecteur qu’il revient de combler ce qui peut lui apparaître au premier abord comme une sorte de déficit du sens. Cela ne signifie pas qu’on puisse reproduire ce procédé et cet effet à l’identique en français, dont le fonctionnement énonciatif est fort différent.

Conclusion

  • 18 Dans la préface : « Thus philosophic truth is to be sought in the presuppositions of language rath (...)

25Il y a donc une portée formatrice de ce livre qui met le lecteur à la tâche de construire, ou plutôt re-construire une pensée, une pensée en mouvement. Si bien que nous croyons qu’il y a une profonde adéquation entre le mode d’énonciation adopté par Whitehead et le fond de ce qu’il veut nous transmettre. On a vu comment il utilise la répétition, l’anaphore, mais en opérant sans cesse des déplacements, en requalifiant les notions, en additionnant les points de vue, qui obligent à des recoupements qui ne vont pas de soi, qui ne sont pas justement pas« self-evident ». Nous avons le sentiment qu’il s’agit de partir des évidences et de les reconfigurer afin de faire émerger du nouveau, c’est en cela croyons-nous, entre autre, qu’il peut dire et redire, que la philosophie s’apparente à la poésie18.

26La tâche du traducteur, face à ce genre de texte, ne peut pas se limiter à produire des calques ou des traductions plus ou moins littérales, comme si cela existait ; il s’agit de rendre sensible cet effet ultime du texte dans son ensemble — cet effet didactique du texte — et de se demander comment on peut y parvenir dans la langue d’arrivée ; la fidélité au texte comme producteur d’effets de sens ne peut pas être fidélité à la lettre. On pourrait même voir la traduction comme justement un changement de « pattern », et donc la possibilité de faire émerger des détails qui n’apparaissaient pas auparavant, dans la configuration imposée (assigned) par la langue d’origine dès lors qu’on lui applique le pattern/patron de la langue d’arrivée.

  • 19 « Thus a sentence is the thought. », ibid., p. 48. À  moins de donner au mot sentence un autre sen (...)

27Whitehead souligne qu’il y a toujours nécessairement un écart entre langage et pensée, sinon, dit-il, comment la traduction serait-elle même possible ? Il faut qu’il y ait du jeu, qu’il s’agisse de traduction intralin­guistique ou interlinguistique. Mais, significativement, il identifie la production d’une pensée à la production d’une phrase, « sentence »19. Or, nous croyons qu’il faut, pour traduire, prendre en compte l’au-delà de la phrase ; cela implique une contextualisation large, le niveau du paragraphe est un minimum, au-delà c’est la perspective de l’ouvrage tout entier qui serait l’idéal ; mais comme Whitehead le dit lui-même (p. 49), « no translation is perfect » ; et dans la phrase suivante il a cette formule, « the success of imperfection ». Peut-être pourrions-nous poser à une traduction l’exigence de toucher, d’une manière ou d’une autre, à cette réussite de l’imperfection ? Quoiqu’il en soit, nous avons tenté dans cet article de fournir à celui ou à celle qui voudra lire ou relire Modes of Thought une boussole linguistique (un nouveau pattern) qui, espérons-nous, lui permettra d’en apercevoir de nouvelles facettes.

Haut de page

Bibliographie

Cassin, Barbara, (dir.). Le Vocabulaire européen des philosophies. Paris, Seuil/Le Robert, 2004.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, opérations et représentations. Paris, Ophrys, t. 1 : 1990, t. 2 et 3 : 1999.

Golding, William. Free Fall. London, Faber and Faber, 1959.

Guillemin-Flescher, Jacqueline. Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction. Paris, Ophrys, 1981.

Humboldt, Wilhem von. Sur le caractère national des langues, présenté, traduit et commenté par Denis Thouard. Paris, Seuil, 2000.

Jakobson, Roman, Essais de linguistique générale. 1. Les fondations du langage, Paris, Minuit, 1963.

Whitehead, Alfred North. Modes of Thought. New York, Capricorn Books, 1958 (éd. orig. 1938). Trad. fr. par Henri Vaillant : Modes de pensée, Paris, Vrin, 2004.

Haut de page

Notes

1 Le traducteur a nécessairement affaire à cette difficulté qui consiste à faire passer (traduire) la singularité d’un style dans une langue autre que celle dans laquelle il s’inscrit. D’ailleurs plutôt que d’une difficulté, il vaudrait mieux parler ici d’une véritable impossibilité.

2 « Le mathématicien devenu philosophe est souvent présenté comme Whitehead l’Obscur ». Whitehead, Modes de pensée, Paris, Vrin « Analyse et philosophie », 2004, p. 8.

3 La catégorie des « connecteurs » est très vaste et il est difficile de la délimiter de manière stricte d’un point de vue linguistique. Ce sont, pour nous, tous les termes ou locutions capables d’assurer quelque forme de lien entre un avant et un après du texte pris dans sa linéarité.

4 Des travaux de recherche en linguistique anglaise ont montré que les textes de nature scientifique, notamment, privilégient l’emploi de this au détriment de son pendant that.

5 Nous avons déplacé la traduction française des extraits en note, car nous n’aurons pas le loisir, dans le cadre de cet article, de nous arrêter sur une analyse véritablement contrastive : « Il y a très peu de compréhension à grande échelle, même parmi les mathématiciens. Il y a des petits bouts de compréhension, et il y a des petits bouts de liaisons entre ces petits bouts. Ces détails de liaison sont bien compris, mais ce sont des fragments d’intelligence qui se succèdent l’un l’autre et ne se tiennent pas ensemble en une seule coordination large et évidente en soi. Au mieux, il y a une vague mémoire des détails dont on s’est occupé récemment. Cette succession de détails d’évidence est appelée “preuve” ». p.  67–68.

6 This est défini dans la théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli comme marqueur d’opération d’identification stricte par opposition à that, marqueur de différenciation.

7 Il est intéressant de noter l’usage récurrent d’un autre petit « mot-outil » de la langue anglaise, nommément, it, qui n’a pas non plus d’équivalent en français.

8 Encore une fois, une traduction littérale est difficilement tenable.

9 Guillemin-Flescher (1981), Glossaire, entrées « commentaire, p. 418–420 ; entrée « constat », p. 424–425. On peut citer un passage de la définition du « constat » pour fixer un peu les idées : « Dans l’énonciation de type constat les propositions repères coïncident généralement avec les propositions principales. Il y a […] identification rapide de la proposition repère (qui se traduit sur le plan syntaxique par une réduction des antépositions et des imbrications). […] il nous semble que les tendances caractéristiques du constat, correspondent plutôt à un système de repérage qui a comme origine un point de référence coïncidant avec celui qui doit reconstruire le texte », c’est-à-dire, le lecteur-coénonciateur.

10 À ce propos, il faut insister sur le recours permanent de Whitehead au présent simple, forme la moins marquée du système aspectuo-temporel anglais ; forme du renvoi pur et simple à la « notion », au même titre que les substantifs précédés de l’article Ø. On notera que c’est le passage du prétérit au présent simple dans le texte de Golding qui marque le passage à la réflexion d’ordre philosophique.

11 Voir à cet égard la très bonne mise au point sur cette forme en –ing dans le Vocabulaire européen des philosophies, éd. par B. Cassin, Paris, Seuil/Le Robert, 2004, article, « Anglais », p. 90–95.

12 Terme fréquemment employé par Hume par exemple, en concurrence avec fact d’ailleurs.

13 « […] On ne peut prescrire le modèle du progrès.

Il est vrai que ce type de progression est en partie le rassemblement de détails dans des modèles imposés. C’est la progression sécurisante d’esprits dogmatiques, craignant la déraison.

Mais l’histoire révèle un autre type de progrès, à savoir l’introduction de la nouveauté d’un modèle dans une expérience conceptuelle. Ce faisant, des détails jusque là non distingués ou disqualifiés comme des cas sans pertinences se glissent à l’intérieur d’une expérience coordonnée. Il se produit alors une vision nouvelle du vaste au-delà (the great Beyond).

La compréhension a donc deux modes de progression : le rassemblement du détail dans un modèle imposé, et la découverte d’un modèle nouveau mettant l’accent sur le détail qui innove. L’intelligence des hommes a été tenue en arrêt par un dogmatisme des modèles de liaison. »

14 Termes que nous empruntons au linguiste Roman Jakobson ; il parle aussi dans différents articles de l’axe des combinaisons et de l’axe de la sélection (ou axes syntagmatique et paradigmatique). Voir Jakobson, 1963.

15 Ce n’est pas le cas général en anglais, mais l’exception. On notera que la traduction française fait apparaître une marque de connexion explicite au moyen de l’adverbe « alors » : « Il se produit alors une vision nouvelle du vaste au-delà ». Cet adverbe marque non seulement la relation de succession temporelle, mais aussi le lien de cause à effet. L’anglais semble se contenter de présenter un fait nouveau, sans construire explicitement de relation de cause à effet. Encore une fois, c’est l’opposition entre « constat » et « commentaire » qui se manifeste à travers la comparaison des deux langues.

16 Un empilement, tel que nous l’entendons, suppose à la fois alignement (de briques) sur un axe horizontal et superposition sur un axe vertical. Cela n’est pas sans évoquer la fonction poétique telle que la définit Jakobson : « La fonction poétique projette le principe d’équivalence de l’axe de la sélection sur l’axe de la combinaison », Jakobson, 1963, p. 220.

17 « On ne peut prescrire le modèle du progrès.

Il est vrai que ce type de progression est en partie le rassemblement de détails dans des modèles imposés. C’est la progression sécurisante d’esprits dogmatiques, craignant la déraison.

Mais l’histoire révèle un autre type de progrès, à savoir l’introduction de la nouveauté d’un modèle dans une expérience conceptuelle. Ce faisant, des détails jusque là non distingués ou disqualifiés comme des cas sans pertinences se glissent à l’intérieur d’une expérience coordonnée. Il se produit alors une vision nouvelle du vaste au-delà (the great Beyond).

La compréhension a donc deux modes de progression : le rassemblement du détail dans un modèle imposé, et la découverte d’un modèle nouveau mettant l’accent sur le détail qui innove. L’intelligence des hommes a été tenue en arrêt par un dogmatisme des modèles de liaison » p. 78.

18 Dans la préface : « Thus philosophic truth is to be sought in the presuppositions of language rather than in its explicit statements. For this reason philosophy is akin to poetry […] », Modes of Thought, p. vii. Et, à nouveau dans l’épilogue : « Philosophy is akin to poetry and both of them seek to express that ultimate good sense which we term civilization. In each case there is reference to form beyond the direct meanings of words », ibid., p. 238.

19 « Thus a sentence is the thought. », ibid., p. 48. À  moins de donner au mot sentence un autre sens que celui auquel pense le grammairien, un sens plus étendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Poncharal, « Traduire Whitehead : Modes of Thought », Noesis, 13 | 2008, 285-298.

Référence électronique

Bruno Poncharal, « Traduire Whitehead : Modes of Thought », Noesis [En ligne], 13 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://noesis.revues.org/1639

Haut de page

Auteur

Bruno Poncharal

Bruno Poncharal est maître de conférences à l’U.F.R. d’études anglophones de l’université Paris 7 – Denis Diderot, où il enseigne la traduction et la linguistique anglaise. Egalement traducteur profes­sionnel, il cherche à montrer comment le passage d’une langue à une autre opère nécessairement des déplacements dans la pensée, qui ne sont pas le seul fait des limitations du traducteur ou des difficultés de traduction des concepts, mais, plus largement, la conséquence de modes divergents de construction du sens inhérents à la « forme interne » propre à chaque langue. Il a, par ailleurs, participé au Social Science Translation Project, un projet international visant à promouvoir la formation de traducteurs dans le domaine spécifique des sciences humaines et sociales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org