Navigation – Plan du site
I - Quine et ses contemporains
2 - Quine, la signification, la traduction et l'intensionalité

Quine, traduire pour comprendre

Ali Benmakhlouf
p. 81-99

Texte intégral

  • 1 J. Largeault, Quine, « Le Continuisme et la fin de l’épistémologie néo-positiviste », Revue philos (...)

1Quine est, comme l’indique J. Largeault, un « continuiste »1, un logicien qui appartient à deux traditions jugées irréconciliables : la tradition logique et la tradition sceptique. En refusant la démarcation entre conventions et hypothèses, Quine entend rejeter le conventionnalisme de l’école de Vienne et lui substituer un physicalisme ainsi qu’un naturalisme. Cela se double d’une volonté d’économie dans les engagements ontologiques : « ontologie indifférenciée » ou « désamorcée » dit Pursuit of truth. Carnap se posait la question de savoir s’il fallait admettre les classes comme entités :

  • 2 Quine, « Les Deux dogmes de l’empirisme », De Vienne à Cambridge, trad. fr. par P. Jacob, Paris, G (...)

cela revient à se demander si les classes peuvent servir de domaine aux variables de quantification. Carnap maintient que ce n’est pas une question de faits, mais qu’il s’agit de choisir une forme de langage commode, un schème conceptuel ou un cadre commode pour la science. Je suis d’accord avec lui mais à condition de dire la même chose des hypothèses scientifiques en général2.

2Il faut cesser d’adopter un point de vue pragmatique restreint selon lequel seuls nos schèmes conceptuels doivent faire l’objet de choix de cadres théoriques commodes. Quine propose un pragmatisme plus conséquent où les questions qui semblent porter sur les faits et non sur les schèmes conceptuels soient elles aussi soumises à nos choix. C’est même le présupposé de l’empirisme logique, selon lequel le monde est constitué de faits, qui est fustigé : le monde n’est pas réductible à l’expérience ou aux faits. Il y a toujours une imprégnation théorie/fait.

Vérité logique et épistémologie naturalisée

  • 3 C’est le titre d’un de ses ouvrages.
  • 4 Quine, « Carnap and Logical Ttruth » (1954), dans The Ways of Paradox and Other Essays, Cambridge (...)

3Quine cherche, à partir d’une « épistémologie naturalisée »3 à combattre « la doctrine linguistique de la vérité logique »4, selon laquelle les vérités logiques ne dépendent que de transformations d’expressions effectuées au sein du langage. Même des vérités comme « p ou non », considérées par Wittgenstein comme des tautologies qui ne décrivent pas le monde sont dépendantes à l’égard de celui-ci. La vérité de « Brutus a tué César ou Brutus n’a pas tué César » dépend-elle oui ou non de l’action de tuer et des personnes ici envisagées? Le raisonnement consiste à montrer que de telles vérités logiques dépendent d’une attribution des valeurs de vérité à p même si elles ne dépendent pas des valeurs elles-mêmes. La confusion dénoncée par Quine est celle qui consiste à assimiler l’attribution des valeurs aux valeurs elles-mêmes : il faut que p ait une valeur de vérité pour que « p ou non » en ait une ; l’indifférence de p à l’égard du vrai et du faux dans la vérité logique « p ou non » ne signifie pas que « p ou non » ne dépend pas de la vérité de P. Gochet a bien montré ce point :

  • 5 P. Gochet, Quine en perspective, Paris, Flammarion, 1978, p. 152.

De ce que « p ou non p » est vrai quelle que soit la valeur de « p », on ne peut pas conclure que « p ou non p » soit vrai indépen­damment de la valeur de p, pas plus qu’on ne peut dire que si un moteur consomme indifféremment n’importe quel combustible, il fonctionne indépendamment de tout combustible5.

  • 6 « Truth by Convention » (1935), dans The Ways of Paradox, op. cit.,  p. 77.

4Si donc le concept de vérité logique présuppose celui de vérité et que la vérité suppose la prise en compte d’une référence à un domaine d’indi­vidus, alors les vérités logiques ont une portée ontologique. En général, nous considérons les vérités logiques comme des phrases éternelles, c’est-à-dire déliées des circonstances de l’élocution, mais cela ne vient que du besoin de construire une théorie et de ne plus s’en tenir aux phrases observationnelles. En vérité les phrases éternelles, « dépositaires de la vérité elle-même », ne sont que des projections simplifiées de phrases observationnelles. C’est en ce sens qu’il faut comprendre la simplicité des axiomes logiques ; cette simplicité est une simplification ; elle ne correspond à rien de primitif en soi ; elle ne l’est que pour les besoins de la construction théorique. Plus une discipline scientifique gagne en rigueur, moins elle se rend dépendante du monde : « ce qui était considéré comme une théorie à propos du monde devient reconstruit comme une con­vention de langage »6; c’est ainsi que nos définitions prennent l’allure de principes analytiques.

5En conséquence, le credo wittgensteinien lors du Tractatus (soutenu également auparavant par E. Mach) selon lequel il n’y a de nécessité que logique n’est pas retenu par Quine :

  • 7 Quine, « Necessary Truth » (1963), dans The Ways of Paradox, op. cit.,  p. 76.

En principe donc, je ne vois pas de plus haute ou de plus austère nécessité que la nécessité naturelle ; et dans la nécessité naturelle, ainsi que dans nos attributions de nécessité, je vois seulement les régularités de Hume7.

  • 8 Ibid., p. 159.
  • 9 Ibid., p. 159.

6Dans le même ordre d’idées, la remise en question du principe de contradiction repose sur l’idée qu’il n’y a pas en logique d’« immunité intrinsèque et irrévocable »8 mais seulement des « immunités provisoires » certes « à tout moment il faut qu’il existe une armature logique comme condition préalable à la manifestation d’incompatibilité », mais « il ne découle pas de là qu’il existe une seule et même armature logique à tous les moments »9.

7Rien n’interdit donc d’adopter des logiques où le principe de contradiction est mis en défaut. Si quelqu’un répond « oui et non » à une question, plutôt que de penser qu’il est stupide, mieux vaut croire qu’il ne donne pas le même sens que nous à l’affirmation et à la négation. Le principe de charité vient prendre la place de celui de contradiction. Que dit ce principe ? Il affirme une présomption de rationalité humaine ; le nier en effet reviendrait à saper les bases mêmes d’une attribution de croyances à quelqu’un et par suite à ne pas pouvoir interpréter un comportement quelconque. Selon ce principe, la hâte à qualifier de prélogique une attitude n’est que le symptôme d’une difficulté à la traduire.

Signification et traduction

  • 10 J. Largeault, op. cit., p. 320.
  • 11 Quine, The Roots of Reference, La Salle (Ill.), Open Court, 1974, essai 3, p. 83.

8Il faut cesser de croire que la signification ne change pas quand s’effectue une traduction : il y a un mythe de la synonymie qu’il faut combattre car il est responsable des erreurs-errements de la « doctrine linguistique de la vérité », en un mot de la doctrine carnapienne. Une vérité analytique est considérée dans cette école comme vraie en vertu du langage ; elle est inchangée par permutation des mots pour peu que les remplacements s’effectuent selon une relation de synonymie. Une conception behavioriste et physicaliste où la signification résulte du comportement verbal de locuteurs en présence de stimuli non verbaux (terminaisons nerveuses) fut donc une objection à la doctrine linguistique, car elle montre que « le comportement n’est jamais une preuve univoque du sens »10, ou que les traductions ne sauvent pas la signification. Du coup, des traductions différentes et même contradictoires entre elles, peuvent cependant être en accord avec le comportement observé. C’est la thèse de l’indétermination de la traduction et de l’inscrutabilité de la référence, ou du moins sa relativité ; on gagne avec cette théorie la distinction entre référence et vérité : il peut y avoir assentiment ou dissentiment, vérité ou fausseté sans pour autant qu’il y ait détermination de la référence ; c’est ce que montre l’exemple de l’indigène disant « gavagai ». On ne sait pas si ce mot prononcé par l’indigène au passage d’un lapin, réfère à un objet-lapin, une classe-lapin ou un moment du temps, en revanche on sait que l’indigène dit vrai ; « la référence présuppose plus que la seule faculté de reconnaître une présence »11. On croit tenir la vérité par la référence et on appuie sur du faux. La valeur de vérité n’est pas affectée par les multiples façons d’interpréter le comportement verbal ; elle reste invariable par changement de référence. On retrouve là une possibilité de penser l’assentiment en dehors de la détermination de la référence.

Le Holisme et les dogmes de l’empirisme

9On comprend dès lors l’importance que peut prendre la notion d’interprétation : s’il est difficile, sinon impossible, de fixer le sens des objets, et si ces objets ne se comprennent que dans un cadre global qui est une théorie, il ne reste plus qu’à interpréter celle-ci par recours à une autre. Le choix final de la théorie de départ n’étant que conventionnel c’est-à-dire arbitraire. Il y a là à la fois un relativisme ontologique et un relativisme sémantique. On ne parle jamais de ce qui existe mais de ce qu’une théorie dit exister. La référence explicite à Peirce et à Duhem ne laisse aucun doute sur ce double relativisme issu de l’indétermination de la traduction :

  • 12 Quine, « Epistemology Naturalized », dans Ontological Relativity and Others Essays, New York, Colu (...)

Si l’on reconnaît avec Peirce que la signification d’un énoncé n’est rien de plus que l’évidence qui serait prise en compte pour décider de sa vérité, et si l’on reconnaît avec Duhem que les énoncés théoriques ont leur corrélat d’évidence non pas singulater mais en tant qu’ils constituent des blocs au sein d’une théorie, alors l’indétermination de la traduction des énoncés théoriques s’impose comme une conclusion naturelle12.

10Cette indétermination n’est possible que parce qu’il y a sous-détermination des théories par l’expérience ; cette thèse est élaborée par analogie avec la sous-détermination d’une théorie par une théorie plus rudimentaire, l’algè­bre globale des nombres rationnels et irrationnels, par exemple, est sous déterminée par celle des nombres rationnels :

  • 13 Quine, « Les Deux Dogmes de l’empirisme », dans De Vienne à Cambridge, l’héritage du positivisme l (...)

L’ensemble de la science, mathématique, naturelle, et humaine est de manière similaire, mais encore plus extrême sous-déterminée par l’expérience13.

11Pour P. Duhem, cette indétermination vient pour une grande part de l’impossibilité de distinguer une observation d’une interprétation. Il n’y a pas de fait qui nous permettrait de séparer ce qui relève de la signification de ce qui relève de l’empirie. Le holisme sémantique s’oppose au dualisme du fait et de la tautologie, dualisme propre aux deux dogmes de l’empirisme qui sont, selon Quine, le dogme de l’analyticité et celui du réductionnisme des énoncés doués de sens aux énoncés portant sur l’expérience immédiate. Ces deux dogmes sont liés :

  • 14 Quine, « Les Deux Dogmes de l’empirisme », op. cit., p. 107.

L’un sert de support à l’autre de la manière suivante : tant qu’on admet l’idée générale de la confirmation ou de l’infirmation d’un énoncé individuel il paraît naturel d’envisager le cas limite d’un énoncé confirmé ipso facto, en toutes circonstances, et de décréter cet énoncé analytique14.

Critique du vérificationnnisme

12Quine s’élève contre une pensée de la vérification telle que l’avait promue le cercle de Vienne. Le credo selon lequel le sens d’un énoncé réside dans sa vérification ne fait pas justice à une théorie dans son ensemble et prétend isoler à l’intérieur d’une théorie des énoncés qui seraient soumis un à un à la vérification.

13R. Carnap avait dans Le Dépassement de la métaphysique par l’analyse logique du langage, défendu la thèse de la dualité analytique/synthétique sous la forme suivante :

  • 15 Manifeste du cercle de Vienne, trad. fr. sous la dir. de A. Soulez, Paris, P.U.F., 1985, p. 173.

On peut ranger les énoncés (doués de sens) de la manière sui­vante : en premier lieu ceux qui sont vrais en vertu de leur seule forme (ou « tautologie » d’après Wittgenstein. Ils correspondent à peu près aux jugements analytiques kantiens). Ils ne disent rien sur le réel. À cette espèce appartiennent les formules de la logique et de la mathématique ; elles ne sont pas elles-mêmes des énoncés sur le réel, mais servent à leurs transformations. En second, viennent les négations des premiers (ou « contradictions ») qui sont contradictoires, c’est-à-dire fausses en vertu de leur forme. Pour décider de la vérité ou fausseté de tous les autres énoncés, il faut s’en remettre aux énoncés protocolaires, lesquels (vrais ou faux) sont par là-même des objets d’expérience, et relèvent de la science empirique. Si l’on veut construire un énoncé qui n’appar­tient pas à l’une de ces espèces, cet énoncé sera automatiquement dénué de sens15.

  • 16 Quine, « Les Deux Dogmes de l’empirisme », op. cit., p. 91.
  • 17 Idem, p. 96.

Quine pour qui l’unité de signification empirique n’est pas l’énoncé mais la totalité de la science, fait la critique de ce réductionnisme radical à partir 1) d’un holisme sémantique : une expérience ne décide jamais du sens d’un énoncé car elle n’est pas isolable, et 2) d’un continuisme métho­dologique qui refuse les frontières entre propositions analytiques et propositions synthétiques. La critique de l’analyticité repose chez Quine sur celle de la synonymie : une vérité analytique se caractérise en général par le fait qu’on peut remplacer les synonymes par les synonymes sans préjudice pour la vérité. Or la notion de synonymie n’est pas si évidente, elle est surtout dépendante de la langue qu’on envisage ; et les formules du lexicographe ne doivent pas être prises « pour paroles d’évangile »16; la substituabilité salva veritate que la synonymie permet « n’a de sens que relative à une langue dont l’étendue est spécifiée »17.

14Quant au problème du réductionnisme, la difficulté provient de la croyance selon laquelle on peut soumettre les énoncés un par un à la vérification :

  • 18 Idem, p. 107.

le dogme du réductionnisme, survit dans la supposition que chaque énoncé, isolé de ses compagnons, peut être confirmé ou infirmé. Quant à moi […] je propose l’idée que nos énoncés sur le monde extérieur soient jugés par le tribunal de l’expérience sensible, non pas individuellement, mais seulement collecti­vement18.

Mais Quine envisage une réduction ontologique à défaut d’une réduction analytique.

La réduction ontologique

15L’une des tâches de l’ontologiste est de réduire l’ontologie, amputer tout ce qui est inutile. La théorie des nombres offre un exemple de réduction réussie : c’est le passage des nombres naturels aux classes chez Frege. Ce qui compte c’est pouvoir se passer d’une entité, ou d’une notion. Frege n’est pas le seul à avoir fait une réduction du nombre à une classe de classe, Von Neumann à son tour avait envisagé de considérer le cardinal n comme la classe des nombres naturels inférieurs à n. Ces deux versions simulent les nombres naturels, sans être coextensives, elles conservent cependant la structure : les énoncés vrais de l’arithmétique restent vrais quand on passe d’un modèle (Frege) à un autre (Von Neumann).

16Parler d’ontologie c’est pouvoir la réduire : on montre comment dans une théorie, on peut se passer d’un univers au profit d’un autre, qui est éventuellement une partie du premier. Ce qui compte est de garder la structure et d’interpréter une théorie dans une autre. Cela se fait par une fonction de représentation : une fonction qui applique un univers sur la totalité ou sur une partie d’un autre; par exemple : le nombre de Gödel est une fonction de représentation : elle applique les formules de la théorie de la démonstration à des nombres. Les fonctions de représentation participent de cette volonté de se dispenser des termes singuliers et de simuler les objets plutôt que de se référer à eux.

17Les objets de la science sont des nœuds dans une structure d’énoncés. C’est pourquoi on peut parler d’une ontologie indifférenciée. Les événe­ments, par exemple, considérés comme des objets :

  • 19 Theories and Things, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994(1st ed. 1981), ch. 1, p. 11

Une action ou une transaction peuvent être identifiées à des objets physiques consistant dans un segment temporel ou dans les segments de l’agent ou des agents dans une durée (duration)19.

18Ce qui compte pour une théorie c’est la structure et non le choix de ses objets. Ramsey et Russell ont bien vu ce point mais seulement à propos des objets théoriques, opposés aux objets observables.

  • 20 Idem, p. 20.

J’étends la doctrine à tous les objets, car je vois tous les objets comme théoriques. Ceci est une conséquence de la prise en compte sérieuse de la ligne de Bentham, savoir la primauté sémantique des énoncés20.

  • 21 J. Bentham, « Essays on Language », dans The Works of Jeremy Bentham, Bristol, Thommes press, 1995 (...)

Le principe sémantique de Bentham dit ceci : ce sont les énoncés qui ont le rôle premier dans l’aventure de signification, non les mots isolés. Les mots sont pour les énoncés ce que les lettres sont pour les mots : des composants dont la signification n’est donnée qu’avec l’énoncé où ils ont une occurrence21. La proposition est considérée par Bentham comme une totalité dont les éléments ne prennent sens que dans leur mutuelle relation :

  • 22 Quine, Theories and Things, op. cit., ch. 1, p. 3.

selon l’observation de Bentham, vous avez une explication tout à fait adéquate de n’importe quel terme si vous pouvez montrer que tous les contextes dans lesquels vous proposez de l’utiliser peuvent être paraphrasés dans un langage antérieurement intelligible […] les énoncés sont vus comme des dépositaires premiers du sens et les mots comme imbibant leur sens à travers leur usage dans les énoncés22.

Bentham, Frege et les limites du principe sémantique de contextualité

  • 23 Pursuit of Truth, § 8, p. 19.

19Ce principe est commun à Bentham et à Frege ; il s’inscrit dans une évolution globale de l’empirisme selon Quine : il y a eu cinq tournants en deux cents ans. Le premier est le passage des idées aux mots (Locke) avec la prise en compte des éléments syncatégorématiques. Le second réside dans l’accent mis sur les énoncés plutôt que les mots (Bentham, Frege, Russell) : les éléments catégorématiques deviennent à leur tour des syncatégorématiques, avec prise en compte des définitions contextuelles et de paraphrases. Le tournant sémantique de Frege, Russell reste compatible avec l’idée qu’on comprend les énoncés à partir de la construction des mots préalablement compris. Il s’agit de tenir compte du nombre limité des mots avec le caractère illimité des énoncés. En un sens, les mots sont premiers, mais cela n’obscurcit pas le principe sémantique de l’antériorité des énoncés. Dire que la signification des énoncés est première n’interdit pas de penser qu’elle est construite à partir des mots car connaître les mots c’est connaître leur usage dans les énoncés. Les définitions du dictionnaire sont de simples clauses de définition récursive de la signification des énoncés. Avec le troisième, on passe de la considération des énoncés à celle de leur structure. La logique intervient ici de façon directe car c’est bien cette science qui met en liaison les énoncés les uns avec les autres. C’est la théorie entière qui est à considérer et non les énoncés pris un à un (voir le holisme de Duhem). Le quatrième est l’adoption du monisme méthodologique et l’abandon de la distinction entre analytique et synthétique. Le cinquième est l’adhésion au naturalisme caractérisé par l’abandon d’une philosophie première par rapport à la science naturelle. Il ne congédie pas l’épistémologie, mais la réduit à une psychologie empi­riste. Il s’agit de comprendre le système de l’intérieur. Ces cinq étapes sont consacrées par le refus du rêve cartésien d’un fondement pour la certitude scientifique qui soit « plus ferme que la méthode scientifique elle-même »23.

  • 24 « Le Mythe de la signification », dans La Philosophie analytique, Paris, Minuit, 1962, p. 139.
  • 25 Pursuit of Truth, op. cit., § 14.
  • 26 Quine, Ways of Paradox,  op. cit., p. 56.

20Ce principe a pour conséquence une remise en cause de la notion de signification. Quine refuse l’idée d’une communauté de sens sous le signe. Le langage n’est pas la copie ou l’expression d’une signification supra-linguistique. De même le sens des mots n’est pas un « modèle abstrait de l’usage des mots »24. Quine pense qu’en linguistique, on ne peut faire autrement que d’être behavioriste : nous n’avons accès au langage que par l’observation du comportement verbal des autres. « La vie mentale est indifférente pour notre accession à la maîtrise de la langue »25. Que penser alors de la thèse de la grammaire comme structure innée défendue par Chomsky ? Dans un texte de 1968 intitulé Linguistics and Philosophy26, Quine explicite son rapport à Chomsky et reconnaît une forme d’accord entre son behaviorisme et le rationalisme de Chomsky. Il cite le Chomsky avec lequel il est d’accord :

nous devons essayer de caractériser la structure innée de façon à retrouver deux sortes de condition empirique. Tout d’abord nous devons attribuer à l’organisme comme propriété innée, une structure suffisamment riche pour tenir compte du fait que la grammaire postulée est acquise sur la base de conditions préalables d’accès aux données ; deuxièmement nous ne devons pas attribuer à l’organisme une structure tellement riche qu’elle devient incom­patible avec les données.

  • 27 Relativité de l’ontologie, p.101.

Traduire pour avoir accès à la signification et pour traduire observer les comportements verbaux. L’avantage du behaviorisme est de mettre sur le même plan le linguiste qui traduit et l’indigène : tous deux n’ont accès qu’aux comportements verbaux, non seulement le linguiste qui ignore tout de l’indigène, mais l’indigène lui-même dans la maîtrise de sa langue n’a pas eu accès à quelque chose d’autre qu’à des circonstances d’élocution. Pour construire le manuel de traduction, un privilège sera accordé aux énoncés observationnels, l’énoncé d’observation étant « un énoncé sur lequel tous les locuteurs de la langue rendent le même verdict lorsqu’on leur donne la même stimulation concomitante »27, c’est une sous-classe d’énoncés occasionnels, ce sont les énoncés où il n’y a aucun rensei­gnement annexe. Autant il est difficile de faire des conjectures sur les intentions de parole de l’autre (on parle à partir de ses expériences passés et de ses projets futurs), autant il semble possible de partir d’un énoncé observationnel en proposant à l’assentiment ou au dissentiment, car dans ce cas l’indigène et le linguiste sont liés par la concomitance de ce qui observé. Pour être plus précis, Quine substitue à la notion de « situation » partagée par le linguiste et l’indigène, celle de « similitude de stimulation ». La correspondance entre les deux énoncés d’observation se fera selon les mêmes parcours stimulatoires. Il faut noter que Quine part d’énoncés d’observation et non de l’observation pour court-circuiter la question « l’observation pour qui ? » et pour éviter tout subjectivisme.

  • 28 Pursuit of Truth, op. cit., § 15.

21Reste un problème relatif à la similitude des stimulations28. Comment peut-il y a avoir similitude alors que les individus n’ont pas les mêmes récepteurs sensoriels ? Quine déplace cette question en ne parlant que des stimulations semblables d’un seul locuteur. Tout ce qui relève de l’inter­subjectivité sera versé au compte de la traduction. Mais même dans ce cas, on ne peut si facilement généraliser en disant qu’un énoncé est observa­tionnel pour toute une communauté quand il l’est pour chacun de ses membres. La solution davidsonnienne par le recours à la cause partagée au lieu de la stimulation corporelle a un coût ontologique fort : que signifie dans ce cas « une situation partagée » ? La méthode scientifique doit garder le cap de la réduction ontologique. En ce sens, elle ne peut prendre pour point de départ obligé la cause ou la référence. L’indifférence ontologique doit nous permettre de nous référer « librement aux terminaisons nerveuses, aux lapins et aux objets physiques ».

22La similitude des stimulations ne saurait être intersubjective : aussi bien le linguiste que l’indigène a son propre parcours stimulatoire. La traduction ne repose que sur des éléments externes de la communication tels que les paroles prononcées, « l’orientation » de l’indigène. Un des paradigmes de la traduction est l’apprentissage du langage par l’enfant. L’apprentissage du langage se fait à partir d’une association d’énoncés à des stimulations.

  • 29  « Le Mythe de la signification », op. cit., p. 141.

Le langage s’apprend ou s’acquiert par le montage d’une série indéfinie de réflexes conditionnés mettant en jeu les organes de la phonation en réponse à des excitations sensorielles29.

L’enfant est approuvé quand il dit « rouge », comportement verbal, en présence de rouge, situation externe. Plus l’apprentissage se renforce plus la part non linguistique se réduit. Mais il reste que la connaissance du langage et la connaissance du monde forment un même ensemble. Le critère pour la justesse du comportement verbal sera bien « comment la scène est vue » (« how the scene would look from there ») et non la situation ou la cause de ce qui est vu. Le holisme va s’exprimer ici par « l’empathie ». Cette notion va jouer un double rôle : nous dispenser de connaître le système perceptif de l’autre, et nous permettre de donner une image du holisme dans la traduction : l’empathie est « un don comparable à notre capacité à reconnaître les visages tout en étant incapables de les dessiner ou les décrire. »

23Par ailleurs en abandonnant le partage des parcours stimulatoires, l’élément factuel n’est plus l’énoncé observationnel mais « la facilité de la conversation ». Les parcours peuvent être totalement privés, mais non le langage commun, c’est lui qui est véritablement partagé. Si chaque parcours stimulatoire est privé, l’équivalence entre ces parcours est publique.

24Si les énoncés d’observation sont le point de départ de la traduction radicale en raison de la concomitance des situations où se trouve l’indigène et le linguiste, ils ne sont pas seuls mobilisés. La traduction radicale reste une pure expérience de pensée, elle est radicale car elle est

  • 30 Idem.

la traduction de la langue d’un peuple resté jusqu’ici sans contact avec notre civilisation. C’est là où jamais que nous verrons se détacher une signification d’ordre strictement empirique, sans relation avec nos modes habituels d’expression30.

Sans dictionnaire préalable, et à l’aide des comportements observés, un manuel se met en place.

  • 31 Le Mot et la chose, trad. fr. par J. Dopp et P. Gochet, Paris, Flammarion, p. 112.
  • 32  « Le Mythe de la signification », op. cit., p. 157.

25Le travail de traduction va reposer sur une méthode inductive de construction du manuel : les énoncés d’observation vont être composés entre eux, selon les liens logiques dont dispose le linguiste, en gardant toujours pour critère l’assentiment ou le dissentiment. La démarche inductive consiste à respecter un principe de compositionnalité des énoncés sur la base des énoncés observationnels. C’est ainsi que naissent des « hypothèses analytiques » (tout AB est A, tout AB est B, les B sont eux-mêmes suggérés par les A). Le recours à de telles hypothèses vient de la part trop réduite de l’ostension dans l’apprentissage du langage. Ces hypothèses sont donc un dictionnaire ou une grammaire ; des « tables de concordance »31. L’hypothèse intervient ici quand le linguiste fait le parallélisme entre telle phrase de l’indigène et tel mot de sa propre langue. Le manuel de traduction se donnera alors comme une corrélation sémantique. Le rôle de l’hypothèse analytique consiste à « greffer sur le vieux buisson domestique assez de rejetons exotiques pour que de loin seul l’exotique frappe les yeux »32. Ces hypothèses sont aussi le seul moyen pour le linguiste de trouver dans le langage indigène des termes généraux.

Objection à Chomsky et rejet du mentalisme

26Quine voit là la compatibilité entre la théorie commençant de la structure innée et son besoin d’hypothèses analytiques :

  • 33 Ways of paradox, op. cit., p. 58.

si l’anti-empirisme ou l’anti-béhaviorisme de Chomsky dit sim­plement que le conditionnement est insuffisant pour expliquer l’apprentissage du langage, alors sa doctrine est en accord avec ma doctrine de l’indétermination de la traduction33.

Le béhaviorisme n’est donc pas réduit aux réponses conditionnées, mais il repose les énonces observationnels. Mais le béhaviorisme rejette le mentalisme naïf de l’empirisme et

  • 34 Idem.

pardonne le recours à l’introspection qui a la faveur de Chomsky, mais il ne le pardonne que comme moyen d’arriver à des conjectures ou des conclusions dans la seule mesure où le sens de celles-ci peut être donné en termes d’observation externe34.

  • 35 Idem, p. 58.
  • 36 Pursuit of Truth, op. cit., p. 44.
  • 37 « Le Mythe de la signification », op. cit., p. 143

Le rejet du mentalisme est le rejet du privilège accordé aux idées. Il s’agit d’opérer « une externalisation drastique » et de mettre l’accent non pas sur les idées mais sur « l’institution sociale du langage », et parler d’idées ne sera satisfaisant que s’il y a moyen de les paraphraser en termes « de dispositions d’un comportement observable »35. Ainsi il n’est pas du tout exclu de parler de dispositions innées pour rendre compte du compor­tement. Reste qu’en mettant l’accent sur les circonstances qui provoquent et conditionnent le besoin d’expression, Quine souligne le caractère adaptatif et social du langage. La parabole des buissons taillés évoqué au paragraphe 1636 (trimmed bushes) rappelle que la signification n’est pas à chercher dans le « détail des brindilles » (comment tel mot est approprié pour telle personne), mais dans « la forme générale de l’arbre taillé »37:

  • 38 Ibidem.

plusieurs individus élevés dans le même milieu linguistique se ressembleront entre eux comme ces arbustes qu’on taille en forme d’éléphants. Autant d’arbustes , autant d’arrangements différents de branches maîtresses et de rameaux aboutissant en gros à la même silhouette éléphantine : le détail anatomique diffère avec chaque buisson, mais de l’extérieur le résultat est le même38.

Le principe sémantique de Bentham est à l’œuvre : les énoncés obser­vationnels vont devenir de simples mots dans les hypothèses analytiques. La méthode est récursive et permet d’obtenir un manuel de traduction, avec toujours la même démarche de soumettre à l’assentiment chaque étape. Quelques aides cependant dans cette construction conjecturale du manuel : 1) « la continuité » entre émissions verbales peuvent laisser penser qu’il y a un lien entre elles ; 2) leur mise en relation peut suggérer des liens logiques valant pour d’autres connexions ; 3) l’empathie psycho­logique : à chaque fois on s’imagine être à la place de l’indigène. Ce manuel sera mesuré quant à son succès dans la communication, le critère est donc pragmatiste : mesurer un concept par les effets qu’il produit, en rassemblant ces effets nous aurons les caractéristiques du concept : « in the light of his successes and failures of communication ».

27Il n’y a donc ni significations à hypostasier, ni grammaire à codifier. Le propre du behaviorisme est de rejeter toute introspection et toute postulation d’états subjectifs internes. La notion de conditionnement joue un rôle important dans le behaviorisme. Pour Quine, ce conditionnement est lié au renforcement accordé aux traductions retenues par assentiment. La conformité de deux manuels avec les comportements observés peut avoir lieu sans que ces manuels soient interchangeables. Ils peuvent même être incompatibles sur certains points. C’est la thèse de l’indétermination de la traduction, qui est en même temps une sous-détermination du manuel de traduction par les données empiriques dont dispose le linguiste. La conséquence sur le meaning est immédiate : il n’y a pas de fait décisif qui puisse établir la signification d’une expression, rien qui puisse nous garantir l’identité d’une signification. Toute réalité objective est désavouée. Ce que montre la thèse de l’indétermination de la traduction c’est que la réduction ontologique ne peut s’accompagner d’une réduction épistémo­logique : on ne peut pas réduire les énoncés d’une théorie aux énoncés logico-mathématiques et aux énoncés d’observation.

28Il peut y avoir prétention à la vérité de deux relations de traduction sans qu’il y ait possibilité de passer d’un énoncé pris dans un manuel à un autre énoncé pris dans l’autre manuel. Le principe de charité est à l’œuvre pour que le linguiste assume que « les attitudes et les modes de pensée de l’indigène sont semblables aux siens ». En particulier, le linguiste cherchera à préserver les liaisons logiques qui gouvernent son propre langage. Le principe de charité tel qu’il a été formulé par N. Wilson (1959) consiste à sauver au maximum les vérités logiques dont le linguiste dispose.

29Par ailleurs l’ontologie est toujours relative à un manuel de traduction. Si nous nous plaçons dans la langue maternelle, on peut par les fonctions délégantes obtenir des permutations sans identité (O et l’ensemble vide, coder une expression par un nombre, etc). Si la transformation est selon l’identité, cela revient à opérer une simple décitation.

30Pour Quine, la traduction donne accès à la signification. Ce dont elle rend compte avec le plus d’exactitude, ce sont les énoncés catégoriques d’observation (tous les corbeaux sont noirs) : d’où l’idée de prendre comme noyau inter linguistique « le contenu empirique » d’un énoncé (ensemble des énoncés catégoriques d’observation synthétiques que l’énoncé implique) ; mais que faire de tous les énoncés qui n’atteignent pas « cette masse critique », c’est-à-dire ceux qui échappent au contrôle ? Un ensemble d’énoncés qui a une masse critique, c’est-à-dire qui implique des catégoriques synthétiques d’observation, est un ensemble qui a ces énoncés catégoriques comme contenu empirique. Même dans ce cas, Quine refuse de considérer ce contenu partagé comme une condition de possibilité de la signification (meaningfulness).

Enoncés équivalents ?

31De même Quine remet en cause la substitution comme critère pour la similitude des significations. Substituer une signification à l’autre salva veritate a été le critère retenu par la tradition logique frégéenne. Quine met la signification à l’épreuve de la traduction, or dans ce cas, « interchanging expressions would turn the context into nonsense if the expressions belong to different languages » (« mettre une expression à la place d’une autre fera du contexte un non sens si elles appartiennent à des langues différentes »). Au critère de la substituabilité est sémantique, Quine substitue un critère pragmatiste : « signifier pour nous pareillement veut dire tout simplement que nous communiquons avec succès ». Plutôt que de chercher une hypothétique identité de sens qui ferait de celui-ci une entité abstraite, Quine renvoie de nouveau à l’apprentissage des langues à partir « des circonstances observables partagées ».

  • 39 Poursuite de la vérité,  § 7.
  • 40 Idem.

32Certes, à l’intérieur d’une même langue, on pourrait avoir recours à la substitution comme à un expédient. Mais si dans ce cas, les énoncés peuvent être dits « cognitivement équivalents », au sens où le contenu empirique engagé par ces énoncés n’est pas affecté, il n’en reste pas moins que l’application de cette équivalence posera problème en raison du holisme : le contenu empirique est toujours plutôt « idéalisé », vu qu’il consiste dans « l’ensemble de tous les contenus d’observation synthétiques que l’énoncé implique »39, c’est seulement ainsi qu’on arrive à « une masse sémantique critique » (idem)40. Or une telle masse ne peut pas, à elle seule suffire.

33Deux autres voies sont envisagées pour rendre compte de l’équivalence cognitive, celle de l’assentiment comme critère, mais celui-ci ne peut convenir à des énoncés permanents, il ne convient qu’aux énoncés occasionnels, et la voie analytique.

34La voie de l’assentiment permet de traduire l’exigence d’identité de la signification en termes dispositionnels :

  • 41 From Stimutus to Science, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995, p. 76.

l’identité de signification de deux énoncés occasionnels, pour tel locuteur, à telle étape de son développement réside dans la dis­position qu’il a en lui de donner le même verdict (assentiment, dissentiment, abstention) aux deux énoncés à chaque occasion41.

Et cette disposition est entretenue par notre capacité d’adaptation à notre monde vu que nous avons besoin pour décider, de faire des projets mais aussi dans le champ théorique de régularités et de similitudes. C’est un des seuls cas où Quine est clément à l’égard de la psychologie introspective.

35Dans les énoncés permanents, déliés des circonstances d’élocution, on risque de réintroduire des entités abstraites injustifiées comme les propo­sitions, considérant alors celle-ci comme des porteurs véritables de valeurs de vérité que les énoncés ne feraient qu’exprimer (position frégéenne). Les propositions sont comme des fantômes introduits dans la machine.

  • 42 Ibid., p. 77.

Ce qui est en fait un mélange fortuit de considérations peut induire dans l’imagination du locuteur l’apparition d’une entité unitaire, une idée brumeuse de signification supposée être véhi­culée indifféremment par les deux énoncés42.

36Celle-ci est reformulée : non pas analytique au sens de « vrai en vertu des significations des termes », mais au sens où l’assentiment est donné en vertu des mots appris. En thématisant l’analyticité en termes d’assenti­ment, Quine injecte dans ce concept son behaviorisme linguistique : la prise en compte de l’usage et des circonstances variables de cet usage. Il faut à chaque fois abandonner la tentation d’hypostasier le sens. En contestant l’aspect verbal de l’analyticité, Quine conteste aussi que ce principe puisse donner « un concept général de l’équivalence cognitive ».

En guise de conclusion : l’usage du dictionnaire

37Quine a ainsi pu mettre en évidence les limites d’une équivalence cognitive des énoncés. Cette équivalence ne saurait mobiliser le simple univers des significations, fussent-elles analytiques, sans les rapporter à un contenu empirique et à l’assentiment des locuteurs. Reste à interroger le travail du lexicographe qui, d’ordinaire, est perçu comme faisant un travail d’explication des significations à travers les dictionnaires. C’est cette idée que combat Quine :

les dictionnaires n’ont pour but ni « l’équivalence cognitive entre énoncés, ni la synonymie entre termes », le lexicographe « ne présuppose absolument aucune notion de signification.

38Il vise plutôt à rendre plus fluide la communication en décrivant non les mots ou les propriétés des objets auxquels ces mots se réfèrent mais leur emploi dans des énoncés. Il s’agit de faire comprendre et non de signifier. Quine substitue le paradigme de la compréhension à celui de la signifi­cation. Cela est net pour tous les termes liés à des objets abstraits, et pour les « particules grammaticales ». Le lexicographe vise à rendre utilisable des énoncés, non à explorer leur sens. La substitution d’une expression à l’autre, dans ce cas, n’a pour but que de mieux armer le lecteur à fabriquer des usages de mots dans des contextes différents. Apprendre l’usage des mots ce n’est pas apprendre leur potentielle synonymie. C’est chercher à comprendre, c’est réduire la part de surprise quand nous entendons à l’usage d’un mot. La compréhension nous met de plain pied avec le comportement des locuteurs. Ce qui compte c’est l’usage du mot dans des situations dissemblables et variées.

  • 43 From Stimulus to Science, op. cit., p. 83.

Un dictionnaire pratique ne fait pas de distinction entre infor­mation linguistique à propos d’un terme et information factuelle à propos de ses denotata. Le but est simplement le succès de l’usager dans l’exercice du langage43.

39Il faut aussi admettre qu’aucun critère ne peut être donné de la compréhension car entre un usage qui surprend, peut aussi bien renvoyer à une méprise réelle qu’à un usage inhabituel. De plus comprendre est affaire d’adaptation et celle-ci est vague et susceptible de degrés. Seule la fluidité de la conversation est le critère véritable. Si l’énoncé est fondamental, l’épreuve de la compréhension ne peut être menée que sur un mot mais même dans ce cas, cela ne peut se faire qu’en « variant les énoncés où il figure ».

Haut de page

Bibliographie

Bentham, J. « Essays on Language » dans Works, t. VIII.

Gochet, P. Quine en perspective. Paris, Flammarion, 1978.

Largeault, J. « Quine, le continuisme et la fin de l’épistémologie néo-positiviste », Revue philosophique, 3, 1994.

Quine, V. W. O. From Stimutus to Science, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995 (Trad. fr. Le Mot et la chose, Paris, Flammarion, 1977).

Quine, V. W. O. Theories and Things. Cambridge (Mass.), The Beknap Press of Harvard University Press, 1994 (1ère éd.1981).

Quine, V. W. O. Pursuit of Truth. Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1993 (1ère éd. 1990). Trad. fr. par M. Clavelin, La Poursuite de la vérité, Paris, Seuil, 1993.

Quine, V. W. O. The Roots of Reference. La Salle, Open Court, 1974.

Quine, V. W. O. Relativité de l’ontologie et autres essais. Paris, Aubier-Montaigne, 1977.

 Quine, V. W. O.« Les Deux Dogmes de l’empirisme », dans De Vienne à Cambridge, éd. par P. Jacob. Paris, Gallimard, 1980.

Quine, V. W. O.« Le Mythe de la signification », dans La Philosophie analytique. Paris, Minuit, 1962.

Quine, V. W. O. « Carnap and Logical Truth » (1954), dans The Ways of Paradox and Other Essays. Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1976.

Quine, V. W. O. « Truth by Convention » (1935), dans The Ways of Paradox and Other Essays. Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1976.

Quine, V. W. O.« Necessary truth » (1963), dans The Ways of Paradox and Other Essays. Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1976.

Soulez, A. (éd.). Manifeste du cercle de Vienne. Paris, P.U.F., 1985.

Haut de page

Notes

1 J. Largeault, Quine, « Le Continuisme et la fin de l’épistémologie néo-positiviste », Revue philosophique, 3, 1994, p. 318.

2 Quine, « Les Deux dogmes de l’empirisme », De Vienne à Cambridge, trad. fr. par P. Jacob, Paris, Gallimard, 1980, p.111.

3 C’est le titre d’un de ses ouvrages.

4 Quine, « Carnap and Logical Ttruth » (1954), dans The Ways of Paradox and Other Essays, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1976, p 108.

5 P. Gochet, Quine en perspective, Paris, Flammarion, 1978, p. 152.

6 « Truth by Convention » (1935), dans The Ways of Paradox, op. cit.,  p. 77.

7 Quine, « Necessary Truth » (1963), dans The Ways of Paradox, op. cit.,  p. 76.

8 Ibid., p. 159.

9 Ibid., p. 159.

10 J. Largeault, op. cit., p. 320.

11 Quine, The Roots of Reference, La Salle (Ill.), Open Court, 1974, essai 3, p. 83.

12 Quine, « Epistemology Naturalized », dans Ontological Relativity and Others Essays, New York, Columbia University Press, 1969, p. 80–81.

13 Quine, « Les Deux Dogmes de l’empirisme », dans De Vienne à Cambridge, l’héritage du positivisme logique de 1950 à nos jours, op. cit., p. 111.

14 Quine, « Les Deux Dogmes de l’empirisme », op. cit., p. 107.

15 Manifeste du cercle de Vienne, trad. fr. sous la dir. de A. Soulez, Paris, P.U.F., 1985, p. 173.

16 Quine, « Les Deux Dogmes de l’empirisme », op. cit., p. 91.

17 Idem, p. 96.

18 Idem, p. 107.

19 Theories and Things, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994(1st ed. 1981), ch. 1, p. 11.

20 Idem, p. 20.

21 J. Bentham, « Essays on Language », dans The Works of Jeremy Bentham, Bristol, Thommes press, 1995 (1st ed. London, John Bowring, 1838–1843), t. VIII, p. 323 : « Les premiers mots doivent, dans leur signification, avoir été équivalents à des phrases entières, à des phrases expressives, par exemple, de la souffrance, de la jouissance, du désir, de l’aversion ».

22 Quine, Theories and Things, op. cit., ch. 1, p. 3.

23 Pursuit of Truth, § 8, p. 19.

24 « Le Mythe de la signification », dans La Philosophie analytique, Paris, Minuit, 1962, p. 139.

25 Pursuit of Truth, op. cit., § 14.

26 Quine, Ways of Paradox,  op. cit., p. 56.

27 Relativité de l’ontologie, p.101.

28 Pursuit of Truth, op. cit., § 15.

29  « Le Mythe de la signification », op. cit., p. 141.

30 Idem.

31 Le Mot et la chose, trad. fr. par J. Dopp et P. Gochet, Paris, Flammarion, p. 112.

32  « Le Mythe de la signification », op. cit., p. 157.

33 Ways of paradox, op. cit., p. 58.

34 Idem.

35 Idem, p. 58.

36 Pursuit of Truth, op. cit., p. 44.

37 « Le Mythe de la signification », op. cit., p. 143

38 Ibidem.

39 Poursuite de la vérité,  § 7.

40 Idem.

41 From Stimutus to Science, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995, p. 76.

42 Ibid., p. 77.

43 From Stimulus to Science, op. cit., p. 83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Benmakhlouf, « Quine, traduire pour comprendre », Noesis, 13 | 2008, 81-99.

Référence électronique

Ali Benmakhlouf, « Quine, traduire pour comprendre », Noesis [En ligne], 13 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://noesis.revues.org/1621

Haut de page

Auteur

Ali Benmakhlouf

Agrégé de philosophie, est actuellement professeur à l’université de Nice – Sophia Antipolis. Il est membre de l’Institut international de philosophie et du Comité consultatif national d’éthique. Il a publié de nombreux ouvrages sur Frege (Vrin, 2002, P.U.F., 1997, Ellipses, 2001) et sur Russell (P.U.F., 1996, Belles Lettres, 2004, Ellipses, 2001) ainsi que sur Averroès (Belles lettres, 2000 et 2003, Ellipses, 2007) et sur Al Fârâbî (Seuil, 2007). Il a fait paraître en septembre 2008 un livre sur Montaigne aux éditions des Belles Lettres.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org