Navigation – Plan du site
II - Whitehead et ses contemporains
2 - Whitehead et l'ontologie

La notion d’événement chez Whitehead et Davidson

Pierre Livet
p. 217-233

Texte intégral

1. Introduction. Le débat sur le statut des événements

  • 1 Voir par exemple : James Higginbotham, Fabio Pianesi et Achille Varzi, Speaking of events, Oxford, (...)

1Si nous parcourons la littérature contemporaine sur la notion d’évé­nement1, nous pourrions dire qu’un événement c’est n’importe quoi qui arrive, ou quelque chose qui occupe un certain lieu pendant un certain intervalle de temps (il faudrait alors préciser si l’on utilise un temps et un espace continu ou discret). Mais ensuite, les explicitations de cette notion divergent.

2Une ontologie classique fait des événements des changements de propriétés, les propriétés étant celles d’objets ou de substances. Les événements sont donc des fonctions qui vont d’une propriété d’un objet au temps t à une autre propriété du même objet au temps t n. Comme on envisage des propriétés d’objets on envisage donc des états de chose : le fait que tel objet a telle propriété, tel état du monde, le fait qu’existe telle relation entre les objets, etc. Un événement pourrait être une transition ou changement d’une propriété d’un objet à une autre propriété. En revanche, si il n’existe pas d’objet ou de « sujet-substance » qui supporte ce changement, on ne peut pas avoir d’événement-changement.

3Oui, mais de quoi les événements sont-ils vraiment des propriétés ? Si les événements sont des propriétés d’entités substantielles, alors on peut se demander ce qui est essentiel à un événement. Est-ce son temps d’occur­rence qui est essentiel à l’événement, est-ce l’entité dont son changement est l’evenement, et est-il essentiel que ce soit un changement dans ces propriétés précisément ?

4Montague fait des événements des propriétés d’intervalles de temps (un événement peut ainsi être instantané ou duratif). Kim fait des événements des instanciations de propriétés (donc quelque chose de plus fin que les objets : il peut y avoir une infinité d’événements ensemble).

5Quine fait des événements des objets (et non plus des propriétés). Ce sont des objets à quatre dimensions, spatio-temporelles. Et tout ce qui occupe une région spatio-temporelle donnée est le même événement : il ne peut pas y avoir deux événements à la fois dans la même région (un événement peut en inclure un autre, en revanche). Les événements sont donc des objets non répétables, puisqu’on ne peut « déplacer » l’espace-temps. Cependant Brand suggère que la cohabitation de deux événements est possible parce qu’un événement ne pourrait contrefactuellement être intervenu dans une autre région que l’événement e’ qui occupe lui la même région et qui n’aurait pas la même extension contrefactuelle.

6Chisholm fait au contraire des événements des entités récurrentes (des states of affairs). Il y aura donc autant d’événements que de qualifications de l’intervalle de temps (le lever du roi est pompeux ou peureux, ou tranquille, etc., et ce sont là différents événements). Plusieurs événements peuvent alors intervenir en étant chacun restreint au même intervalle de temps.

7D’autres font des événements des tropes (soit des propriétés concrètes, propriétés singulières selon Williams, soit des abstraits particuliers si l’on suit Campbell) ou des séquences de tropes, donc des changements où un trope en remplace un autre. On retrouve donc l’événement comme changement entre deux états. Bref, le statut ontologique de la notion d’événement est disputé.

2. Les positions de Whitehead

8Quelle est la position de Whitehead dans ce débat ? Dans Le Concept de nature, il nous dit que le cours de la nature est un unique événement total qui est divisé par nous en événements partiels (p. 42), que les événements sont la substance ultime de la nature (p. 45) et que les objets comme le brin d’herbe sont des propriétés de l’événement. Il définit ensuite un événement particulier dans la mesure où nous le discernons, comme le caractère (ou propriété) d’un lieu à travers une période de temps (p. 71). Les deux positions ne sont pas contradictoires. L’événement peut être la substance et les objets ses propriétés ou caractères, et le mode de discernement des événements que nous avons peut être celui de propriétés étendues sur un lieu et un intervalle de temps (ce qui est assez proche de Montague). Whitehead s’intéresse ensuite à la structure des événements, en définissant des relations de recouvrement ou chevauchement, qui déterminent une relation d’extension, permettant d’affirmer la continuité des événements, qui est la continuité de la nature des séries et des limites. Il arrive ainsi à la notion de « particule-événement » pour désigner les limites idéales minimum des événements (ce sont des éléments non seulement abstraits mais abstractifs, obtenus par passage à la limite) (p. 98). Ces sortes de points-événements ne sont pas simples, mais complexes, puisque obtenus au croisement de séries différentes. Notre perception est elle-même un événement qui n’est pas l’esprit qui perçoit, mais dans la nature, ce à partir de quoi l’esprit perçoit, l’événement percevant (p. 115). Cet événement est un « ceci » singulier, alors que dans la nature, il n’est pas possible d’avoir une entité isolée comme l’est le ceci singulier (p. 141). Mais cela n’implique pas la répétabilité des événements de la nature, cela indique seulement leur intrication dans une structure complexe.

  • 2 Whitehead, Process and Reality, Collier Macmillan, 1978, p. 56 ; trad. fr. Paris, N.R.F.-Gallimard (...)
  • 3 Didier Debaise, Un Empirisme spéculatif, Paris, Vrin, 2006, p. 75.

9Quand nous passons à Procès et réalité, nous retrouvons les mêmes thèmes avec quelques différences : « un événement isolé n’est pas un événement », parce que l’événement existe seulement comme attaché à un tout plus large, qui est la nature tout entière. Whitehead est résolument relativiste (au sens de la relativité restreinte) : on ne peut séparer l’espace du temps. Il a en tête l’idée du champ physique (champ de gravitation, champ électro-magnétique). Il veut résoudre le problème de la solidarité de l’univers, que les ontologies classiques rendent impensable puisqu’elles partent de substances isolées, et doivent y ajouter des relations externes, qui sont encore de nouvelles entités2. Il pense non plus en termes de choses, mais d’histoire ou de chemin. Chaque événement est donc aussi ce qui permet de définir des relations de temps et d’espace. Il met un peu de côté l’idée de l’événement naturel unique, et définit désormais un événement non pas comme ce dont un objet serait une propriété, mais qui pourrait être aussi réduit dans le temps que l’on veut, mais comme un complexe, un nexus et une « société » qui se définit à un niveau macroscopique et peut donc se percevoir3. Il n’existe que des processus, et une chose comme aussi, en un autre sens, un événement, est une structure de processus.

10Évidemment, un événement, étant fluent, ne peut définir une simultanéité avec un autre événement. Mais chaque événement ayant une qualité, les qualités de deux événements peuvent avoir des chevau­chements ou des recouvrements (sans compter les similarités, mais cela, selon Whitehead — peut-être en suivant l’argument de Russell : la similarité fait qu’on ne peut pas se passer des universaux — implique le recours à ce qu’il appelle des objets éternels, et qui semblent bien être des universaux). À partir de ces recouvrements, Whitehead se propose de retrouver les structures spatio-temporelles

11Comme dans Le Concept de nature, Whitehead va différencier les événements par leurs recouvrements et contacts, leurs inclusions comme parties et touts. On pourra pour cela utiliser des relations topologiques, qui ont l’avantage de ne pas présupposer de métrique préalable, et qui permettent de penser la continuité propre aux événements. À partir de là, en définissant des limites des recouvrements, on pourra reconstruire des « points » dans l’espace-temps. On va donc retrouver des lieux et des temps. Ces ordres de limites, en revanche, ne seront plus des événements, puisqu’ils ne changent pas (ils donnent les repères des phrases éternelles de Quine). Ils constituent les « ensembles abstractifs » que nous avons déjà cités. La différence avec les lieux et temps classiques, c’est que l’espace et le temps ne sont pas présupposés, mais produits, et que cela laisse libre d’avoir une théorie einsteinienne ou newtonienne. Mais on préfèrera la première, puisqu’on veut pouvoir comparer non pas d’un côté les espaces et de l’autre les temps, mais des touts qui sont spatio-temporels.

12Dans Process and Reality, cependant, Whitehead part d’abord des interactions entre des événements qualitatifs limites, des « actuels », en adoptant ce qu’il appelle une perspective génétique, et in fine, il propose une perspective en quelque sorte orthogonale, celle des coordinations, ou du schème extensionnel, qui est une réélaboration de la construction méréo-topologique du Concept de nature.

13Un actuel est une sorte de limite d’événement, une occurrence qualitative. Conformément à l’optique relativiste, on peut considérer que chaque actuel est un point de vue sur l’univers, et que deux points de vue ne peuvent appartenir au même monde, si par monde on entend la perspective propre à un point de vue. Cela n’empêche pas que les points de vue se raccordent, mais pour cela il faut qu’ils soient liés à des perspectives différentes.

14On va donc appeler deux entités actuelles « contemporaines » seulement (condition nécessaire, mais qui ne me semble pas suffisante) quand chacune définit son monde actuel, et qu’une quelconque des deux entités n’appartient pas au même monde actuel donné par l’autre (PR, p. 66/137).

15Bien qu’un actuel définisse son monde actuel, il ne constitue pas pour autant forcément la totalité de ce monde, mais peut en être une qualité très fine : telle nuance de couleur d’un nuage, « la saveur de telle fraise ». Mais un actuel peut aussi être la totalité de l’univers. Les actuels ne sont donc en rien des « substances ». Ce seraient plutôt des « tropes », mais ils ne sont pas abstraits : ils sont concrets, ce sont seulement des particuliers phasiques (propres à une phase temporelle). Les actuels sont des « occasions effectives », donc non pas des particuliers individuels, mais des tokens, des occurrences singulières, des limites de ce que sont les événements. Ce que nous nommons usuellement événement est en fait dans Procès et réalité un nexus, un réseau de telles occurrences, ou un chemin d’occurrences (PR, p. 80/157).

16Les particuliers entrent en relations avec d’autres actuels, par des relations qui leur sont propres (internes), et qui sont concrètes et donc singulières. Il faut donc penser ces relations de façon différente dans chaque sens (d’un particulier A vers un particulier B, et inversement). Whitehead appelle la relation d’une entité actuelle qui entre en relation avec une autre, et qui crée donc un nexus, un lien entre événements limites différents, une « préhension ». Mais il serait moins contraignant de parler de relation sollicitante, comme autrefois on parlait de force sollicitée et sollicitante, encore que la sollicitation puisse être ici aussi bien négative que positive. Cette relation vue par l’autre entité, Whitehead l’appelle « objectivation », et nous pourrions simplement parler de relation sollicitée. Le réseau de relations de chaque entité actuelle définit un monde actuel. Si on change d’entité focale (si l’événement est un événement différent) on change de monde. Chaque nouvelle relation est la réalisation d’une potentialité. Whitehead retrouve donc « l’être » (au lieu de l’évé­nement), mais seulement comme potentiel, puisque le seul type d’actuel est un événement limite, une occurrence dans sa singularité. Il appelle « concrescence » cette différenciation et détermination d’un actuel en de nouvelles relations.

17Si l’on prend l’événement comme une donnée primitive, il faut pouvoir différencier deux événements, et à partir de là, reconstruire une structure qui ait les possibilités de la structure prédicative. Le problème est alors qu’un événement, dans la perspective de Whitehead, n’est pas isolable, détachable. Pour retrouver les prédicats ou propriétés il va distinguer des « potentiels », qui sont simplement les autres actuels dans la mesure où ils entrent dans une relation sollicitée (ainsi tout événement est « être », et donc potentiel, pour un autre qui l’intègre dans son « devenir », c’est ce que Whitehead appelle le principe de relativité (PR, p. 22/74)), et des potentiels « purs », qui ne sont pas les actuels, mais les « objets éternels », dont la relation avec les actuels est encore différente. Cette relation, Whitehead la nomme « ingression » (PR, p. 23/75). L’ingression d’un objet éternel contribue à la détermination de l’actuel, mais n’y suffit pas (on retrouve l’idée de Frege, celle du concept comme fonction non saturée). Mais il resterait à dire quel rapport il y a entre d’un côté cette relation des actuels avec un potentiel pur et de l’autre leur relation entre actuels, le premier considéré pour son actualisation, le second comme potentiel servant à cette actualisation.

18À partir des événements limites actuels, du nexus des événements proprement dits, comment retrouve-t-on l’expérience de l’événement ?

19Tout d’abord Whitehead propose une notion de présent de l’expé­rience. Il montre, de manière assez proche de Husserl, que ce présent comporte non seulement les occurrences reliées par une expérience, mais aussi leurs franges et donc qu’il va au-delà de ce qui est vraiment intégré de manière précise. Whitehead définit la « duration » ou durée comme cet ensemble « à l’unisson » d’une expérience. Donc pour chaque actuel ou occurrence appartenant à un tel ensemble, les autres actuels lui sont directement « présents ». La théorie classique du temps part d’une « duration » comme intervalle minimal de temps posé comme « présent », et en déduit que chacun des occurrents dans cet intervalle est présent aux autres. Whitehead, lui, part de la présence de chacun des occurrents aux autres pour définir la « durée présente ». Les occurrents co-présents sont dits « co-grédients » ou stationnaires dans la durée en question. (PR, p. 125/126 ; 220/221) La théorie classique du temps soutient que tout occurrent actuel ne peut se trouver que dans une seule durée (un seul présent). Whitehead, suivant la théorie de la relativité restreinte, refuse cela. De ce que tous les co-présents d’un occurrent ne se trouvent ensemble que dans une seule durée, il ne s’ensuit pas que tel occurrent (le « sujet » sur lequel nous nous focalisons) existe seulement dans cette durée. Il peut aussi exister dans d’autres durées, avec à chaque fois seulement une partie de ses co-présents. Chaque « locus » consiste donc en une présentation d’une partie des co-présents selon une durée donnée, que Whitehead appelle « durée présentée » de l’occurrent en question.

20Mais jusqu’où et comment étendre le lieu spatial de co-présence de l’expérience ? Par exemple, si je perçois quelque chose dans un miroir, ou au microscope, ou au télescope, l’objet perçu m’est-il co-présent ? Whitehead souhaite une extension qui soit systématique. L’idée de ligne droite correspond pour lui à cette extension systématique (PR, p. 127/223). C’est quelque chose comme le plus court mode d’extension. Partons d’une préhension. Elle réalise un nexus, qui est un ensemble de qualités occurrentes. Mais on peut prolonger les vecteurs propres à ces qualités selon ces « droites ». Ce faisant, on étend l’expérience à ce qu’on pourrait appeler ses « dimensions », puisque les dimensions sont des vecteurs indépendants qui forment une base et qui peuvent se prolonger à l’infini. Mais alors, on noie en quelque sorte la spécificité qualitative des vecteurs origines initiaux — que Whitehead appelle « seat » ou assise, bref la base vectorielle, quand ces vecteurs définissent un volume limité — dans l’espace vectoriel ainsi balisé. Pour avoir une perspective générale, il faut cependant admettre que ce n’est là qu’une des variantes possibles. On peut avoir soit un espace vectoriel homogène, soit un site avec quelques franges, soit un site qui a conservé sa spécificité et des extensions qui lui opposent un espace lointain (c’est le cas le plus fréquent dans notre perspective pour les tableaux) soit un site bien défini quant à ses relations et un espace très mal défini et vague (c’est notre espace pratique quand nous nous concentrons sur un outil), ou encore un site bien défini et un lieu lointain bien défini (comme quand nous voulons partir d’un lieu et nous diriger vers un lieu éloigné mais bien défini), etc. Whitehead appelle cela une « tension » (strain) en pensant évidemment à un tenseur.

21Si nous comparons ces positions à celles de notre débat initial, Whitehead se range parmi ceux qui admettent les événements comme entités, mais il ne les conçoit pas comme répétable. Contrairement à Quine, il ne construit pas la notion d’événement à partir de celle d’espace-temps, mais bien la notion d’espace-temps à partir sinon des événements, du moins des limites d’événements. La relation des événements aux propriétés est donnée, peut-on penser, par la relation d’ingression des objets éternels dans les actuels (donc des propriétés prises comme universels dans les événements limites). La non-répétabilité et la singularité d’un actuel tiennent à sa concrescence, donc à la convergence en cet actuel d’autres actuels et d’objets éternels.

3 Le rôle de l’événement chez Davidson

22Comparons maintenant cette perspective de Whitehead avec les raisons pour lesquelles Davidson a pensé nécessaire d’introduire dans son ontologie les événements.

23Davidson a soutenu qu’on a besoin des événements pour décrire des actions sans avoir pour autant à connaître précisément l’état de chose qui est produit par l’action. Ainsi on peut dire que j’ai beurré la tartine, sans savoir qu’elle s’est cassée. Or pour concevoir une action comme une transition, une transformation entre états de choses, reliée de plus à un agent, il faut évidemment pouvoir identifier et connaître les états de choses propres à l’action, à tout le moins l’état final, et selon Von Wright les deux états initiaux et finaux. Plus généralement, on a besoin pour une théorie de l’action de pouvoir parler de la même action sous plusieurs descriptions. C’est nécessaire aussi pour rendre compte de la causalité, entendue au sens d’une relation entre deux événements qui suppose qu’il existe une loi, mais sans forcément pouvoir dire laquelle.

  • 4 Voir Donald Davidson, Actions et événements, trad. par Pascal Engel, Paris, P.U.F., 1993.

24La première raison d’introduire des événements est liée au souci de conserver la compositionalité des significations sur les descriptions d’action. Il faut pouvoir inférer à partir d’une relation polyadique qui décrirait toutes les propriétés d’un événement, avec tous les adverbes qui peuvent modifier le verbe propre au noyau de l’événement, des relations moins précises, moins polyadiques4.

25Pour résoudre ce problème, Davidson suggère donc qu’il faut écrire, pour décrire l’action par laquelle je beurre ma tartine dans la cuisine : « il existe x (beurrer (tartine, PL, x)) et (dans la cuisine, x) ». Je pourrai alors inférer de cette phrase « il existe x (beurrer (tartine, PL, x)) » sans difficulté. La variable x est une variable d’événement, le type d’événement étant de « beurrer ». Il faut ainsi disposer d’une variable x, à laquelle on puisse rattacher diverses propriétés, et non pas directement un fait ou état de chose, qui comprend déjà les propriétés, et qui donc n’est pas le même fait si on enlève ou rajoute une propriété. Mais cela oblige à considérer que le verbe d’action — « beurrer » — n’est pas lui-même l’événement, que c’est seulement un prédicat qui s’applique à une entité, l’événement. Le problème est que cela pourrait se lire comme supposant que je beurre l’événement, ou que l’événement se beurre, si bien qu’on ne sait pas bien quel est le statut de la relation de la propriété désignée par le verbe d’action avec l’événement x.

26Il ne faut pas confondre, insiste Davidson, événement et fait. Un fait comme « César mourut » est général et répétable : il aurait pu mourir en des temps et des lieux différents, même s’il n’est pas mort plusieurs fois ; de même « il y eut une éruption du Vésuve en 79 après Jésus-Christ », est un fait, exprimé par une proposition existentielle, mais c’est un fait général et qu’on pourrait appliquer aux éruptions du Vésuve avant cette date.

27Les événements de Davidson ne sont pas supposés répétables, alors que les states of affairs de Chisholm le sont. Les événements sont donc des particuliers. La différence entre particulier et faits doit aussi nous rester en mémoire pour « Doris fit chavirer le bateau hier », qui doit avoir une paraphrase existentielle, signalant l’existence d’au moins un chavirage, en entendant qu’il peut y en avoir eu plusieurs même hier. En revanche, « il y a eu un unique chavirage hier » implique un événement unique auquel s’applique le prédicat chavirage, l’objet canoé, l’agent, Doris, etc. Nous avons donc besoin de l’entité événement puisqu’il faut pouvoir dire qu’il y a eu un événement, et qu’il est identique au x déterminé par ces facteurs.

28Si nous nous intéressons maintenant à la structure des événements, nous noterons qu’un événement peut se produire à un temps qui n’est qu’une partie propre de l’ensemble des temps auquel l’événement se produit : le mouvement de ma main se produit à chacune des parties de l’intervalle entre les deux positions immobiles. Cela encore davantage si un événement est discontinu (déposer une bombe, qui explose seulement à une certaine pression, par exemple en altitude). Mais cela pose un problème pour « verser du poison dans un bidon », sachant que le poison ne fera effet que quand la personne boira le contenu du bidon. À prendre à la lettre le terme de « poison », et à le relier à l’acte d’empoisonner, on aurait donc tué l’empoisonné bien avant qu’il ne meure.

29Davidson pense résoudre le problème en disant : les événements ont des parties qui sont des événements, parties qui peuvent être ou non continues. On retrouve ici, mais beaucoup moins déployées, les questions de méréo-topologie dont Whitehead a été l’initiateur.

30Quelles sont maintenant les conditions d’identité de deux descriptions d’événement ou de deux noms d’événements ? Faudrait-il qu’elles se réfèrent à des événements qui surviennent dans le même lieu et le même temps ?

31Le problème de la localisation est alors que soit l’événement est trop précisé par sa localisation, soit il vaut aussi pour le tout (mouvoir mon bras, c’est me mouvoir), ce qui peut nous amener jusqu’à l’univers, si bien que tous les événements auraient alors la même localisation spatio-temporelle par extension.

32Le critère de Davidson est d’abord que deux événements qui ont les mêmes causes et les mêmes effets sont identiques. Cela semble circulaire conceptuellement, puisque nous avons besoin de la notion d’événement pour la notion de cause. Finalement, Davidson a adopté le critère d’identification de Quine, fondé sur la région spatio-temporelle.

33On voit que les préoccupations de Davidson concernant l’ontologie sont essentiellement de pouvoir parler d’entités et de pouvoir les identifier, alors que Whitehead veut constituer une ontologie totale. Mais tous les deux se soucient du problème de l’action, Davidson pour sa description et Whitehead pour la possibilité d’introduction de finalités locales dans son univers.

4. Whitehead peut-il répondre à Davidson ?

34En quoi les concepts de Whitehead permettraient-ils de répondre aux questions posées par Davidson, qui l’obligent à introduire des événements dans son ontologie ?

35Rappelons ces questions. Pour pouvoir parler d’action, il faut pouvoir se référer à quelque chose qui est une action seulement sous une description, puisque je peux produire un événement dont seulement une partie est une action (alerter un voleur en allumant la lumière). Ce quelque chose est un événement.

36L’événement est aussi ce que nous pouvons redécrire dans les termes de sa cause (être brûlé par le soleil). Cela permet de concevoir une action en tant que la causalité y est reliée à des raisons. On a donc aussi besoin de la notion d’événement pour pouvoir dire qu’un événement mental est la cause d’un événement mental, alors que l’événement lié à la raison ne nécessite pas pour autant l’action de manière logique (il y a des raisons qui ne causent pas des actions) et que les deux événements doivent être différents, ce qui élimine l’argument de Melden selon lequel la relation n’est pas simplement logique.

37On a besoin d’événements pour pouvoir passer d’une description simplifiée d’une action à une description plus étendue (les états de choses, en revanche, seraient différents).

38On a besoin d’événements qui soient uniques, non répétables, pour pouvoir distinguer des états de choses qui peuvent se répéter (César mourut, il y a eu une éruption du Vésuve en 79 après Jésus-Christ et ce qui arrive (forcément une seule fois).

39Cependant, le recours aux événements présente des inconvénients :

  • 1) l’introduction d’événements enrichit l’ontologie.

  • 2) on ne sait pas bien comment identifier un événement, comment se rendre compte que c’est du même événement que parlent deux descriptions, que c’est la même entité désignée par deux noms.

  • 3) la structure d’un événement semble pouvoir être discontinue (empoisonner, quand le poison est dans une gourde) dans le temps, mais aussi l’événement semble devoir s’étendre et résider aussi bien dans une partie que dans un tout qui peut aller jusqu’à l’univers.

40Les raisons qu’a Whitehead de penser l’événement sont différentes, mais on peut cependant se demander s’il pourrait fournir des solutions aux problèmes de Davidson, ou bien si ces problèmes pourraient devenir des objections aux conceptions de Whitehead lui-même.

41Son objectif principal est de remplacer l’ontologie dualiste des substan­ces et des qualités ou propriétés en tenant compte de la notion physique de champ. Tout en partant d’un processus global, Whitehead ne veut pas s’en tenir au monisme, mais penser le rapport de la singularisation ou actualisation et de la connexion des actualités de pair avec le rapport abstrait/concret.

42Davidson ne se soucie pas de la notion de champ ; il accepte une onto­logie des substances et des propriétés, mais il veut y ajouter la catégorie d’événement. Il retrouve cependant au niveau épistémologique et non pas ontologique un problème d’impossibilité d’isoler des déterminations : il doit reconnaître qu’il n’est pas possible de donner un critère décisif de séparation, à partir des comportements révélant des désirabilités, des croyances et des désirs, ce qui est pourtant nécessaire pour définir des intentions. Le problème de Whitehead est plutôt de relier causalité finale ou téléologie des processus subjectivants (les satisfactions) et causalité efficiente, mais les deux approches peuvent être deux manières de traiter des intentions.

43Chez Whitehead, dire que des raisons peuvent être des causes ne posera pas de difficulté : cela s’inscrit dans la problématique générale de l’hybridation entre potentialité et actualisation, et entre cause finale et cause efficiente (entre satisfaction et transition). Les entités éternelles sont des potentiels purs, les entités actuelles sont des concrescences d’une pluralité de potentiels. Et de plus tout actuel joue le rôle de déterminant relationnel potentiel — de déterminant de concrescence — pour tout autre actuel.

44Un actuel est un processus, une « occasion » singulière. Les descriptions d’un tel processus sont alors les « ingressions » d’un objet éternel dans un actuel. Mais il ne suffit pas d’un universel pour faire une description, il faut d’autres actuels (PR, p. 48/111). L’événement « César a franchi le Rubicon » donne lieu à des propositions différentes (une proposition pour Whitehead est un hybride entre potentialité et actualisation, les sentirs étant aussi des hybridations) selon son enchâssement dans différentes expériences : le vieux soldat de César qui pense à son assassinat, le touriste actuel, tous deux sur le bord du Rubicon, etc. Il s’agit là aussi d’événe­ments (nexus) différents, mais qui semblent contenir une partie commune. On peut dire inversement que cet événement-là (César franchissant le Rubicon) en tant qu’occasion actuelle a comme voisinages ces différentes expériences (PR, p. 196/322).

45La notion limite ou minimale d’événement est alors celle d’occasion actuelle. Un événement au sens plus large est un nexus ou réseau, une sorte de structure dans une histoire faite d’occasions. Les événements de Davidson sont en fait des complexes de processus. Les événements sont uniques et non répétables. Il faut distinguer des événements des formes qui permettent de les décrire, sous plusieurs descriptions, et qui sont liées à des ingressionss d’entités éternelles.

46Un problème posé par Davidson, celui de la diffusion de l’événement au tout du monde, est réglé : tout événement implique pour sa concrescence la totalité du monde, mais précisément à cause de cela, tout événement est singulier. Ainsi l’événement s’identifie lui-même, mais aussi bien tout concourt à l’identifier. La proposition de Davidson a moins d’amplitude, mais elle recourt aussi à une notion de nexus (l’ensemble des causes et des effets).

47Ainsi l’ontologie de Whitehead semble parfaitement compatible avec celle de Davidson, à part le fait qu’elle est plus générale, et sans doute plus simple, puisqu’elle n’implique pas de substances. En la réduisant à son squelette, en quelque sorte, on peut dire que c’est une ontologie d’événements et de propriétés (pour les éternels).

48On aurait pu penser que, de même qu’à partir des événements ou des actuels on va retrouver les lieux et les temps, on doit pouvoir aussi retrouver à partir d’eux les objets particuliers et les propriétés. La seule différence serait alors que la construction nous aurait rendu sensibles au fait que les objets et les propriétés peuvent se construire de différentes manières à partir des événements. Mais ce serait en quelque sorte seulement l’envers de ce que nous avons constaté dans le débat rappelé en introduction. On peut construire des événements de manières très diverses, par exemple comme des instanciations des propriétés, en nombre aussi grand que l’on peut inventer de propriétés (Kim), ou comme des régions : s’il n’y a pas deux événements dans une même région, il y a dans le voisinage d’une région une infinité de régions. La théorie de Montague combine les deux caractéristiques : il peut y avoir des intervalles aussi peu différents qu’on le veut et des propriétés aussi peu variées qu’on le veut.

49L’idée d’une telle reconstruction chez Whitehead aurait pu être que les objets ont une certaine invariance au cœur des événements. Par exemple, l’obélisque dressé le long de la Tamise s’altère, s’empoussière, tout doucement, mais il garde sa forme. Les propriétés, elles, seraient invariantes à travers non pas un changement, mais à travers plusieurs (donc plusieurs événements), et cela même si elles changent. Ce qui fait que les propriétés pourraient être indéterminées quant à l’événement dont elles font partie, et quant à leur objet. Whitehead reprend la deuxième idée, mais pas la première. Ou du moins il remplace « invariant » par ce qu’on nommerait aujourd’hui « attracteur », chaque actuel se développant selon son « attracteur », selon un certain gradient de potentiel.

50Cependant on retrouve bien chez lui quelque chose comme des objets et des propriétés. Les objets deviennent des nexus ou mieux des sociétés d’actuels (une société maintient sa propre cohésion de groupe), et des continuants, ou des objets persistants. Une pierre n’est plus une substance, mais un nexus de molécules en agitation, donc un réseau pour une concrescence, et de même pour tout être (PR, p. 54).

51Dans ces « enduring objects » chaque occasion, chaque actuel hérite un caractère déterminant d’un de ses prédécesseurs. La séquence de ces héritages forme une société (PR, p. 198/325). Une société impose à chacun de ses membres les conditions qui produisent une similitude entre les membres. Une société se soutient elle-même (PR, p. 89/169). Mais on peut aussi parler d’un ordre « a-social » pour un réseau ou nexus, donnant ainsi un statut ontologique au chaos. Finalement un individu est une société d’entités actuelles, mais définies soit en fonction du point de vue de celui qui pense à cet individu, soit par l’existence des occasions qui forment la société (PR, p. 109/196).

52Les propriétés, de leur côté, deviennent des « objets éternels », incom­plets dans leur détermination, puisqu’elles peuvent s’appliquer à plusieurs objets, comme les universaux.

53Cependant il faut éviter les amalgames. La philosophie de Whitehead ne prétend pas construire les objets à partir des abstraits, ce que pourrait faire la théorie des tropes, qui construit les substances à partir des tropes, ces abstraits particuliers. Les particuliers sont supposés, ce sont les événements ou les actuels. Donc ce qu’on explore, c’est seulement la manière dont des particuliers peuvent manifester des entités abstraites qui bien qu’abstraites sont propres à leur nature (PR, p. 20/71).

54Une fois l’ontologie de Whitehead rendue plus homogène aux notions ontologiques classiques, plusieurs points concernant la théorie de l’action et ses rapports avec les événements restent cependant énigmatiques. On ne voit pas bien, par exemple, comment l’ontologie de Whitehead distingue nos actions de ce qui nous arrive. Par ailleurs elle est tellement accueillante qu’elle ne semble pas traiter les problèmes de structure des événements comme des problèmes.

55Comment Whitehead pourrait-il répondre sur le premier point ? L’action pourrait être la subjectivation de ce qui nous arrive, si nous nous rappelons qu’une entité actuelle se crée elle-même, en transformant sa diversité de rôles en un rôle cohérent unique. Il y a toujours à la pointe de la concrescence une décision qui est propre au « superject » ; cette décision est la réaction de l’unité du tout à sa propre détermination interne.

56On partirait alors de l’actuel, qui préhende les relations, qui actualise l’univers d’un certain point de vue et de devenir, ce qui en fait son monde ; on rajouterait de la réflexivité, ce qui suppose de passer par les propositions, qui utilisent les ingressions d’éternels. La réflexivité est la version subjectivation (de l’actuel vers son monde) de cette ingression prise comme telle. On poserait finalement la satisfaction (finalité) de tout ces processus complexes, et on aurait une action.

57Le premier problème est qu’alors on n’aurait pas une action, mais plutôt une vie. Chez Whitehead, on ne voit donc pas comment isoler même abstraitement une action : soit on part des constituants, et l’action sera une superstructure intermédiaire, soit on est au niveau du processus dynamique finalisé, et il s’agit de vie, et pas d’action.

58Mais il semble possible de retrouver l’identité d’une action en prenant justement le quotient d’une vie par un événement, puisqu’un événement est un nexus particulier. Ce serait la meilleure manière de résoudre ce premier problème. L’action serait alors la subjectivation de l’événement lui-même découpé sur une vie. C’est évidemment une conception plus riche que celle de Davidson.

59Le second problème est celui des structures et des identifications des événements. L’avantage de la conception de Whitehead est de ne pas supposer donner le cadre spatio-temporel (comme le fait Quine) et de le construire à partir des processus et de certaines contraintes, en ne présupposant pas d’emblée une métrique.

60Whithead nous propose à peu près, on l’a dit, les éléments de ce qu’on appellerait aujourd’hui une méréo-topologie : les relations parties-tout, plus une notion de connexion « extensive » (une connexion pouvant relier deux régions sans pour autant qu’elles se chevauchent ou se recouvrent), qui permet de rendre compte de ce qu’on nomme aujourd’hui une relation de voisinage. Cette notion topologique semble indiquée par la notion d’« ensemble abstractif », qui veut appréhender les relations qui sont maintenues dans une série infinie d’inclusions sans dernier élément. Cette notion est nécessaire parce que le chevauchement par une même région n’assure une unité (non dispersée) que si la région en question est déjà elle-même supposée unifiée. Dans les textes qui précèdent Procès et réalité, Whitehead doit présupposer que l’on n’a pas affaire à une unité du genre archipel.

61Whitehead soutient ainsi que l’occasion actuelle est incluse dans son propre présent immédiat, présent immédiat qui consiste en une durée (un voisinage temporel). Mais en raison de la relation de voisinage, il devient faux que chaque occasion actuelle ne se trouve que dans une seule durée (même si l’occasion actuelle était le point d’un « ver » topologique qui relie deux voisinages) : elle se trouve dans tous les voisinages d’autres points temporels de son voisinage. Il y a bien, selon l’intuition, un seul voisinage temporel (la durée présentée, le lieu de repos du mouvement) qui inclut tout le présent immédiat de l’occasion actuelle M, mais M elle-même appartient à plusieurs voisinages, qui ne sont pas son présent immédiat, mais celui d’autres points temporels. Elle appartient non seulement à plusieurs intervalles temporels dans la même durée, mais elle appartient à plusieurs durées (relativité).

  • 5 Achille Varzi, Parts, « Whole, and Part-Whole Relations : the prospects of mereo-topology », Data (...)

62Varzi a noté qu’on peut distinguer trois relations de connexion5 : la première vaut pour toutes régions qui ont au moins un point commun entre leurs ouverts (ou intérieurs). La deuxième permet d’admettre une connexion s’il y a un point commun entre l’ouvert d’une région et le bord de l’autre région. La troisième exige qu’il y ait un point commun entre les bords des deux régions, c’est là une connexion externe.

63Whitehead pense pouvoir donner un sens aussi bien à la notion de continuité de voisinage (la première notion de connexion, dans une dimension ou dans plusieurs) qu’à la notion de contiguïté (connexion externe), et il donne un sens à des relations « médiates ». Dès lors un événement est forcément connecté à l’univers, mais sa structure méréo-topologique peut être assez bien définie. Ce n’est donc pas seulement la localisation spatio-temporelle qui identifie un événement, mais l’ensemble des structures de cette localisation (puisque l’événement appartient à plusieurs durées). La solution tire sa simplicité du fait que l’événement (dans Procès et réalité) n’est pas une entité ontologique simple, mais une entité structurelle se basant sur des processus.

64Les problèmes de la position de Davidson sont donc, semble-t-il, réglés par l’ontologie de Whitehead. Les difficultés qui demeurent sont, elles, liées à d’autres aspects de cette position, en particulier au statut quelque peu énigmatique de la contribution des entités éternelles — qui tiennent lieu de propriétés universelles — à l’ontologie des processus, ou au finalisme latent dans la conception des devenirs.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : James Higginbotham, Fabio Pianesi et Achille Varzi, Speaking of events, Oxford, Oxford University Press, 2000.

2 Whitehead, Process and Reality, Collier Macmillan, 1978, p. 56 ; trad. fr. Paris, N.R.F.-Gallimard, 1995, p. 123. Les références ultérieures à cet ouvrages sont notées PR suivi de deux numéros de page, le premier désignant la page de l’édition anglaise/ le second celle de la traduction française.

3 Didier Debaise, Un Empirisme spéculatif, Paris, Vrin, 2006, p. 75.

4 Voir Donald Davidson, Actions et événements, trad. par Pascal Engel, Paris, P.U.F., 1993.

5 Achille Varzi, Parts, « Whole, and Part-Whole Relations : the prospects of mereo-topology », Data and Knowledge Engineering, 20, 1996, p. 259–286.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Livet, « La notion d’événement chez Whitehead et Davidson », Noesis, 13 | 2008, 217-233.

Référence électronique

Pierre Livet, « La notion d’événement chez Whitehead et Davidson », Noesis [En ligne], 13 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://noesis.revues.org/1631

Haut de page

Auteur

Pierre Livet

Professeur à l’université de Provence, a travaillé dans les domaines de l’épistémologie des sciences sociales (La Communauté virtuelle 1994), de la théorie de l’action (Qu’est ce qu’une action ? 2002, Les Normes, 2004) et des émotions (Émotions et rationalité morale, 2002), et sur l’ontologie des faits sociaux (De quoi sont faits les êtres sociaux, avec F. Nef, à paraître chez Hermann en 2009). Il dirige actuellement le Centre d’Épistémologie et d’Ergologie comparatives.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org