Navigation – Plan du site
I - Quine et ses contemporains
2 - Quine, la signification, la traduction et l'intensionalité

Quine et l’intensionalité

Bernard Ruquet
p. 101-135

Texte intégral

1Le présent article est l’effet d’un travail universitaire en cours concer­nant Quine et Merleau-Ponty sur la question de l’apprentissage. Le parti pris de cette étude, en ce qui concerne Quine, est de rayonner dans son œuvre à partir de son avant dernier ouvrage, Pursuit of Truth, parce que la doctrine y est à la fois complète, récente et concisément exposée. C’est cette référence qui sera également privilégiée ici, en particulier les paragraphes 28 et 29 du chapitre iv sur « les intensions. »

  • 1 La Pousuite de la vérité. Paris, Seuil, 1993.
  • 2 Pursuit of Truth, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1990.

2Ces paragraphes ont en effet subi des modifications significatives entre la première et la seconde édition, révision effectuée quelques mois plus tard par Quine à l’issue des conférences de San-Marin et de Gérone et à l’occasion de conversations conduites avec ses « amis » en particulier Donald Davidson et Dagfinn Follesdal. Nous désignerons dans la suite ces deux versions par les abréviations : V11 et V22. Le paragraphe 28 traite des limites logiques de l’intensionalité. Le paragraphe 29 tire les conséquences épistémologiques de ces limitations. En V2, Quine resserre les conditions de pertinence logique des énoncés intensionnel et, du même coup au paragraphe 29, les prétentions heuristiques de l’intensionalité. Ce sont ces modifications que nous allons suivre successivement dans les deux premières parties : Logique et intensionalité et Épistémologie et intensionalité. Nous établirons enfin les conséquences qui semblent devoir être tirées de ces analyses dans une troisième partie : Empirisme et intensionalité.

1. Logique et Intensionalité

  • 3 Voir supra.

3Les deux premiers alinéas du paragraphe 28 du chapitre iv de Pursuit of Truth sont exhaustivement reproduits dans V2. Le premier range toutes les clauses de contenu sous l’appellation d’« attitudes propositionnelles » et généralise la forme « dit que » comme leur modèle, signifiant par-là que l’énoncé à droite de « que » peut dans tous les cas être pris pour une citation. Ainsi, le contenu des clauses porte sur les états mentaux du sujet cité (même s’ils sont primitivement neurologiques pour le sujet lui-même) si bien que leur réduction à des contenus d’observation est opaque. Le second alinéa établit le caractère holophrastique de la saisie de la clause de contenu par le sujet imputant. L’énoncé est donc synthétique (au sens du paragraphe 7)3 mais ne peut être ramené à un énoncé d’observation compte tenu de l’inaccessibilité de l’expérience intime du sujet cité. Le reste du paragraphe est totalement remanié dans V2. On distingue deux modifications principales :

4a) Dans V1, Quine se réfère aux célèbres exemples de Russell :

(1) George IV désire savoir si Scott est l’auteur de Waverley

et

(2) Tom croit que Tullius a dénoncé Catilina

  • 4 « Quantifiers and Propositionnal Attitudes ». Voir Harvard, p. 69.

5Il reconstitue l’analyse de Russell dans On Denoting concernant les portées primaire et secondaire du quantificateur existentiel et distingue, par-là, entre mention de re et de dicto. Mais Quine ajoute un troisième exemple qu’il emprunte à un ancien article4 :

(3) x(Ralph believes that x is a spy)

6La référence à Russell disparaît en V2. Seul le dernier exemple est conservé, mais il est traité d’une façon très différente — on le verra dans la suite.

7b)La distinction de re et de dicto est déjà introduite en V1, mais elle prend un caractère discriminant pour les attitudes propositionnelles beaucoup plus fort en V2. Est introduite, en effet, la notion d’« épellation » qui dissout les clauses de contenu de dicto en une concaté­nation d’éléments syntaxiques (lettres, syllabes, phonèmes…). Confor­mément à la thèse sur la notation canonique de Word and Object, Quine cherche manifestement ici à fournir une méthode de discrimination des entia non grata. Le recours à la notion d’épellation est important, parce qu’il résout le cas de l’occurrence secondaire du quantificateur existentiel. Reste le cas de l’occurrence primaire. À peu de chose près, V1 s’en tient à l’analyse de Russell. En V2, Quine montre que la solution de Russell est insuffisante pour les énoncés d’attitudes propositionnelles. Dans de tels énoncés une dualité s’installe entre l’analyse syntaxique et l’analyse sémantique des clauses de contenu. C’est cette dualité au sein de la logique intensionnelle qui constitue l’ « anomalie moniste » dont il sera question au paragraphe 29. Quine reprend alors l’étude de l’exemple (3) qu’il interprète par une analyse trivalente — et non plus seulement bivalente comme c’était le cas dans les exemples de Russell.

8C’est en effet pour cette raison que la référence à Russell disparaît en V2 et que l’exemple de Ralph est privilégié. Les exemples de Russell montrent simplement que les valeurs de vérité des énoncés sont modifiées en fonction de la portée du quantificateur existentiel. Ainsi :

(4) x (Tom croit « x a dénoncé Catilina »)

asserte l’existence de re de x et la croyance de Tom en cette existence. Tandis que :

(5) Tom croit « x (x a dénoncé Catilina) »

  • 5 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 104
  • 6 Platon, Ménon, 96d–97c

asserte la croyance de dicto pour Tom de l’existence d’un x qui a dénoncé Catilina. En (4) l’x est identifié : la proposition est vraie si Tully = Tully, si Tully = Cicero ; elle est fausse si Tully = Lully. En (5) l’x reste « libre » : la proposition est indéterminée quelle que soit la valeur de x, puisque cette valeur, soumise à la croyance de Tom, reste inscrutable observation­nellement. En (5) la clause de contenu peut être éliminée par l’épellation. L’existence de x ne dépend nullement de la croyance de Tom et la valeur de vérité de l’énoncé, inscrutable, se résout en sa seule forme syntaxique. Pour paraphraser Quine : la citation est uniquement un nom pour une enfilade de dix-sept lettres et trois espaces5. En (4), en revanche, la citation asserte, pour Tom, l’existence de re de x et relève d’une analyse sémantique de la clause. La croyance de Tom est vraie s’il existe un x, attesté empiriquement (par des témoins, des livres, des recoupements de témoignages, etc.) qui a effectivement dénoncé Catilina et qui s’appelle Tullius. Elle est fausse dans le cas contraire. Mais cela ne dit rien sur la croyance de Tom. Cela dit simplement que la proposition complétive citée par Tom est vraie, sans assurer que Tom, quant à sa croyance, se prononce sur cette vérité. Croire, après tout, n’est-ce pas être sujet au doute ? En elle-même, la croyance de Tom n’est-elle pas l’expression d’un doute implicite sur ce qu’il croit ? On est ici dans un cas semblable à celui évoqué par Platon dans le Ménon6, lorsqu’il intercale entre savoir et erreur, ce qu’il appelle « l’opinion vraie. » Celui qui sait le chemin d’Athènes à Larisa conduira le visiteur étranger sans se tromper. Celui qui ne connaît pas le chemin ne l’y conduira pas. Mais il se peut que l’on puisse « conjecturer » le chemin et, sans savoir qu’on le connaît, conduire l’étranger à sa destination. Il en va de même pour la croyance de Tom en (4). Sa croyance est vraie ; mais que sait-il de la vérité de sa croyance ? Que sait-il de Tullius ? Sait-il que Tullius est Cicéron et que sait-il de Cicéron ? Tullius n’est-il pas seulement pour lui un nom, « Tullius », une enfilade de sept lettres qu’il a déchiffrée dans son livre d’histoire, qu’il répète simplement et dont la dénotation n’est qu’une variable absolument libre de tout contenu ? Il en va ici comme du professeur d’histoire interrogeant son élève :

– Que sais-tu de la conjuration de Catilina ?
– Tullius a dénoncé Catilina

9Notre professeur d’histoire peut s’en tenir là et accorder une bonne note à l’élève. Dans ce cas, il interprète la réponse de l’élève selon (4). Mais il peut avoir quelque suspicion :

– Qui est Tullius ?
– Tullius est Cicéron.

10Voilà notre historien rassuré. La note est maintenue et la prévention (5) est levée. Mais :

– L’auteur du De Finibus a-t-il dénoncé Catilina ?
– Non, celui qui a dénoncé Catilina, c’est Tullius Cicero.

11La note baisse. Mais ne soyons pas trop cruel avec ce malheureux élève qui sait, tout de même, que Tullius est Cicéron et que Tullius Cicero a dénoncé Catilina !

12Avec l’exemple de Ralph et des espions, Quine introduit, dans V2, de façon plus sensible que les exemples de Russell, l’ordinaire des croyances triviales :

(6) Il est certaines personnes que Ralph croit être des espions

L’énoncé (6) peut être interprété comme (4) ou (5). Ainsi :

(7) Ralph croit « x (x est un espion) »

13Ce type d’énoncés correspond, grosso modo, aux propositions donnant lieu aux conversations du « Café du Commerce ». L’indétermination de x ouvre une place indéfinie à des dénotations multiples, vagues et vacantes, généralement mentionnées par un pronom impersonnel : « On nous cache tout, on nous dit rien » ; « ils ont mis des parcs-mètres dans la rue », etc. On comprend que ce type d’énoncés alimente des conversations infinies, puisque chacun peut substituer à x des valeurs arbitraires. Sous (7), n’importe qui peut être un espion, à condition que n’importe qui d’autre ne le soit pas. Cette condition est importante, on le verra dans la suite, car elle conserve à l’énoncé une valeur déductive, quand on passe de x à a, puis de x à non-a = b (pour un contradicteur) puis à tous les aménagements possibles pour le calcul logique. Ainsi peut-on passer de (7) à toutes les hypothèses envisageables sur l’identité des espions (qui est un espion ?) sans ne jamais pouvoir rien contrôler, puisque les dénotations de x sont toujours soumises aux croyances opaques des interlocuteurs. Les énoncés de ce type sont purement formels et c’est pourquoi, selon Quine, ils doivent être réduits à leurs compositions syntactiques, puisque leurs valeurs sémantiques sont rigoureusement inscrutables. Parmi les « inten­sions » ces énoncés-là sont ceux que l’analyse extensionnelle élimine le plus aisément. Mais qu’on ne s’y trompe pas : si ces énoncés peuvent être éliminés, ce n’est pas qu’ils n’ont pas de signification ; c’est parce que leur signification est inscrutable. M.R. peut croire quelque chose de vrai et le confronter à une valeur indéterminée de x conçue par M.S. Dans ce cas, il pense x sous la forme :

(8) x (M.R croit « x est P ») – dans l’exemple : x (Ralph croit « x est un espion »)

14Dans ce cas, M.R. qui ne sait pas qu’il pense vrai (sinon, il ne discuterait pas avec M.S.) doit pouvoir assigner une valeur empiriquement contrô­lable à x. Mais il ne le pourra pas, tant que son énoncé sera soumis à une attitude propositionnelle quelconque. Quand bien même — comme nous allons le voir — il passerait de « je crois que… » à « je sais que… » son jugement ne serait pas mieux établi. Pour que le contenu propositionnel de M.R. ait quelque valeur référentielle assignable, il faut que son énoncé soit un énoncé catégorique d’observation, c’est-à-dire un énoncé ne faisant intervenir aucune citation qui transporterait une partie de l’énoncé dans une sphère de désignation « mentale », tout en conservant l’autre partie dans la sphère « réelle » des désignations empiriques. Un énoncé tel que « je crois que… » (ou « Ralph croit que… ») est parfaitement analysable extensionnellement sous la forme : (x)(y).(si x est P, alors x = y) — c’est-à-dire une description définie — où x désigne un être, P, le prédicat « croyant » et y, « je ». « y croit que Q » est une réalité empirique attestée par les dires de y. L’opacité référentielle porte seulement sur le contenu propositionnel de « ce qui est cru », non pas de « ce qui croit. ». C’est ainsi que l’on peut prendre (6) comme proposition catégorique, ce que l’on fait ordinairement, lorsqu’on attribue spontanément à la croyance de y (M.R., Ralph, je, etc.) une détermination peut-être inscrutable, mais définie dans son esprit. « y croit que Q » n’est pas moins un fait que « x est P ». Non pas que la croyance en Q soit invétérée chez y (comme la luminescence au phosphore) mais en ce que y énonce Q comme l’être de ce qu’il pense (comme le phosphore « énonce » sa propriété par sa luminescence). Ces croyances de fait sont ce que Quine appelle des « croyances triviales », lorsqu’il prend pour modèle l’énoncé (6) que nous pouvons à présent mieux expliquer.

15Nous avons vu que l’énoncé (6) peut être interprété comme (4) ou (5) — plus généralement (7) ou (8) — mais (6) peut aussi ne pas être interprété. La non-interprétation de (6) revient à ne pas décider entre (7) et (8), à laisser vacante les spécifications citationnelles de l’énoncé, c’est-à-dire à « emboîter », en quelque sorte, (8) sous (7) sans préjuger de la valeur de x. Nous avons vu tout à l’heure que (7) conserve une fonction déductive. Comment ne la conserverait-elle pas, du reste, puisque la valeur de la variable est totalement ouverte, insaturée, ou plutôt « insaturable » comme il appert de ce qui précède. Cet « emboîtement » pourrait ainsi être rendu dans notre exemple : « Tout le monde croit qu’il y a des espions dans le monde et chacun croit qu’ils sont ici ou là » ; ceci peut être formalisé sous l’expression extensionnelle de second ordre suivante :

(9) (x)(y). (x croit que Py)

16Quine, dans V2, ne traduit pas l’exemple de Ralph sous ce schéma, parce qu’il n’est formellement pas valide comme nous allons le voir. Mais ce schéma permet de mettre en évidence ce que Quine vise par l’expression (6) :

J’en conclus que l’exigence par laquelle on distingue mention de re et de dicto, c’est-à-dire savoir qui ou quoi, varie avec les circons­tances et manque d’un critère général.

La distinction de re/de dicto, c’est la distinction entre (8) et (7) — (5) et (4) dans l’exemple. Le « savoir qui ou quoi », c’est la spécification de la variable. La « variation », c’est la relative indétermination de x, lorsqu’on suit le schéma déductif de (7) à (8) — lorsque la croyance est prise « trivialement », c’est-à-dire catégoriquement, sans décision citationnelle. On l’aperçoit bien à partir de (9). Il apparaît clairement, en effet, que la valeur sémantique de la clause de contenu variera quand x = y. Le prédicat P (être un espion) ne signifie sans doute pas la même chose pour celui qui est déjà un espion et pour celui qui ne l’est pas. « Être un espion », pour lui, signifiera peut-être « être un contre-espion » ; sa propre « espionite » ne sera peut-être pas tout à fait considérée comme de l’« espionnage » mais comme une activité de renseignement légitime pour la sécurité d’un État et la connotation morale imputée au prédicat par un imputant  y disparaîtra. Ce que veut montrer Quine, c’est que la spécification séman­tique des clauses de contenu intensionnelles échappe, pour ainsi dire, toujours latéralement quand on travaille à resserrer ses déterminations. Il y a bien des manières de spécifier de re la signification d’énoncés tels que (6) mais de telles spécifications laisseront toujours échapper des valeurs opaques. Approfondissons l’exemple de Ralph.

17Le commissaire Ralph croit, comme quiconque, qu’il y a des menteurs dans le monde — cas (6). Dans l’affaire qui l’occupe, il croit qu’il y a au moins un menteur parmi les suspects — cas (4). Après investigations et interrogatoires, le commissaire Ralph croit que le suspect numéro 3 ment, parce que son propos entre en contradiction avec les témoignages des autres suspects. À l’instar de l’inspecteur Colombo, le commissaire Ralph confond le suspect en lui tendant un piège. Numéro 3 avait par exemple déclaré qu’il se trouvait à tel endroit au moment des faits (alibi avéré) et qu’il ne pouvait pas, matériellement, être sur les lieux du crime à l’instant où il est établi qu’il fut commis. Mais le sagace commissaire Ralph découvre un itinéraire qui rend le trajet possible dans les temps. Inopinément et malicieusement, Ralph (alias Colombo) demande à numéro 3 de le conduire à tel endroit qui emprunte cet itinéraire. Il fait constater à numéro 3 la parfaite connaissance qu’il en a et grâce à quelques indices supplémentaires qu’il avait par-devers lui conservés confond le suspect. Celui-ci avoue. On pourrait penser que le commissaire Ralph est ici passé de la croyance à la connaissance et que la clause de contenu qui était objet de croyance avant le piège dans l’esprit de Ralph est devenue objet de connaissance après. On serait passé d’un énoncé intensionnel à un énoncé extensionnel du type de ceux évoqués par Quine au paragraphe 7 de Pursuit of Truth : un énoncé catégorique d’observation synthétique. En effet, la reconstitution du trajet, la collusion des indices supplémentaires, l’aveu de numéro 3, ne sont-ils pas comparables aux phénomènes observationnels correspondant aux hypothèses scientifiques ? La réponse est : non ! Ce qui différencie les deux cas, c’est que l’expérience scienti­fique est reproductible : le crime, lui, n’est pas reproductible. Sa reconsti­tution met en jeu des énoncés intensionnels inscrutables. L’aveu même de numéro 3 n’est pas une preuve : peut-être numéro 3 a-t-il menti pour couvrir la culpabilité de numéro 5 ?

18L’aspect le plus intéressant du chapitre v de Pursuit of Truth (V2) consiste dans le fait que Quine montre à la fois une hiérarchie de degrés dans les formes intensionnelles d’énoncés (la croyance du chien dans l’arrivée prochaine de son repas est plus déterminée que celle de la croyance en la transsubstantiation de l’Eucharistie — en cela Quine est strictement humien) mais aussi une différence de degré entre ces formes : « perçoit que » est plus déterminé que « croit que » et ce dernier que « regrette que », parce que l’ancrage empirique d’observation empathique y est de moins en moins fort. Mais en même temps, ces différences de degrés s’appuient sur une différence épistémique de nature : percevoir, croire, regretter, espérer, etc. sont tous des « attitudes propositionnelles » c’est-à-dire des énoncés foncièrement opaques et « mentalistes ». Dit autrement, on ne « passe » pas de la croyance au savoir ; on ne transforme pas un énoncé intensionnel en énoncé extensionnel : « savoir que » n’est pas moins opaque que « croire que ». Le savoir n’est pas « dans l’esprit » mais dans les énoncés observationnels de la science, analytiques ou synthétiques, mais dont les contenus sémantiques sont reproductibles et sont aussi objets de reconnaissance unanime dans une communauté linguistique.

  • 7 La Pousuite de la vérité., op. cit., § 25, p. 95–96

19Le chapitre v de Pursuit of Truth établit une hiérarchie entre les attitudes propositionnelles — particulièrement entre « perçoit que… » et « croit que… » — en fonction du degré de contrôle empirique pour un sujet imputant la clause de contenu relativement au sujet auquel il l’impute. La détermination la plus forte est celle de la perception directe et actuelle d’un contexte commun. Si M.R se situe devant la table derrière laquelle se trouve une chaise et qu’il regarde ostensiblement vers la table, M.S qui se situe derrière la chaise pourra, par empathie, énoncer : « M.R perçoit la chaise derrière la table ». Plus le contrôle empirique est ténu, plus l’énoncé d’attitude perceptive est chargé d’intensionalité. Ainsi en va-t-il de la « perception élargie »7 c’est-à-dire celle qui porte sur des comportements effectués en l’absence de perceptions stimulatoires actuellement décela­bles. Le trépignement d’un homme qui consulte régulièrement sa montre sur un quai de gare peut me laisser entendre qu’il perçoit que le train est en retard, parce que j’ai fréquemment observé ce type de comportements en moi-même et chez d’autres personnes dans des situations similaires. Mais ces comportements d’impatience peuvent avoir d’autres causes : le train, par exemple, peut être à l’heure, le voyageur en avance, et son comportement peut signifier l’incertitude où il est d’être ponctuel à son rendez-vous, parce qu’il ignore le trajet qui doit le conduire de la gare d’arrivée sur le lieu de ce rendez-vous. Il y a donc des différences de degré au sein des imputations de perception, lesquelles sont proportionnelles aux degrés de contrôle empirique des attitudes pour le sujet imputant. Ces différences de degré rejoignent ce que nous avons vu précédemment pour les croyances en ce qui concerne la position du quantificateur existentiel et la vacance de la variable pour les attitudes propositionnelles triviales. Le premier exemple que nous venons de mentionner pourrait être ainsi exprimé : x (M.S perçoit « M.R perçoit que x est derrière la table »). Les guillemets représentent ici le transport empathique de la situation de M.S dans la position de M.R et le quantificateur lié « x » signifie la position relative mais transitivement ordonnée des objets dans l’espace : M.R, la table, la chaise, M.S. La valeur de x est ici déterminée, mais l’opacité intensionnelle de l’attitude demeure, parce que la « perception » de M.S n’est pas réellement celle de M.R : il se pourrait, après tout, que M.R perçoive réellement le vase de fleur posé sur la table ou les bruits de la rue ou, plus simplement encore, qu’il ne perçoive rien du tout. C’est seulement sous la supposition de la perception de la chaise que M.S pourra déterminer, pour M.R, la perception de la chaise relativement à la table. Le second exemple pourrait être rendu :

(10) Je perçois « x (M.Q perçoit que x est en retard).

Ici, la valeur de x reste indéterminée, parce que je ne perçois que les comportements de M.Q sans qu’un référentiel commun nous soit donné. Il se peut que les attitudes de M.Q soient motivées par tout autre chose que le retard du train. Passer de (10) à :

(11) x (je perçois « M.Q perçoit que x est en retard »)

reviendrait à lier la variable, c’est-à-dire à faire porter l’x préférentiellement sur le train que sur tout autre chose. Mais on comprendra que pour effectuer ce passage, il faudra des compléments de contrôle empirique internes ou externes plus patents — par exemple que d’autres voyageurs soient saisis des mêmes symptômes que M.Q ou que moi-même perçoive ma propre inquiétude du retard du train. C’est cette variation dans le contrôle empirique qui constitue l’ordinaire des énoncés triviaux d’atti­tudes propositionnelles.

20On comprendra dès lors combien l’analyse de tels énoncés est complexe, ténue et, en définitive, « casuistique. » On le mesurera d’autant plus si, indépendamment des différences de degrés internes à chaque type d’attitudes, on intègre les différences de nature entre chaque attitude. « Croire », par exemple, n’est pas la même chose que « percevoir » ; et l’on ne saurait réduire l’une de ces attitudes à l’autre. La croyance du chien en l’arrivée prochaine de son repas suppose des stimuli empiriques distincts de la perception par le chien de l’arrivée prochaine de son repas. Quand j’étais enfant, mon frère s’amusait à proférer à l’adresse du chien de la famille des insultes et des insanités sur le ton de la flatterie et de la récompense. Le chien réagissait par les mêmes comportements enjoués, quoique ses perceptions auditives (si on les situe, comme le veut Quine, « à la surface de l’organe sensible ») étaient distinctes. Ce qui amusait mon facétieux aîné, c’était que le chien croit qu’il était flatté, alors que quand il percevait qu’il l’était, les excitations sensorielles de surface étaient tout autres. Ce qui différencie la perception de la croyance, c’est (comme nous l’avons montré tout à l’heure) que la perception s’effectue dans un champ commun et actuel d’excitations sensorielles. Quand le chien perçoit l’arrivée prochaine de son repas, il perçoit l’approche de l’heure du repas autant que le maître perçoit l’arrivée prochaine de l’heure du repas du chien. La perception par le chien du maître qui s’affaire à ouvrir la boîte de pâtée est corrélative de la perception du maître qui perçoit l’excitation et l’impatience du chien. Mais si je dis : « le chien croit en l’arrivée prochaine de son repas », c’est que je perçois des stimuli semblables à ceux qui déclenchent ordinairement l’excitation du chien, que le chien prend pour tels, mais que je sais, moi, être différents. Ainsi, enfant, je percevais les stimuli insultants de mon frère et je constatais une perception autre chez le chien. On remarquera (mais on l’a déjà vu précédemment sur l’exemple de Ralph) qu’on trouve une même différentiation interne au sein des croyances qu’on l’a trouvée au sein des perceptions. La croyance du chien en l’arrivée prochaine de son repas est plus déterminée empiriquement que la croyance en la transsubstantiation de l’Eucharistie, parce que le décalage entre ma perception et celle du chien est actuellement sensible, tandis que celle entre le Protestant et le Catholique ne l’est pas. Ni l’aspect perceptif du pain, ni les comportements rituels du fidèle et du prêtre autour de l’hostie ne peuvent ancrer empiriquement sous le regard du Protestant quelque transport substantiel de corps humain (ou divin) dans une galette de massepain. La croyance du catholique ne peut être perçue qu’au travers du sens exprimé par lui dans l’énoncé : « Je crois en la transsubstantiation de l’Eucharistie. » Mais ce qu’il croit, nul ne peut le percevoir par ses sens et, dans un tel cas, l’opacité référentielle due à l’écart d’empathie (ce que Quine appelle aussi « engagement ontologique ») est à son comble. Le Protestant prendra la clause de contenu de la profession de foi catholique de dicto selon les schémas de type (5), (8), ou (11) ; le Catholique la prendra de re selon (4), (7) ou (10) — et on pourra discuter à l’infini sur le resserrement référentiel de la variable « présence réelle » comme l’a fait un bon nombre de commentateurs médiévaux et classiques.

21Si l’on conçoit, donc, les subtilités internes et externes de référence­ment empirique des énoncés intensionnels ; si l’on conçoit leur démultipli­cation dans les formulations redondantes et combinées (respectivement : « x perçoit que y perçoit que P » ou « x croit que y croit que P », d’un côté ; « x perçoit que y croit que P », « x croit que y perçoit que P » ou « x regrette que y suppose que P », de l’autre côté) ; si, enfin, on conçoit l’infinie variabilité des valeurs des symboles incomplets dans les énoncés intensionnels, on mesurera — ou plutôt on ne mesurera pas, mais on évaluera ou estimera tout au plus — l’indicible valeur heuristique de la logique intensionnelle. En termes quinien, cela signifie de concevoir combien les énoncés intensionnels sont des objets « d’escalade sémantique. » Car la question n’est pas de savoir : Qu’est-ce que je perçois ? Qu’est-ce que je crois ? Qu’est-ce que je regrette ? La question est de savoir : Qu’est-ce qui, ici, dans cette occurrence et cette expérience, me permet de percevoir, croire ou regretter ceci ou cela ? Quels ancrages empiriques me conduisent-ils à percevoir, croire ou regretter ? Croire en la transsubstantiation de l’Eucharistie, doit bien pouvoir aussi signifier quelque chose comme ceci : un corps s’incorpore à mon propre corps ; et ce corps est le corps qui est mien et qui est tout autre corps et par lequel, ainsi, je communie à l’intérieur de moi-même avec tout ce qui est moi-même à l’extérieur de moi-même. Et cela, sans doute, n’est pas en soi « absurde. »

2. Epistémologie et intensionalité

22Dans V1 comme dans V2, le paragraphe 29 de Pursuit of Truth tire les conséquences épistémologiques de ce qui est établi dans le paragraphe 28. Dans la mesure où le paragraphe 28 de V2 réduit, comme nous l’avons montré, le domaine d’inscrutabilité des énoncés intensionnels, le paragra­phe 29 de la même édition réduit d’autant les prétentions heuristiques des démarches et des « stratégies » intensionalistes.

  • 8 Du point de vue logique, Paris, Vrin, 2003.

23L’interrogation sur la fonction heuristique de telles démarches est ancienne et récurrente dans la réflexion de Quine. Dès From a Logical Point of View8, la question est clairement posée. Le premier chapitre de cet ouvrage (On what there is) semble, au premier abord, être un « coup de force » dogmatique du point de vue extensionaliste, mais s’avère rapidement constituer une interrogation sur les possibilités de concours et d’appuis réciproques entre doctrines rivales. Quine pose la question problématique pour un théoricien empiriste comme lui-même de traduire dans sa propre théorie les objections d’un théoricien réaliste, puis d’un formaliste ou d’un nominaliste. Le premier (le réaliste) reproche à l’empiriste de ne pas admettre certaines entités dont il ne peut concevoir l’existence dans sa théorie. Mais dans la mesure où, justement, l’empiriste ne les admet pas, comment pourrait-il argumenter, dans le sens de sa propre théorie, contre la théorie adverse ? Il ne peut que nier leur existence avec la plus grande fermeté, quitte à paraître vaniteux ou borné. C’est cette ferme négation que pratique Quine, avec force ironie, dans toute la première partie du chapitre, dénégation qui donne l’aspect fortement dogmatique de l’argumentation. Sous les pseudonymes de Mc X et Wyman, tout le monde, ou presque, y passe : les réalistes purs et durs (comme Meinong) les formalistes (comme Wittgenstein) les nominalistes (comme Carnap) les conceptualistes, enfin, comme Russell. Frege est en revanche épargné et la réhabilitation de sa théorie du sens et de la référence constitue même le tournant de chapitre. En restituant ses droits à la distinction frégéenne, Quine met en évidence le ridicule où l’on tombe (et qui motive son ironie) quand on prétend inférer les dénotations du sens — comme Meinong avec « Pégase », Wittgenstein avec ses « possibles inactualisés », Carnap avec ses « impossibles inactualisés », Russell, enfin, avec son atomisme et ses « fictions logiques. » En revanche, quand le théoricien plonge dans l’ontologie sans transiter par le sens, quand il renonce définitivement aux pièges des séductions sémantiques et pénètre au cœur des choses avec toute la sagacité de son intelligence, dans de tels cas, aucune méthode ne peut être exclue, toute interrogation est légitime et, quelque curieuse et atypique fût-elle, rien ne l’empêche a priori d’aboutir. C’est ainsi que le premier chapitre de From a Logical Point of View se termine sur le constat de l’égale prétention, en matière d’ontologie, du phénoménaliste qui cherche à constituer ses objets en évacuant le « mythe » des limitations empiriques de la connaissance et du physicaliste (auprès duquel Quine se range) qui, au contraire du premier, refuse de postuler des entités au-delà du nécessaire et de l’empiriquement contrô­lable. Le monde que l’un et l’autre visent est bel et bien le même monde ; et dans la mesure où ce monde, comme la notion même d’ontologie le fixe d’emblée, n’est pas un monde d’artifices et de fictions symboliques, aucune méthode n’est a priori à exclure pour l’atteindre.

  • 9 Nietzsche, Le Livre du philosophe, introduction théorétique sur la vérité et le mensonge au sens e (...)

24C’est cette conception épistémologique que Quine constituera patiem­ment et précisément dans Word and Object. La thèse de l’indétermination de la traduction établit de façon décisive le leurre de l’ontologie du sens. « Derrière » les expressions du langage, il n’y a que des expériences privées, singulières et différenciées ; des « excitations de surface » des organes sensoriels. Si l’on veut absolument trouver quelque substrat linguistique, il faudra se référer aux connexions neurophysiologiques qui induisent ces excitations et leur répondent — encore qu’il soit hautement probable que ces connexions soient elles-mêmes singulières et différenciées, selon l’image que donne Quine des buissons taillés identiquement en forme d’éléphants, mais dont les arborescences au-dessous des feuillages sont toutes différentes les unes des autres. Les mots ne désignent pas les choses. Mais les mots ne désignent pas non plus un « intermédiaire » entre le mot et la chose, un « signifié » comme disent les linguistes ou, plus généralement, une « signification. » Faut-il en conclure, comme Nietzsche dans son Introduction théorétique9 — puis plus tard dans le Gai Savoir (paragraphe 354) — que le langage n’est qu’un artifice dépourvu de tout ancrage ontologique, qu’il n’est qu’un amalgame de « métaphores, de métonymies […] une somme de relations humaines qui ont été poétiquement et rhétoriquement haussées, transposées, ornées […] » ? Certainement pas selon Quine. Car parler de métaphores et de méto­nymies à propos du langage, c’est encore accorder au langage la vertu magique de la mimesis du monde. Nietzsche (comme Quine) condamne la tendance naturelle des hommes à identifier le sens et la dénotation et de croire que le langage porte et cache le monde comme la gangue contient la graine tout en la dissimulant au regard. Mais la où Quine démystifie cette croyance en renvoyant la texture linguistique à des excitations de neurones et des échanges endocriniens, Nietzsche continue de reprocher au langage de manquer la singularité et l’authenticité de l’expérience vécue, de manquer « la chose en soi » et d’être même incapable d’en restituer l’authenticité (la « vérité » dit-il.) Autrement dit, pour Quine, Nietzsche en resterait à une mythologie gnosique du langage naturel et mimétique, précisément en dénonçant dans le langage culturel et conventionnel son incapacité à rendre compte du monde. Il y a bien une ontologie du langage pour Quine, mais en aucun cas ni en aucun sens elle ne peut constituer une mimesis du monde. Le langage est un effort permanent de structuration de l’universel en vue d’une intelligibilité pratique d’assomption du monde empirique. La première erreur à ne pas commettre concernant Quine consiste donc à ne pas interpréter la thèse de l’indétermination de la traduction dans le sens d’un conventionnalisme arbitraire du signe. Il n’y a certes rien de signifiant « derrière » le signe, mais ce qu’il y a de non-signifiant (les « excitations de surface » et les connexions neurophysio­logiques) n’est pas pour autant « rien ». Ces déterminations tiennent le langage dans un ancrage naturel foncier qui assure une communauté de champ aux échanges linguistiques. Que l’énoncé indigène « gavagai » demeure inscrutable absolument pour l’ethnolinguiste, n’empêche pas que « gavagai » constitue un énoncé, que cet énoncé est motivé par des perceptions initiales et que ces perceptions sont accompagnées de configurations déterminées du système neuro-endocrinonien. Ainsi, les formulations du langage ne sont-elles pas arbitraires. Il y a bien un « vouloir dire » dans le dire ; et l’acte de langage, comme acte socialisé, vise bel et bien un domaine de réalité par la constitution de références communes. Quant à l’opportunité et la pertinence de telles références, elle ne fait aucun doute. Que « maman » renvoie, en chacun, à des perceptions originairement différenciées de la maman réelle renforcées par des récompenses valorisantes dans les premiers babillages de l’énonciation infantile n’empêchera jamais que : (x)(y).(si x est P, alors yRx) — si x est mère, alors y est fils de x. Un schéma extensionnel aussi simple que celui-ci, ancré dans la langue d’usage, permet à quiconque d’entre nous d’identifier quelque personne étrangère qui se présente devant soi comme étant « un homme » (ou « une femme ») c’est-à-dire non pas un dieu, un cataplasme ou un hologramme. Cela contribue à l’identification pour tout psychologue d’une personnalité construite selon un certain rapport à un certain autrui (un x-mère indéterminé, mais néanmoins lié à une relation définie y R x). Cela permet au sociologue de différencier les y en fonction des x R z généalogiques des parentés et de déterminer des courbes d’attitudes en fonction d’origines socioculturelles. C’est précisément la fonction de toute la science que de constituer les schèmes logiques permettant d’accueillir le monde dans une assomption pragmatique. C’est pourquoi l’on peut pertinemment comparer Quine à Kant ; mais sans oublier toutefois que les catégories kantiennes et les schèmes qui en découlent sont des constituants « de la raison humaine » tandis qu’ils sont, chez Quine, des constructions conceptuelles pour ainsi dire « oppor­tunistes » dans ce sens qu’elles ouvrent un champ d’intelligibilité efficace dans les applications, non pas seulement un domaine transcendantal définissant les « limites de la connaissance ». C’est précisément le dépassement de ces limites qui constitue l’horizon toujours repoussé de l’épistémologie de Quine. Car la seconde erreur à ne pas commettre concernant Quine serait de concevoir la « notation canonique » comme une « législation de la Raison » ou tout autre forme de disposition coercitive à l’adresse des aventuriers de l’épistémologie.

  • 10 Le Mot et la chose, Paris, Flammarion, 1977, chapitre vii dans son ensemble et particulièrement le (...)

25Il est vrai que, à première vue et à lire superficiellement Word and Object, la notation canonique prend l’aspect d’une puissante arme de dissuasion ; du fait, d’une part, de sa simplicité et de sa rigidité extentionaliste et, d’autre part, de son apparente fonction de discrimination des énoncés intensionnels. Quine ne conserve en effet dans cette notation normative que trois instances : les quantificateurs (universel et existentiel) et la prédication, fixant, par-là, les parcours d’extension et la substitution de l’identique salva veritate comme les seules normes acceptables d’intelligi­bilité. Word and Object, par ailleurs, semble répertorier longuement, patiemment et scrupuleusement les constituants propositionnels valides et douteux : les adjectifs, les termes généraux et les termes de masse sont d’authentiques prédicables, mais les attributs ne le sont pas. Les attitudes propositionnelles sont complexes et opaques. Les énoncés modaux sortent du lot parmi les attitudes propositionnelles, parce que leurs objets sont des universaux ; mais la logique trivalente qu’ils requièrent complique l’intelligence extensionnelle et lui nuit : mieux vaut les écarter. Il semble donc que Quine discrimine entre types d’énoncés. Ce n’est nullement le cas. On remarquera en effet que si Quine élimine tel ou tel constituant, ce n’est jamais pour les mêmes raisons. Il ne s’agit pas de dire « tout énoncé non-extensionnel doit être rejeté », mais « tout énoncé irréductible à l’exten­sionnalité est problématique ». La nuance est subtile, mais capitale. Quine souscrirait bien volontiers à une logique de l’intensionalité si celle-ci pouvait être formalisée dans des structures efficaces. Une logique des modalités ne le contrarierait pas davantage à condition qu’elle trouve un champ de pertinence heuristique satisfaisant sans entrer en contradiction avec les domaines de pertinence déjà éprouvés de la logique et de la science. L’épistémologie de Quine est une épistémologie intégrative, faite d’épreuves (sur le modèle des « patterns » de Russell) de falsifications, de corrections et d’adaptations progressives des sous-déterminations théori­ques. On ne peut pas impunément objecter à la physique newtonienne les systèmes d’entropie des particules de gaz dans une chambre de com­pression. Encore faut-il montrer que les systèmes régis par les lois de Newton sont des systèmes de négentropie et que certains phénomènes de thermodynamique entrent comme cas particuliers d’une législation plus ample que celle jusque là adoptée ; il s’agit, là, de renouer avec les exigences d’universalité théorique. Pour qu’une objection puisse atteindre une théorie, encore faut-il que cette objection soit formulée dans le langage de la théorie — et ce langage, c’est précisément celui que formalise la notation canonique. Quine ne reproche donc pas aux spéculations intensionalistes les modes de pensée qui les animent. Considérer telle entité comme un attribut peut, à l’occasion, simplifier considérablement les recherches et la pensée10. Mais poser dogmatiquement l’existence d’entités incontrôlables empiriquement, cela ne saurait que brouiller les procédures de la science et faire obstacle à son activité. Il n’y a donc pas d’énoncés interdits, pour Quine. Tout énoncé est permis, mais une fois l’énoncé soutenu, il faut encore qu’il montre, en quelque sorte, « patte blanche », c’est-à-dire qu’il établisse sa légitimité en situant son degré d’intégration au sein de l’universalité théorique. Or cette légitimité ne peut s’établir que sous les formulations de la notation canonique.

26Cette doctrine de Quine, on pourrait l’appeler « libéralisme logico-épistémologique » tant elle est comparable aux doctrines de l’économie libérale à l’anglo-saxonne. Que prescrit en effet le libéralisme écono­mique ? Cette doctrine prescrit que quiconque peut entreprendre ce qu’il veut, mais à ses risques et périls, c’est-à-dire tant que l’entreprise en question ne déroge pas aux lois concurrentielles du marché. Il est sans doute déraisonnable de fabriquer plus de chaussures qu’il n’y a de pieds à chausser. Mais on peut toujours le faire si l’on parvient par-là à chausser les va-nu-pieds ou bien à faire adopter les chaussures que l’on fabrique à ceux qui se chaussaient jusque là de souliers d’autres fabricants. Mais, quoiqu’il arrive, qu’on gagne ou qu’on perde, on aura toujours été soumis à une même loi : on ne peut vendre plus de chaussure qu’il n’y a de pieds à chausser. La doctrine de Quine est comparable. Il n’y a pas d’énoncés interdits ; il n’y a pas de doctrine que l’on ne puisse oser soutenir et défendre, mais cela à ses risques et périls et tant que, à terme, les procédures soutenues se plient aux exigences formelles de la notation canonique.

27Si nous avons insisté sur ce que nous avons appelé cette doctrine « libérale » de Quine en matière d’épistémologie et de logique, c’est parce qu’elle semble prendre un peu de plomb dans l’aile entre la première et la seconde version de Pursuit of Truth. Dans le paragraphe 28 de la première édition, Quine, comme nous l’avons vu, s’en tient à la distinction de dicto/de re dans les énoncés d’attitudes propositionnelles, interprétant les uns et les autres, selon la conception de Russell, en fonction de la place du quantificateur existentiel. Même l’exemple de Ralph, en V1, est rapporté au cas (5). Il résulte de cette analyse que le champ d’indétermination intensionnel de re (c’est-à-dire des occurrences primaires du quantificateur) est fort large : seuls les énoncés de dicto peuvent être éliminés (par l’épellation). Cette ouverture intensionnelle ouvre, du même coup, une latitude assez ample dans le domaine épistémologique correspondant. Les énoncés intensionnels qui ne peuvent être éliminés — c’est-à-dire les énoncés de re dont la quantification est primaire — sont d’emblée et par le fait même légitimes. Les stratégies épistémologiques qui y ont recours sont dès lors justifiées :

  • 11 Pursuit of Truth, op. cit., p. 72.

We can aspire to a global theory of the world in these [extensional] terms, on the one hand, accounting for all events, but we still need, separately alongside it, our alternative coverage of some of those same events in an intensional way. Both count as science — good, bad or indifferent — in my present broad sense of the term. We must be prepared in any event to settle for multiple scientific theories, jointly true11.

  • 12 Pursuit of Truth, op. cit., p. 71

Certes, Quine affirme sa préférence pour l’extensionalité, comprise comme stratégie sauvegardant « la pureté cristalline » de la « substitution de l’identité » et de « l’interchangeabilité de tous les énoncés coextensifs, salva veritate »12. Mais il demeure impossible, théoriquement, d’exclure toute pertinence heuristique des recherches intensionalistes :

As Dennet has urged, intensional accounts can contribute to austere science by providing case studies for scientific analysis and perhaps even suggesting scientific hypotheses.

(Cette phrase favorable à l’intensionalité est la seule conservée dans la deuxième version). Voyons, plus précisément, quelles sont les modifications épistémologiques établies par Quine dans le paragraphe 29 de V2.

28Les trois premiers alinéas du paragraphe 29 sont conservés entre V1 et V2 (sauf les trois dernières lignes du troisième alinéa). Il s’agit d’exposer la thèse du « monisme anomal » de Donald Davidson. Les énoncés du langage (intensionnels ou extensionnels) sont tous réductibles, via les perceptions qui leurs correspondent, à des parcours neurologiques en droit spécifiables. Certes, les attitudes propositionnelles communes — de type (6) — ne le sont pas en tant que telles (communes) mais chaque sujet qui en est agent énonçant l’est en tant que l’énonciation constitue un comportement. L’énoncé : « tout le monde croit qu’il y a des espions dans le monde et chacun croit qu’ils sont ici ou là » n’a pas de dénotation générale. Mais tout x qui croit « y est un espion » manifeste une corrélation entre sa croyance et des états pathologiques de son système nerveux. Nous avons vu précédemment que les modifications de Quine dans le paragraphe 28 consistaient à réviser la conception de Russell concernant l’intensionalité : l’analyse des énoncés intensionnels ne peut se réduire à la distinction de la place, primaire ou secondaire, du quantificateur existentiel ; au sein des mentions de re s’intercale un domaine de signifiance, incomplet, mais partiellement pertinent. La révision du paragraphe 29 ne vise pas moins l’auteur de On Denoting. On se souvient en effet que dans son « excursus métaphysique » de La Philosophie de l’atomisme logique, Russell défendait (du reste prudemment) la thèse du « monisme neutre » tirée de William James. Cette thèse institue une identité de référence entre les contextes visant des dénotations physiques et ceux conduisant à des perceptions psychologiques : la chaise que je vois là devant moi (avec toute mes expériences de cette chaise, des chaises, des situations de chaise dans une pièce, etc.) cette chaise est identique à la même chaise prise comme objet physique déterminé, par exemple, par la science de l’ingénieur qui l’a conçue ; mais les deux conceptions diffèrent radicalement par leurs structures internes, comme le cercle géométrique diffère fondamentalement de la perception de la lune quand elle est pleine. Russell, dans le texte incriminé, incline à penser que cette théorie est satisfaisante et qu’il ne reste probablement, pour la confirmer, qu’à ajuster des dispositifs techniques comparables à ceux de la théorie des descriptions. C’est à cet espoir que semble renoncer définitivement Quine, dans son avant dernier ouvrage, en adoptant la thèse du « monisme anomal » de Davidson. Le monisme de Davidson (comme du reste de Quine dans ses postulats béhavioristes) consiste à identifier tout énoncé par ses correspondances neurologiques stimulatoires. Une anomalie du monisme se glisse dans les énoncés intensionnels dans la mesure où ceux-ci véhiculent le dualisme des niveaux syntaxique et sémantique du langage. Ce n’est que dans certaines situations, quand les clauses de contenu sont prises de dicto et assimilées à des positions secondes du quantificateur existentiel, qu’elles peuvent être éliminées par une technique comparable à celle de Russell — c’est-à-dire la technique de l’épellation. Mais quand les énoncés sont pris de re, quand la dénotation de la variable est liée sans pour autant être identifiée, ses spécifications se réduisent sans pour autant se définir, parce que l’opacité ontologique de la référence subjective reste inscrutable. Dans les énoncés d’attitudes propositionnelles de re, l’opacité sémantique demeure sans que l’analyse syntaxique ne puisse la réduire. Dans les énoncés extensionnels les deux niveaux d’énonciation (syntaxique et sémantique) s’articulent sous la juridiction des quantifi­cateurs. Mais comme il a été vu précédemment, cette juridiction échappe, au moins en partie, à l’analyse des énoncés d’attitudes propositionnelles.

3. Empirisme et Intensionalité

29Résumons ce que nous avons établi jusqu’ici :
a) D’un point de vue logique, l’extensionalité constitue un instrument de suspicion concernant les énoncés intensionnels. Dans le cas d’instan­tiation secondaire, la vacance de la variable peut être éliminée par la technique de l’épellation. Dans le cas d’instantiation primaire, la variable ne peut être simplement réduite à un symbole incomplet, parce qu’elle peut prendre des valeurs pertinentes tout en restant insaturée universel­lement. Cette insaturation universelle suffit, selon Quine, à éliminer le cas dans la perspective d’une analyse des contenus propositionnels :

  • 13 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 107.

Le traitement par la citation des attitudes propositionnelles de dicto les restitue au domaine extensionnel de la logique des prédicats, grâce à la réduction de la citation à l’épellation. Quant aux attitudes propositionnelles de re, nous les avons ramenées au rang d’indicateurs, n’ayant rien à voir avec la théorie13.

Ce que Quine entend ici par « ramenées au rang d’indicateurs » consiste, pour lui, en l’acceptation de spécifications empiriques de la variable, mais de spécifications qui sont seulement « indiciaires » — comme les « indices » de l’enquêteur resserrent la résolution de l’énigme — sans pour autant ne jamais être décisives et définitives. Cette élimination des attitudes propositionnelles est « d’un point de vue logique » légitime. Mais « d’un point de vue épistémologique » la question est plus délicate.

30b) Si les énoncés intensionnels parviennent à spécifier des valeurs réelles, empiriquement justifiables, quoique universellement insaturées, elles peuvent constituer des arguments de falsifications partielles des théories. On connaît la réponse épistémologique « holiste » de Quine face à de telles falsifications : il s’agit de mutiler le moins possible la théorie en ne la modifiant que dans les cas où l’implicant falsificateur intervient. En montrant, au paragraphe 28 de V2, que les résolutions partielles d’énoncés intensionnels ne suffisent pas à induire la vérité de tels énoncés, Quine montre du même coup que les résultats des stratégies heuristiques de l’intensionalité sont toujours partiels et qu’ils doivent donc être intégrés aux corpus établi des théories déjà constituées. Ces démarches inten­sionalistes ne sont pas ainsi éliminées, mais réduites et comme acculées à l’espace de confusion où elles s’originent. C’est pourquoi la version 2 de Pursuit of Truth continue d’accorder aux spéculations intensionnelles une certaine légitimité (« As Dennet has urged ») mais tout en révisant la trop libérale homologie que lui avait concédé la première version (au paragraphe 28) avec les stratégies et les méthodes extensionalistes (voir supra p. 116).

31Une question subsiste : pourquoi les analyses des énoncés intensionnels demeurent-elles partielles ? Quelle différence fondamentale y a-t-il entre l’analyse d’un énoncé catégorique d’observation et l’analyse d’un énoncé intensionnel, tels que les énoncés d’attitudes propositionnelles ? Nous connaissons déjà la réponse psychologique à cette question : les énoncés catégoriques d’observation sont contrôlables empiriquement, de telle façon que les parcours de valeurs des variables de l’énoncé correspondent aux parcours stimulatoires réels ou virtuels (selon qu’ils sont analytiques ou synthétiques) des expériences empiriques qui les justifient ; les énoncés intensionnels, en revanche — nous l’avons vu pour les énoncés d’attitudes propositionnelles — patissent d’une occlusion irréductible de l’expérience empirique référente du fait de l’inaccessibilité foncière des parcours stimulatoires des sujets énonçants. Je ne peux pas « entrer » dans l’autre qui « énonce » ou « être » l’autre qui « énonce » et percevoir ce qu’il perçoit pour ainsi établir l’identité ou la différence des percipi. Mais cette réponse n’est que psychologique. Quelle est la raison logique de l’occlusion ? Pourquoi les verbes d’attitudes propositionnelles (percevoir, croire, regretter, espérer, etc.) acquièrent-ils cet étonnant pouvoir de mettre à distance toute intrusion, de repousser les prédicats dans des sphères étrangères comme les pôles identiques de l’aimant se repoussent violemment ? La seule réponse logique que fournit Quine est celle de l’insaturation de la variable existentielle. Mais ne pourrait-on forcer le barrage, pénétrer, avec notre variable dans les recoins obscurs des rétentions intensionnelles, et lui laisser saisir les valeurs qui la satisfont, comme l’aimant, lui encore, attire la limaille de fer qui l’environne ?

32On a souvent attribué le problème de l’inaccessibilité des références subjectives du discours, chez Quine, à son présupposé behavioriste dogmatique. Mais c’est oublier que Quine n’est pas behavioriste au sens où le sont les psychologues du même nom — en tout cas les fondateurs que sont John Watson ou, dans une moindre mesure, John Dewey qui fut l’un de ses maîtres à Harvard. Quine est behavioriste en ce qu’il est déterministe : les comportements humains sont toujours motivés physio­logiquement. Quine est encore behavioriste en ce qu’il considère que ces motivations relèvent d’un « background » conditionné des structures neurophysiologiques qui induisent le comportement. Mais là où Quine n’est plus behavioriste au sens de Watson, c’est quand il renonce à l’éventualité d’une neuro-science universelle capable de reconstituer et de suivre des connexions neuronales normées associées à des comportements définis — selon la métaphore, que nous reproduisions plus haut, des buissons de mêmes formes innervés d’arborescences disparates. Il n’y a pas d’identification réglée entre parcours de valeurs d’énoncés proposi­tionnels et parcours psycho-neurologiques qui en seraient les « causes ». Certes, ces correspondances existent ; mais elles ne permettent en aucun cas d’établir des normes stables entre énoncés et parcours physiologiques, puisque ces parcours sont spécifiques et singuliers — et, du reste, encore très obscurs pour la neuro-science la plus avancée. Quine ne fait que suivre ici les règles de son épistémologie générale : les théories scientifiques sont sous-déterminées et en cela inévitablement falsifiables ; il n’y a pas de raison qu’il en aille autrement d’une science particulière comme la neuro-biologie. Dans la mesure où les référents neurophy­siologiques des énoncés sont fondamentalement inscrutables, il ne reste plus, comme procédure de contrôle observationnel des perceptions, que l’excitation réelle et patente des « surfaces sensorielles ». L’avantage d’un tel critère consiste dans le fait irréfutable que ces capteurs sensoriels de surface sont le lot commun des hommes et qu’ils peuvent en droit être comparés et soumis à une même norme d’évaluation. Que l’on ne puisse assurément asserter que « x perçoit que P » de la même façon et avec les mêmes incidences que « y perçoit que P » n’empêche pas que « x et y perçoivent que P ». Le fondement logique de la doctrine de Quine n’est pas dans son behaviorisme, mais dans son empirisme.

33Ce présupposé empiriste pose un problème spécifique d’analyse exten­sionnelle : si les perceptions de x, y et z sont toutes spécifiquement et intimement différentes, comment x, y et z pourront-ils s’accorder sur la valeur de P ? L’objection apparaît comme spécieuse si l’on intègre la dimension sociale que défend Quine de l’apprentissage du langage : les perceptions de x, y et z sont depuis longtemps « embrigadées » dans les schémas culturels de la langue et l’adhésion à l’identification de P est depuis longtemps normalisée. Mais que dire pour une expression nouvelle, attendu que les langues (comme Quine le soutient lui-même) sont en perpétuelle recherche de signifiance ? D’où vient l’accord dans de tels cas ? La question est épistémologiquement cruciale, parce qu’elle interroge sur la possibilité, pour des savants, de tomber d’accord sur des phénomènes observationnels falsifiants qui se présentent à leur sagacité. Certes, lesdits savants ne s’en tiennent pas aux perceptions subjectives des excitations de leurs organes sensibles privés. Ils s’appuient sur des appareils de mesure fournissant des données objectives et mathématiquement exploitables. Mais les savants ont néanmoins « au-dessus » d’eux, des théories ; et la question n’est pas tant de savoir « ce qu’ils perçoivent » que ce qui est en jeu théoriquement par la perception de ce que perçoivent leurs instru­ments. Il s’agit, en tout état de cause, non pas de savoir si ce qui est perçu est « vrai » mais comment cette « vérité » pourra être intégrée au corpus de leur science. Or, pour en décider, seuls les ancrages empiriques précédem­ment établis de leurs théories sont en jeu. Chaque procédure de falsi­fication remet toujours en cause les procédures antérieures de vérification. Il faudra donc bien, pour les savants, s’accorder sur un modèle empirique consensuel et il faudra donc bien trouver un situs d’accord perceptif commun.

34Ce « situs » pose problème. Une communauté de savants peut fort bien tomber d’accord sur des compromis théoriques infructueux. Cette difficulté est étudiée par Quine au chapitre iii de Pursuit of Truth, paragraphe 15. Le problème porte sur la communauté d’accord entre des personnes soumises à des stimulations sensorielles issues d’un même phénomène. La thèse de l’indétermination de la traduction l’avait déjà montré : la possibilité d’un tel accord est d’emblée équivoque du fait de l’écart de perception entre le sujet imputant la perception et le sujet percevant. Certes — et Quine ne le nie pas — les ajustements sur la perception peuvent toujours être évalués. C’est même grâce à de tels ajustements que l’ethnolinguiste procède à ses « hypothèses analytiques ». Si, à l’énonciation de « gavagai » par l’indigène, il constate la perception d’une partie non détachée de lapin, il traduira « gavagai » par : « partie non détachée de lapin ». S’il applique par lui-même « gavagai » dans une situation analogue et qu’il obtient l’assentiment de l’indigène, il sera conforté dans sa traduction. Dans le cas contraire, il retombera dans le doute. Les hypothèses analytiques supposent, de fait, une projection du linguiste dans la perception supposée de l’indigène — et cela ne pose aucune difficulté particulière. La difficulté surgit lorsque l’ethnolinguiste qui a patiemment établi et contrôlé ses traductions rencontre un autre ethnolinguiste de la même langue indigène et que leurs traductions ne concordent pas. Il est certes peu probable que les deux ethnolinguistes confrontent des traductions incompatibles en tout point. Mais les écarts de traductions qui subsistent témoignent d’une occlusion observationnelle irréductible — d’autant que nos deux ethnolinguistes sont, par hypothèse, de scrupuleux professionnels. D’un point de vue épistémologique, cela pose problème : comment un savant pourra-t-il, sur la base d’un énoncé propositionnel d’observation attesté, tomber d’accord sur son sens avec l’un ou plusieurs de ses confrères ?

  • 14 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 69.

35Pour pallier cette difficulté, Quine propose, plutôt que d’exiger un assentiment commun face à une même stimulation, de valider des assentiments identiques pour des stimulations semblables. Si x assentit constamment à P, y constamment à P, z constamment à P, on admettra que P est vrai pour la communauté (x, y, z…). Ainsi, l’ambiguïté régnante sur les disparités subjectives de points de vue entre x, y et z disparaîtront et, avec elle, la question psychologique de l’identité des percepts dans l’expérience commune. Mais cette solution — longtemps discutée selon Quine — rencontre, en 1988, l’objection de Lars Bergstöm « à la conférence de Saint-Louis sur ma philosophie »14. Une excitation stimu­latoire peut être identique pour plusieurs sujets et donner lieu à des assentiments pour certains, des dissentiments pour d’autres. Quine cite un exemple qui l’avait autrefois intrigué, l’énoncé du pêcheur : « J’ai senti une touche ». Face à la même « sensation » certains pêcheurs assentiront, d’autres, peut-être plus méfiants ou plus expérimentés, rechigneront. Il apparaît ainsi qu’un tel énoncé, même si on élimine les ambiguïtés intersubjectives de traduction des percepts, ne peut être ramené à une expression extensionnelle, telle que les parcours de valeur de la variable puissent être associés aux parcours stimulatoires des différents expéri­mentateurs. Davidson propose, pour éliminer le problème, de situer l’excitation stimulatoire au-delà de la surface sensible des organes. La difficulté — c’est-à-dire la disparité des jugements qui succèdent à l’affect — se situe en effet dans l’interprétation du percept. Mais Quine refuse cette solution. Ce serait en effet situer la donnée perceptive dans l’objet et, par-là, retourner à des conceptions substantialistes de la connaissance :

  • 15 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 71.

Mon naturalisme me permet de me référer librement aux termi­naisons nerveuses, aux lapins et aux objets physiques, mais mon épistémologie n’accorde au sujet aucun point de départ de ce genre15.

Quine signifie par-là que l’on ne peut éviter dans le discours théorique de « parler d’objets » ; mais « parler d’objet » ne suppose pas que l’on situe l’objet comme à l’origine de la connaissance qu’on en a : de l’objet on ne connaît que les affects qui excitent nos organes sensibles. Il demeure que le problème subsiste. Il n’y a, sur cette question, que trois options théo­riques. Ou bien on situe l’identification de l’affect au-delà des excitations sensibles de surface et l’on admet ainsi des entités mentales référentielles ; Quine, on l’a vu, les refuse. Ou bien on situe cette identification en-deça du percept et l’on confère au monde objectal une substantialité propre et indépendante de l’affect ; Quine le refuse également. La troisième solution (celle retenue par Quine) est de s’en tenir fermement aux seules traces sensibles de l’affect en ne supposant rien ni au-delà ni en deçà d’elles. Mais comme nous l’avons vu dans l’exemple précédent, cette position (comme du reste les deux autres) ne peut être que dogmatiquement soutenue : il n’y a pas de preuve possible de l’identité des affects pour une stimulation donnée chez n sujets subissant le stimulus. Le seul appui universel est celui d’un assentiment intégral des n sujets lors de la formulation de l’énoncé correspondant évoquant le percept. Mais cet assentiment collectif est inscrutable, puisque les affects propres à chacun des n ne sont identifiables par personne.

36On voit bien ici combien c’est l’empirisme de Quine qui est au fondement de sa doctrine logique, plutôt que son behaviorisme. Celui-ci joue un rôle plus décisif dans l’épistémologie, dès qu’on conçoit celle-ci comme « naturalisme ». Mais si l’on s’en tient à l’épistémologie comme « théorie de la connaissance » ou « théorie de la science » c’est encore l’empirisme qui joue le premier rôle. Je voudrais essayer de chercher ici comment — tout en respectant les fondements empiristes de la logique de Quine — comment on peut tenter de franchir la barrière qui sépare l’excitation empirique de surface de son objet, ascendant ou descendant (mondain ou « psychologique »). Pour ce faire, il convient de reconstituer le rapport logique des énoncés de la connaissance et de science avec les fondements empiriques posés par Quine. Je le ferai par une analyse du premier chapitre de Pursuit of Truth, qui présente l’avantage de résumer de façon concise, mais complète, le rapport fondateur — ce que Quine appelle « l’ancrage empirique » — de ces énoncés avec les « perceptions de surface » où ils s’originent.

37Le paragraphe 7 de ce premier chapitre distingue entre « énoncés caté­goriques d’observation analytiques » d’une part et « énoncés catégoriques d’observation synthétiques » d’autre part. Par les premiers, Quine entend les énoncés dont « le parcours stimulatoire affirmatif de l’un de ses composants est compris dans celui de l’autre ». Il donne en exemple :

(1) les rouges-gorges sont des oiseaux

Par les seconds, il entend tous les autres, à condition qu’ils soient « contrôlables » c’est-à-dire qu’ils impliquent d’autres énoncés synthéti­ques, eux-mêmes contrôlables par d’autres, etc.

(2) Tous les corbeaux sont noirs

est par exemple un énoncé synthétique. Il n’est pas analytique parce que l’extension des « choses noires » ne recouvre pas l’extension des oiseaux noirs qui sont des corbeaux (on ne peut exclure la possibilité de corbeaux albinos ou d’oiseaux non-noirs qui aient des propriétés plus proches des corbeaux que d’autres oiseaux noirs qui ne sont pas des corbeaux) — tandis que l’extension des oiseaux recouvre la totalité des oiseaux noirs qui sont des corbeaux. On peut induire de (2) :

(3) Si cet oiseau est un corbeau, alors cet oiseau est noir

Puis de (3) :

(4) Si cet oiseau a telle et telle propriété (correspondant aux propriétés autres que « noir » des corbeaux) alors cet oiseau est noir.

38Il est difficile ici de donner des exemples (Quine lui-même, du reste, s’en dispense) car les enchaînements coextensifs de parcours stimulatoires sont d’une extrême complexité pour les énoncés synthétiques. C’est justement au sein de cet imbroglio déductif que les théories scientifiques évaluent leurs degrés de falsification quand elles tombent sur des phénomènes critiques. Elles doivent reconstituer la chaîne déductive qui, de la théorie, implique le falsificateur, tout en conservant autant qu’il est possible leur pertinence globale. Pour le dire plus simplement, les énoncés analytiques sont des énoncés dont les parcours de valeur sont quantifiables exhaustivement : le nombre des corbeaux constitue une valeur définie parmi le nombre des oiseaux — même si ce nombre ne peut être décidé. Les énoncés synthétiques sont des énoncés dont les parcours de valeur restent indéfinis. Ainsi, le prédicat « noir » ne peut assurément saturer le sujet « corbeau » tandis que le prédicat « oiseaux » sature l’extension de « rouges-gorges ».

39Cette formulation (qui utilise la notion de « prédicat ») est en réalité impropre. Il semble en effet que les énoncés (1) et (2) sont tous deux prédicatifs. Ce n’est pas tout à fait le cas. Quine le montre au paragraphe 4 du même chapitre. Il y distingue, en effet, les « énoncés catégoriques d’observation libre » des « énoncés catégoriques d’observation focalisés ». Il prend les exemples suivants :

(5) Tout morceau de litholite chauffé à plus de 180° dégage du sulfate d’hydrogène

pour les premiers, et :

(6) Chaque saule bordant un cours d’eau penche en direction du fleuve

pour les seconds.

40Ce qui différencie ces deux types d’énoncés, c’est que le premier est formellement constitué de la conjonction de deux énoncés distincts, tandis que le second est formellement prédicatif. Cette distinction apparaît clairement quand on quitte le niveau théorique de l’énonciation pour se situer sur le terrain pratique et expérimental. Ainsi :

(7) Ce morceau de litholite est chauffé à plus de 180° et ce morceau de litholite dégage du sulfate d’hydrogène

  • 16 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 33.

L’itération indéfinie de (7) constituera (5) c’est-à-dire une identification coextensive des valeurs de la variable de chaque énoncé composant. Cette analyse extensionnelle ne peut être adoptée pour (6) parce que le domaine de contrôle de (6) se situe dans un autre énoncé « focalisé » impliqué par (6). Je cite Quine16 :

(8) Une racine de saule nourrit surtout son propre côté de l’arbre

Il peut ainsi exister des saules bordant une rivière qui soient droits si une autre source d’irrigation que le fleuve vient compenser la nutrition de l’arbre du côté des racines les plus éloignées du cours d’eau. L’énoncé analytique :

(9) Tous les saules bordant un cours d’eau penchent en direction du fleuve

est donc simplement faux. On apercevra ainsi qu’il n’y a pas de différence logique de nature entre énoncés analytiques ou synthétiques d’une part et énoncés « libres » et « focalisés » d’autre part. Les seconds mettent simplement en évidence la structure logique des premiers. Ainsi (1) pourra être obtenu par itération de :

(10) Cet animal a la gorge rouge et cet animal a la propriété P

P désignant les caractères distinctifs de la race aviaire. En revanche (2) sera contrôlé par (3) — ou par tout autre impliqué par (2) — chaque fois qu’il sera nécessaire. Mais cette structure logique des énoncés de la science a un fondement logique et empirique encore plus ancré, que Quine expose au paragraphe 2 du même chapitre.

41Dans ce paragraphe Quine établit la distinction entre conjonction et prédication — dont nous venons de voir qu’elles fondent les distinctions au sein des énoncés de la science — sur des bases observationnelles empi­riques. Ce qu’il y a de commun entre ces deux types d’énoncés (conjonctifs et prédicatifs) c’est qu’ils s’originent dans des perceptions globales qui donnent aux énoncés qui leur correspondent un caractère holophrastique. Ainsi (pour reprendre les exemples de Quine) :

(11) Le soleil se lève et les oiseaux chantent

est un énoncé conjonctif perceptivement interprétable comme « je vois le soleil se lever et en même temps j’entends les oiseaux chanter ».

(12) Ce caillou est bleu

est un énoncé prédicatif ainsi interprétable perceptivement « je vois en même temps le caillou et sa couleur bleue »

  • 17 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 25.

42Quine range ces énoncés d’observation conjonctifs et prédicatifs dans une même « liaison interne » tout en remarquant que la liaison est « plus étroite » ou « condensée » pour les seconds que pour les premiers17. Il n’y aurait donc qu’une différence de degré entre énoncés conjonctifs et énoncés prédicatifs, les deux étant, en définitive, plus « libres » ou plus « analytiques » et les autres plus « focalisés » et plus « synthétiques ». Or, à y regarder de plus près, il semble qu’il y ait une différence de nature entre les uns et les autres. Il est vrai que l’énoncé (11) est analytique d’un point de vue simplement perceptif. Dans l’actualité de la perception, je ne puis percevoir le lever du soleil sans percevoir en même temps le chant des oiseaux. Ce n’est pas un énoncé synthétique : je n’ajoute pas la perception auditive à la perception visuelle. Il est également vrai que l’énoncé (12) n’est pas analytique. Dans l’actualité de la perception, là encore, je ne « tire » pas le bleu de la pierre. Car pour pouvoir procéder à cette analyse il faudrait que je me réfère à une autre perception — par exemple : « cette pierre est verte » — qui me rendrait capable de dissocier la couleur (verte ou bleu) de l’espace qu’elle occupe. Mais s’il en était ainsi, nous ne serions plus dans une situation perceptive élémentaire, actuelle et globale, mais dans un processus de réflexion logique déjà élaboré dont les fondements doivent être justement établis par les expériences perceptives élémentaires que nous sommes en train d’étudier. L’énoncé (12) n’est donc pas analytique. Mais est-il pour autant synthétique ? Il semble que non. Si l’on s’en tient, encore une fois, à la simple donnée d’expérience empirique perceptive, on ne saurait dire que « j’ajoute » à l’espace défini par la pierre la couleur bleue qui remplit cet espace. La pierre est bleue : il n’y a pas de différence entre le bleu de la pierre et la pierre elle-même. Là encore, si je devais « ajouter » le bleu à la pierre, il faudrait que je me réfère à une autre expérience qui associe une autre couleur à une autre pierre. Ainsi les perceptions prédicatives originaires semblent relever de processus tout autres que les perceptions conjonctives et on ne peut les concevoir comme de simples « degrés » de condensation plus ou moins resserrés des données perceptives sur les organes de la perception. Cette différence de nature apparaît mieux si l’on travaille les énoncés conjonctifs et prédicatifs dans leurs formulations négatives.

43On admettra en effet qu’un énoncé observationnel ne saurait accepter la négation que sur la base d’un autre énoncé observationnel asserté. Ainsi :

(13) Le soleil se lève et les oiseaux ne chantent pas

ne peut être intelligible que sur la base de (11).

(14) Le soleil ne se lève pas et les oiseaux ne chantent pas

est observationnellement absurde : il ne peut résulter que d’une opération purement syntaxique sur (11) et n’a pas de correspondant empirique stimulatoire. En revanche :

(16) Ce caillou n’est pas bleu

ne suppose pas nécessairement un énoncé observationnel référent. Précisément parce qu’il est prédicatif et « condensé », l’énoncé (16) ne peut pas se réduire au cas de l’énoncé (14). Ainsi :

(17) Il y a un caillou et ce caillou n’est pas bleu

car la négation à droite de « et » réfère à un l’énoncé plus originaire (12).

44En vérité, l’énoncé (16) peut être obtenu par une observation simple, actuelle et globale. Supposons en effet que, dans une seule perception et admis un cas d’observation « radical », premier et originaire, je perçoive un caillou vert parmi une multitude (inquantifiée) de cailloux bleus et qu’on me désigne verbalement les cailloux bleus comme « bleus » : je puis, dans une telle situation, énoncer (16). Dans le cas de la conjonction, pour Quine, les parcours stimulatoires sont contemporains, mais distincts. Dans ce dernier cas (celui du caillou vert parmi des cailloux bleus) nous avons un seul parcours stimulatoire et deux stimulations distinctes. L’une est énoncée : « ce caillou n’est pas bleu » et constitue un comportement verbal induit par la stimulation. Mais l’autre stimulation reste muette et consisterait verbalement en l’énoncé : « ce caillou est vert ». Car l’ignorance de la couleur de la pierre n’empêche pas la perception « condensée » du vert sur la pierre. On ne dira pas que cette perception est « inconsciente ». Elle n’est pas inconsciente : la pierre verte est là, devant moi, et je la vois verte. Cette perception n’a simplement pas de mot pour être énoncée. Il y a donc, perceptivement et selon les critères mêmes d’observation promus par Quine, ce que j’appellerai des « énoncés sourds » qui sont au fondement de bien des événements de communication.

45Nous avons posé au début de cette troisième partie d’exposé une question : quelle différence fondamentale y a-t-il entre l’analyse d’un énoncé catégorique d’observation et l’analyse d’un énoncé intensionnel tels que les énoncés d’attitudes propositionnelles ? Nous pouvons à présent répondre. Nous avons vu dans ce qui précède que les énoncés analytiques de la science se réduisent en des énoncés catégoriques d’observation « libres ». Ils sont constitués d’une chaine spécifiable d’énoncés prédicatifs élémentaires liés par des conjonctions. Ils sont observationnellement analytiques parce que chacun de leurs constituants correspond à une donnée perceptive assignable : le morceau de litholite est chauffé et le thermomètre indique plus de 180° et une odeur de sulfate d’hydrogène se dégage — ceci pour chaque échauffement de litholite. Les énoncés synthétiques sont dans une situation analogue, sauf que leurs parcours d’extension peuvent rencontrer des valeurs falsifiantes : les saules qui bordent le cours d’eau penchent généralement vers le fleuve, mais certains saules font exception. Nous ne sommes pas là, a priori, dans un cas très différent de celui des énoncés d’attitudes propositionnelles triviaux : le commissaire Ralph croit que le suspect numéro 3 ment ; il possède des indices empiriques qui corroborent cet énoncé et qui s’ajou­tent conjonctivement. Nous avons même vu qu’en resserrant les exigences de son enquête, le commissaire Ralph peut en découvrir de nouveaux ; mais certains lui manquent et lui manqueront nécessairement selon Quine, parce qu’ils sont confrontés à des références empiriques inscrutables du fait des opacités perceptives de l’intersubjectivité. On comprend bien, dès lors, la différence qui s’institue entre énoncé synthétique de la science et énoncé d’attitude propositionnelle. Dans les premiers, les constituants falsifiants sont justifiables empiriquement : les saules droits ont une source d’irrigation autre, en plus de celle de la rivière. Dans les seconds, les constituants virtuels sont inscrutables observationnellement.

46Nous avons cependant montré, à la fin de notre étude, que l’inscruta­bilité observationnelle de tels constituants (qui sont toujours des énoncés prédicatifs élémentaires) peut être remise en cause. La culpabilité de numéro 3 est inscrutable pour Ralph. Mais — admis que numéro 3 est réellement coupable et qu’il est « sain d’esprit » — la culpabilité de numéro 3 est scrutable pour numéro 3. Exprimé dans les termes que nous venons de signifier, on dira que la culpabilité est sourde pour Ralph et explicite pour numéro 3. Cette explicitation pour numéro 3 est un pont jeté entre la perception sourde de Ralph (ce qu’on appelle ordinairement une « intuition ») et sa reconstitution logique des chaînes d’implication — dont on sait qu’elles se résolvent en des chaînes conjonctives. Dit autrement, les indices de validation des variables ne sont pas seulement empiriques : ils ont aussi une valeur sémantique. C’est sur ce principe, du reste, que s’appuient les terribles interrogatoires de police. Qu’on se rappelle les scénarios de la série Colombo. Il y a toujours un moment où l’inspecteur se frappe le front et se « souvient » d’un indice empirique qu’il avait omis d’associer dans sa chaîne déductive. Or ce n’est pas l’indice qui constitue ici la preuve, mais son inscription, à la bonne place et sur le bon rang dans la chaîne déductive. Si la chaîne est complète sémantiquement, cela suffit à postuler le correspondant empirique « opaque ». C’est du reste ainsi que procède le physicien corpusculaire, lorsqu’il induit une particule d’antimatière de l’observation d’un complexe de masses équivalentes, mais manifestant une différence de potentiel.

47Concluons. Il ne s’agit pas ici de remettre en question les fondements empiristes de l’épistémologie de Quine. Au contraire, nous y souscrivons. Quine a raison : les mots ne disent ni les choses, ni des « choses » qui disent les choses. Ceci n’implique pas qu’il n’y ait pas d’ontologie et de système référentiel du langage. Les mots disent ce que les structures sémantiques leur laissent dire et ces signifiances n’ont de valeur qu’autant que leurs constituants sont empiriquement contrôlables. Mais le contrôle empirique souffre, non pas d’une « inscrutabilité » mais d’une indicibilité de la référence. Comme nous l’avons vu, je puis connaître le bleu sans connaître le vert et induire verbalement « cette pierre n’est pas bleue » par simple opération syntaxique sur les constituants sémantiques de ma perception. Mais s’il n’y a pas de mot dans le vocabulaire communément admis de ma langue pour désigner le vert, il me faut inventer ce mot. Supposons que ce que je vois « vert » soit interprété par les locuteurs de ma langue comme une certaine nuance de bleu pour laquelle il ne convient pas d’adopter un mot spécifique dans les contextes ordinaires. Comment puis-je communiquer ma perception du vert ? Pour le suggérer, je vais inventer le mot « vert » et l’utiliser dans des contextes sémantiques de ma langue, tels qu’ils feront apparaître une contradiction avec l’usage référentiel commun. Par exemple, je montrerai qu’aucune couleur de feuillage ne peut être rapportée à quelque couleur de ciel. Cet exemple est évidemment simple et caricatural, mais on comprendra aisément que, transposé dans des cas d’intentions heuristiques, il devient opérant et suggestif.

48La méthode expérimentale de la science ne se limite pas au cercle qui, des observations aux expérimentations, passe par les théories et les prédictions. Chaque point du cercle peut céder et disloquer la ligne. Nous disons que les théories sont sous-déterminées et par nature falsifiables. Mais d’où vient la falsification ? Qu’est-ce qui l’induit ? Elle peut tout aussi bien provenir d’un appareillage technique insuffisant dans l’observation que d’une erreur déductive dans la prédiction ou d’un dispositif non-conforme dans la procédure d’expérimentation. L’évaluation des données falsifiantes n’est pas mécanique. Elle suppose une certaine « sagacité » chez le savant, une certaine « intuition » ou bien (pour oser un mot plus susceptible encore de suspicion) un certain « génie. » Torricelli a observé la dépression de l’atmosphère en fonction de l’altitude, mais il a fallu Pascal pour en induire l’existence du vide interstellaire, parce que Pascal était Pascal, ami des jansénistes et théoricien mystique de l’infini. Fleming aurait pu jeter à la corbeille les moisissures oubliées sur la fenêtre de son laboratoire, si certaines « intuitions sourdes » ne l’avaient engagé à en étudier les propriétés. Mais qu’on ne s’y trompe pas : ce que nous appelons ici « intuitions sourdes » ou « perceptions sourdes » ne réhabilite nullement les « entités mentales » que Quine rejette. Les perceptions sourdes ne sont pas des « êtres dans l’esprit » mais des occlusions dans le langage. Il est des choses que je perçois sans conscience, non pas parce qu’elles sont enfouies en quelque inconscient insondable, mais parce que je ne dispose pas du langage capable de les formuler pour en prendre conscience. Chercher, penser, c’est scruter ce langage et une telle hypothèse est, en définitive, triviale. Qu’est-ce en effet que discuter, dialoguer avec autrui, qu’il soit compatriote, collègue ou ami, sinon chercher des formulations communes pour des expériences différentes et parvenir ainsi à raisonner ensemble ? Qu’est-ce que la « tolérance » sinon l’accep­tation provisoire d’une expérience réelle mais qui m’est étrangère et que j’intègre à mon langage soit pour la « comprendre » soit, peut-être, pour le réformer ?

  • 18 Nous en avons vu un exemple ci-dessus en ce qui concerne l’objection de Lars Bergström concernant (...)

49Quine a donc raison : le salut des énoncés heuristiques est dans leur intégration à des structures communes et universelles de langage dont l’analyse extensionnelle et la « notation canonique » semblent aujourd’hui être les meilleurs vecteurs. Mais si Quine est rigoureux et exigeant, il n’est pas pour autant dogmatique comme on le lui a parfois reproché : sa « naturalisation » de l’épistémologie le lui interdit. Quine sait fort bien que les théories scientifiques sont sous-déterminées et falsifiables et que les falsifications peuvent surgir des bords doctrinaux les plus atypiques et des recoins de la science les plus insoupçonnés. S’il cherche à réduire les prétentions à ses yeux aberrantes, il ne laisse pas de leur accorder du crédit en les examinant et d’en retenir parfois des aspects pertinents ou réellement problématiques18. Car Quine, en définitive, admet la singularité des complexions conceptuelles quand il réfère la pensée inscrite dans le langage à des structures neurologiques différenciées. Mais là où Quine, nous semble-t-il, commet une erreur, c’est dans son présupposé behavioriste et dans son adoption du « monisme anomal ». Les comportements ne sont pas les seuls constituants empiriquement assignables de l’observation de l’homme par l’homme, car les comportements verbaux renvoient à des constituants verbaux occultes, mais en droit empiriquement assignables. C’est la thèse que nous soutenons ici, et qui fera l’objet, nous l’espèrons, d’une prochaine contribution.

Haut de page

Notes

1 La Pousuite de la vérité. Paris, Seuil, 1993.

2 Pursuit of Truth, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1990.

3 Voir supra.

4 « Quantifiers and Propositionnal Attitudes ». Voir Harvard, p. 69.

5 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 104

6 Platon, Ménon, 96d–97c

7 La Pousuite de la vérité., op. cit., § 25, p. 95–96

8 Du point de vue logique, Paris, Vrin, 2003.

9 Nietzsche, Le Livre du philosophe, introduction théorétique sur la vérité et le mensonge au sens extramoral, Paris, Flammarion, p. 123.

10 Le Mot et la chose, Paris, Flammarion, 1977, chapitre vii dans son ensemble et particulièrement les paragraphes 48 et 49. Par exemple, p. 333 : « Les coupables ne seront pas ceux qui élaborent une argumentation visant à établir l’existence d’un attribut ou d’une classe correspondant à chaque terme général. Un raisonnement de ce genre, tombant sous la rubrique de ce qui a été considéré avec tolérance au paragraphe 48, s’appuyait sur le gain en efficacité systématique que l’on réalise lorsqu’on admet des termes abstraits généraux, et peut-être des termes abstraits singuliers, et qu’on les emploie de manière à introduire les attributs ou les classes dans l’univers du discours comme des valeurs véritables pour les variables de la quantification. »

11 Pursuit of Truth, op. cit., p. 72.

12 Pursuit of Truth, op. cit., p. 71

13 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 107.

14 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 69.

15 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 71.

16 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 33.

17 La Pousuite de la vérité., op. cit., p. 25.

18 Nous en avons vu un exemple ci-dessus en ce qui concerne l’objection de Lars Bergström concernant le « situs » local de la perception empirique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Ruquet, « Quine et l’intensionalité », Noesis, 13 | 2008, 101-135.

Référence électronique

Bernard Ruquet, « Quine et l’intensionalité », Noesis [En ligne], 13 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://noesis.revues.org/1622

Haut de page

Auteur

Bernard Ruquet

Professeur certifié de philosophie. Après avoir obtenu une maîtrise à l’université d’Aix-Marseille sous la direction de G. G. Granger sur Le Rôle de Frege et Russell dans leTractatus (1985), puis un master au C.R.H.I. de l’université de Nice – Sophia Antipolis sous la direction d’Ali Benmakhlouf sur Merleau-Ponty et Quine sur l’apprentissage : la science comme apprentissage du monde(2007), il prépare actuellement une thèse sur la notion d’intersubjectivité dans les philosophies européennes et américaines du xxe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org