Navigation – Plan du site

Interprétations historicistes de la “scienza nuova”

Giuseppe Cacciatore

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Frédéric Taboin

Texte intégral

Vico rendu à lui-même et à son époque

1Que l’on ait progressivement renoncé à classer le philosophe napolitain dans tel ou tel arbre généalogique des philosophies modernes et contemporaines (des Lumières, de l’historicisme, de l’idéalisme, du traditionalisme catholique etc…), est certainement l’un des résultats les plus probants que l’on puisse attribuer au « nouveau » cours des études vichiennes. On voit au contraire s’imposer de plus en plus un effort de contextualisation historique, accompagné d’une relecture systématique des textes, revisités au plan philologique sur la base d’éditions critiques soignées et de traductions renouvelées. Au cours de ces dernières années, cette orientation historico-philologique a souvent été jugée inadéquate et peu séduisante par les philosophes plus soucieux d’approfondir les méandres théoriques de la pensée vichienne. Il est vrai que, dans certains cas, on rencontre peut être quelques excès quant aux préoccupations philologiques et aux scrupules de restitution du texte conformément à la volonté originelle de l’auteur. Toutefois, il faut admettre que seul un patient travail de reconnaissance des textes, de reconstitution attentive des sources antérieures ou contemporaines de Vico, de recontextualisation de sa philosophie au sein de son époque (avec une masse imposante d’études qui ont exploré à fond la culture napolitaine des xviie et xviiie siècles notamment dans ses rapports avec la culture européenne) a permis de libérer Vico d’une série de mythes historiographiques comme celui du génie isolé par exemple qui depuis un coin perdu du monde éclairerait le futur de la pensée, ainsi que d’une série de lieux communs conditionnés avant tout par la figure du précurseur.

2Ce constat général vaut également, selon moi, pour cette image faisant de Vico un précurseur de l’historicisme (et pas seulement de l’historicisme idéaliste, puis crocien, mais aussi marxiste) et qui fut peut être la plus longue à disparaître. Il n’est pas question de nier que Vico puisse légitimement se situer à ce carrefour intellectuel qui, de Leibniz à Kant et aux premières philosophies post-kantiennes, a été défini par le terme général d’« origines de l’historicisme »1. Mais cette position n’est pas à prendre dans le sens réducteur d’un déplacement d’une généalogie à une autre. Elle marque plutôt la distance existant entre les considérations de Vico sur l’histoire et toute vision finaliste et absolue du processus historique.

3Aujourd’hui, cette démarche – qui comme nous l’avons dit présuppose un solide support d’analyse critique des textes – ne peut prendre de sens et de valeur que si, d’une part, l’historicisme de Vico est « rethématisé » (et donc recontextualisé), à la lumière de ses propres réseaux conceptuels (le rapport entre métaphysique et histoire, la valence aussi bien gnoséologique que philosophico-systématique de la connexion verum/factum et avec lui l’introduction d’une « logique du concret »2 inédite et radicale, le sens de la théologie civile « raisonnée » de la providence ») et d’autre part s’il est rediscuté sans jamais perdre de vue la finalité civile et « pratique » (outre celle d’unification méthodique du savoir des sciences humaines) de la « science nouvelle ».

4Je tenterai dans la dernière partie de cette contribution de montrer en quel sens on peut encore aujourd’hui utiliser certains passages clefs de la philosophie vichienne dans une perspective historiciste. Toutefois, il est peut être opportun de retracer d’abord, même de façon synthétique, certaines étapes significatives de l’histoire des interprétations historicistes de l’œuvre de Vico.

Vico dans la tradition du premier historicisme italien

5En Italie comme dans l’ensemble de l’Europe, la centralité de la réflexion philosophique sur l’histoire constitue l’une des particularités de la période historique allant de la fin du xviiie siècle au début du xixe. Autour de ce motif central se regroupent, en effet aussi bien les éléments de continuité et de transformation des philosophies des Lumières que les débats ouverts à l’égard de ces positions, exprimés par l’idéalisme et par ses manifestations élaborées, notamment dans le sens de la recherche des formes de transition de la raison depuis la pure sensibilité jusqu’à la rationalité pleinement déployée. Au sein de ce contexte général, il faut signaler la forte spécificité de la situation culturelle italienne qui se caractérise proprement par l’ampleur du débat sur « l’utilité et la certitude de l’histoire ». En outre, à la particularité que constitue la présence de la tradition philosophique vichienne s’ajoute l’interrelation étroite entre le profil théorique de la philosophie civile et les événements politiques entre révolution et restauration.

6Entre la fin dramatique des expériences révolutionnaires de la fin du siècle (l’aventure de la révolution napolitaine de 1799 est à cet égard exemplaire) et les premières décennies du xixe, se développe en Italie une discussion philosophique originale sur l’histoire, qui compte parmi ses protagonistes des intellectuels tels que Delfico et Cuoco, Salfi, Lomonaco et Jannelli, Romagnosi, Cattaneo et Ferrari. Au delà des positions, tantôt convergentes, tantôt radicalement opposées, demeure toutefois une base commune à savoir la transfiguration progressive de la tradition historico-humaniste vichienne dans le sens des nouveaux paradigmes de l’anthropologie du début du xixe, mûrie par sa rencontre avec les hypothèses expérimentales et sensualistes des idéologues français d’un côté et de l’autre avec les réflexions sur l’histoire élaborées par l’idéalisme post-kantien.

7Un auteur comme Vincenzo Cuoco met constamment au centre de sa réflexion le thème de l’attention pour l’histoire et pour la fonction qu’elle assume aussi bien sur le plan de l’élaboration judirico-politique que sur celui de la nouvelle dimension anthropologique et gnoséologique de la philosophie, rendue possible précisément grâce à la science historique. Chaque sphère de la connaissance humaine et de son évolution historique lorsqu’elle est étudiée et interprétée à l’aide de la science historique, perd son caractère d’événement isolé ou, au mieux, confié à la minutieuse recherche philologique et à la recherche de l’ancien. Elle s’insère dans un contexte d’expériences culturelles, politiques, éthiques qui requiert pour être approfondi les instruments de la comparaison et de la synthèse3. La nouvelle science, imaginée et théorisée par Vico constitue pour Cuoco, le fait significatif et, par bien des aspects, marque la rupture qui caractérise la phase de fondation et de constitution des sciences humaines. Elle opère cette transformation justement à la lumière des éléments inédits de connaissance et d’organisation conceptuelle de la dimension historico-anthropologique de la vie humaine que la méthode historique contribue à créer : l’étude de la sagesse antique et de son caractère poétique et mythopoietique ; l’histoire et la chronologie des âges primitifs ; la définition et la démonstration du caractère évolutif de l’histoire des nations. Mais le vichisme de Cuoco se manifeste de manière éclatante dans la pleine conviction du caractère modifiable de la nature humaine sur la base d’une idée de développement historique guidé par la raison et par la créativité de l’action.

8Ce n’est donc pas un hasard que Cuoco identifie fermement, en les séparant résolument des autres composants intéressant la métaphysique historique et le dessein finaliste de l’histoire pourtant présents, les éléments du vichisme les plus congénitaux au débat qui traverse l’Europe entière entre la fin du xviiie et les premières décennies du xixe à propos des liens fondamentaux entre langage, histoire et anthropologie. « A l’époque où Locke découvrait par les voies de la raison les rapports entre les idées et les mots, rapports qui développés par Condillac, Du Marsais et Beccaria, auraient dû déboucher sur une grammaire et une rhétorique nouvelle […], Vico, empruntant la voie des faits, appliquait l’étude des langues à l’histoire des nations et à l’analyse de l’esprit du genre humain. Vico est le premier en Europe qui, à partir des paroles d’un peuple a su découvrir ses idées et, partant de sa langue, a mis à jour sa philosophie ; Vico, à travers les mots, a mis à jour les coutumes, les gouvernements, les événements et la chronologie ; Vico est le premier auteur de cette « science nouvelle »4.

9La façon dont Cuoco interprète la valeur et la finalité de la science nouvelle inaugurée par Vico a un caractère éminemment philosophique. Il se place en effet dans un contexte qui n’est pas si étranger aux réflexions de l’époque sur la philosophie de l’histoire, avancées par la culture allemande à partir de Kant et qui, bien que filtrées par les canaux français, n’étaient de toute évidence pas inconnues du penseur du Molise.

10C’est dans ce sens, je pense, que l’on peut interpréter la centralité que confère Cuoco au rapport fondamental établi par Vico entre histoire idéale éternelle et cours historico-empirique des nations. « Il fut le premier à saisir que toutes les lois devaient avoir une cause et que celle-ci devait être replacée dans l’ordre général des choses : il vit qu’à cet ordre devaient également être soumises les institutions civiles et traça l’orbite autour de laquelle tournent perpétuellement toutes les sociétés civiles. Lois, gouvernements, coutumes religions, tout devint la conséquence de la proposition générale qui exprimait cet ordre éternel ; les préceptes, les usages les lois de toutes les époques devinrent autant d’anomalies, pouvant être calculées par la force des principes qu’il instaurait »5. Bref, chez Vico, comme d’ailleurs chez Pagano selon Cuoco, sont préfigurés les principes d’une vision philosophique de l’histoire qui, tout en parvenant à examiner et à pénétrer la complexité et la variété des phénomènes historiques relatifs aux hommes et aux peuples, est en même temps capable de distinguer « les qualités constantes des variables » et de mesurer ces dernières à la lumière de lois tout aussi constantes, sans jamais perdre de vue toutefois l’objectif de « discerner, en tout cas, l’humanité parmi les événements touchant les hommes »6. Le lien de continuité entre la philosophie de l’histoire de Vico et celle de Cuoco repose donc sur l’élargissement conscient de l’intuition vichienne du rapport indissoluble entre temporalité et permanence, individualité et universalité, à des formes plus raffinées de la science moderne des idées et de la philosophie anthropologique (celles-ci étant entendues aussi au sens de produit à la fois de l’acquisition et de la transfiguration critique des principes des Lumières). Mais l’utilisation, pour ainsi dire, que Cuoco fait de Vico, a également permis de mettre en lumière le sens fondamental du rapport entre histoire et philosophie que l’on retrouve par la suite presque toujours au centre des futures constructions historicistes du xixe et du début du xxe siècle. En effet le philosophe de la Science nouvelle a conféré une vigueur non seulement méthodologique mais surtout théorétique au rapport entre philologie et philosophie, à la nécessaire conjugaison de « tant d’érudition » et de « tant de force de jugement ».

11En se référant aux fondements philosophiques de la réflexion de Vico, déjà esquissés dans le De Antiquissima, Cuoco montre sa capacité à cerner précisément le noyau autour duquel se définit progressivement la science vichienne de l’homme : à savoir l’idée que la science humaine reconnaissant sa finitude et ses limites face à la connaissance divine infinie et omniprésente, devient consciente de devoir et pouvoir limiter sa portée aux vérités intellectuelles construites et produites par l’intelligence humaine. Le schéma vichien originel, notoirement empreint de fortes influences néoplatoniciennes et utilisé surtout dans le domaine du fondement de la métaphysique, est porté par Cuoco sur le terrain de la justification philosophique de l’histoire avec des mouvements extraordinairement similaires à ceux que l’on trouve dans certains passages clefs des philosophies transcendantales de l’histoire du xixe siècle.

12L’auteur du Saggio storico [Essai historique] interprète le vrai éternel de Vico, le vrai absolu et nécessaire qui trouve ses racines dans la Providence, comme la « totalité des possibles ». La tendance constante de la Science humaine à comparer les faits infinis possibles, les infinies possibilités des actions des hommes avec les lois du vrai unique, ôte tout caractère accidentel et arbitraire à l’expérience de l’histoire. Mais l’histoire idéale éternelle – puisque c’est de cela qu’il s’agit – serait chimérique et resterait abstraite dans sa pureté originelle si elle ne correspondait pas aux faits et si de ces faits il n’était possible de remonter à l’ensemble des possibles. Cela rend alors plausible une théorie de la compréhension de l’historicité des faits qui, pour acquérir un fondement propre, a besoin d’opérer sur la base de synthèses et de connexions afin de dépasser le seuil de la pure perception et de la simple énumération d’une accumulation chaotique d’événements. Dans l’interprétation que Cuoco fait de Vico, alors, le « véritable lien entre les actions « se situe dans les idées, si bien que dans « l’histoire de l’esprit », il devient possible de retrouver ces principes de l’histoire idéale, à savoir en définitive le complexe des lois et des connexions des actions humaines. C’est là que réside le noyau philosophique fondamental qui, selon Cuoco, est au centre de la Science nouvelle. Vico, écrit-il, « réunit dans celle-ci les deux versants de sa philosophie, la critique des faits et la science des possibles. Ainsi, alors qu’avec cette dernière, il trace l’orbite que tous les peuples doivent parcourir, il rectifie par la première l’histoire qu’ils ont parcourue »7. Cuoco, par ce cheminement, se situe à la hauteur de cette exigence, très caractéristique de la pensée historique du début du xixe, de retrouver dans les idées, les formes et les principes du développement intellectuel et civil de la société européenne. Mais une telle exigence repose toujours sur la conviction que le rôle d’organisation et de synthèse du réel assumé par les idées doit être constamment accompagné d’une théorie et d’une pratique de l’historicité comme science de vérification des faits.

Vico et l’historicisme de Croce

13La forte présence de Vico dans la culture italienne du xixe siècle est bien connue même si très vite s’ajoutent à la voie historiciste, d’origine tracée par Cuoco, d’autres paradigmes philosophiques (sociologico-positiviste par exemple, inauguré par Cattaneo, mais aussi idéaliste représenté par Spaventa et développé ensuite par Gentile). Toutefois pour aborder une autre étape fondamentale dans l’histoire des interprétations historicistes de Vico (sans oublier toutefois quelques contributions significatives émanant de la constellation historiciste comme De Sanctis et Labriola mais aussi Gramsci, par bien des aspects), nous devons nous référer à Benedetto Croce qui voyait chez le philosophe napolitain le moment génétique de l’historicisme idéaliste. De la philosophie vichienne, Croce a bien su dégager cette figure fondamentale de l’unité/distinction entre histoire idéale et histoire temporelle, entre universalité des principes et historicité du cheminement des nations, mais cette unité était finalement ramenée à l’identification idéaliste de la logique et de l’histoire la plus globale et la plus décisive.

14En ce sens, la philosophie de Vico devenait l’une des étapes fondamentales de préparation (avec celle de Kant et Hegel) de l’historicisme absolu. C’est donc en connaissance de cause qu’on a fait valoir le rôle du vichisme de Croce dans la formation de l’historicisme absolu8. « La conception de l’histoire – écrit Croce – devient chez Vico véritablement objective, affranchie de l’arbitraire divin, ainsi que de l’empire des petites causes et des explications anecdotiques ; elle acquiert la conscience de sa fin intrinsèque qui est de comprendre les connexions entre les faits, la logique des événements et d’être le remaniement rationnel d’un fait rationnel9 ». Mais pour pouvoir situer de façon cohérente, y compris dans ses limites et ses oscillations, la théorie vichienne de l’histoire au sein d’un processus de rapprochement avec l’issue idéaliste, Croce doit réinterpréter l’idée de Providence de Vico en recourant à de nombreuses interprétations forcées. La force qui meut l’histoire n’aurait chez Vico – soutient Croce – aucun caractère transcendant ou miraculeux et ne peut être assimilée au destin ou au hasard.

15Cependant, Croce identifie chez Vico une difficulté à clarifier le rôle des fins individuelles dans leur rapport avec les fins universelles, oscillant encore dans une contradiction non résolue entre l’aspect utilitaire des actions humaines et leur dépendance à l’égard d’un dessein transcendant. Dans tous les cas, soutient Croce : « concevoir les fins particulières comme véhicule des fins universelles et les illusions comme accompagnant et soutenant l’action signifie concevoir dialectiquement le mouvement de l’histoire et dépasser le problème du mal »10. On voit jusqu’à quel point Croce utilise l’idée vichienne de Providence pour justifier son historicisme idéaliste, dans un passage où – l’exposé de la pensée de Vico étant mis explicitement entre paren-

16-thèse – est expliquée l’idée de la rationalité de l’histoire. « L’histoire est faite par les individus ; mais l’individualité est le caractére concret même de l’universel, et toute action individuelle, justement parce qu’elle est individuelle, est supra-individuelle. Il n’y a pas ni l’individu ni l’universel comme étant deux choses distinctes mais l’unique cours de l’histoire dont les aspects abstraits sont l’individualité sans universel et l’universel sans individualité. Ce cheminement unique de l’histoire est cohérent dans ses multiples déterminations […]. A cette condition seulement il est possible de comprendre l’histoire qui autrement resterait inintelligible […]. L’histoire n’est donc l’œuvre ni du Destin ni du Hasard, mais le fruit de cette nécessité qui n’est pas la fatalité et de cette liberté qui n’est pas le hasard. Et puisque le concept religieux faisant de l’histoire l’œuvre de Dieu a, sur les autres, l’avantage et le mérite d’introduire une cause de l’histoire qui ne soit ni destin, ni hasard, et de ce fait même ne soit plus vraiment cause mais efficacité créative et esprit intelligent et libre, il est naturel que, par un acte de reconnaissance à l’égard de ce concept plus haut, ainsi que par opportunité de langage, on ait été conduits à donner à la rationalité de l’histoire le nom de Dieu qui régit et gouverne tout ou de Providence divine »11.

17La providence vichienne est ainsi ramenée dans le lit de la sécularisation idéaliste de l’histoire. Plus avant, Croce affirmera explicitement que la Providence vichienne préfigure la « rationalité et l’objectivité de l’histoire » et qu’elle « reçut un nom plus prosaïque sans changer de caractère dans la ruse de la raison, formulée par Hegel »12.

18Même l’interprétation que Croce donne de la métaphysique vichienne est objectivement conditionnée par ses prémisses idéalistes. Bien que se détachant du postulat d’une nette distinction entre monde humain et monde naturel, entre la réalité produite par l’homme et celle créée par Dieu et, malgré la tentative d’élaborer une conception unitaire de la philosophie de l’esprit (mente) incluant la connaissance humaine et la science divine, Vico reste profondément attaché à sa foi catholique. Le fait que Vico ne quitte pas l’horizon de la transcendance représente pour Croce une limite qui empêche le philosophe de la science nouvelle non seulement d’ « atteindre l’unité du réel » mais voire aussi d’admettre une hypothèse immanentiste.

19 « Le progrès, tiré de la providence immanente et introduit dans la Science nouvelle, aurait accentué la différence dans l’uniformité, l’apparition du nouveau à chaque instant, l’enrichissement constant d’un cours historique par la récurrence du ricorso. Le progrès aurait changé l’histoire, qui de mouvement résigné et voué à arpenter sans cesse le sillon tracé par Dieu sous l’œil de Dieu, serait devenue un drame portant en soi sa propre raison d’être ; il aurait entraîné dans ses spirales le cosmos tout entier et donné chair à la pensée des mondes infinis. Vico, au bord de cette vision, recule avec effroi, s’arrête avec détermination et, chez lui, le philosophe est alors remplacé par le croyant »13. C’est ce dualisme originel entre science et croyance qui empêcherait Vico de développer, selon Croce, tous les germes présents dans sa timide tentative de donner vie à une philosophie unitaire de l’esprit.

20Mais les limites qu’il souligne n’empêchent pas Croce de reconsidérer la philosophie vichienne dans le complexe de ces éléments qui ont rendu philosophiquement encore plausible sa présence problématique dans l’évolution de la culture des xixe et xxe siècles. Ainsi le legs de l’historicisme vichien – du moins dans l’interprétation de Croce14 – s’inscrit dans une ligne de continuité qui de l’identité du vrai et du certain conduit à la thèse de l’identité de la pensée et de l’être. La même critique du cartésianisme exemplifiée sur le point crucial de l’unité entre philosophie et philologie, annonce la grande révolution kantienne de la synthèse a priori en tant que conciliation de l’idéal et du réel, catégories et expérience, et elle devance les éléments fondamentaux de la philosophie historique de Hegel. En outre, la polémique visant les rigidités des sciences exactes et la critique de toute vision naturaliste, anticipent selon Croce la critique de Jacobi contre le déterminisme et celle de Hegel contre l’intellect abstrait. La grande intuition du rôle de la fantaisie et la théorie de la logique poétique préludent à la fondation de l’esthétique comme science philosophique et de l’art comme forme distincte de l’esprit. Les idées de Vico sur le langage comme création poétique de l’esprit ont été reprises et développées par Herder et Humboldt. Et Croce poursuit dans cette analyse, en parlant des anticipations vichiennes sur le sens civil, anthropologique et philosophique de l’expérience religieuse, de la découverte du rapport entre poésie et histoire, de la critique de l’utilitarisme, de la vision historique et sociale du droit. Il s’agit, écrit Croce, de « presque toutes les idées capitales de la philosophie idéaliste du xixe siècle, qui peuvent être considérées comme reprises récurrentes des doctrines vichiennes »15. Ceci ne signifie pas, cependant, qu’il n’y ait pas eu dans ces doctrines des lacunes, comblées ensuite par les développements successifs de la pensée philosophique, particulièrement dans ce courant qui, ayant élevé « l’esprit humain à esprit universel ou Idée », dépassa les restes de dualisme encore présents dans la distinction vichienne entre histoire et nature, entre action de l’homme et vrai absolu de Dieu. Naturellement le théoricien de la philosophie comme méthodologie de l’histoire ne pouvait que souligner le rôle d’un segment important de l’héritage historiciste vichien dans les progrès de la critique historique qui, reçurent justement de Vico des impulsions et des intuitions fondamentales : la philologie comme enquête documentaire, le langage comme instrument de recherche des concepts et coutumes primitifs, l’interprétation socio-anthropologique des mythes, l’étude des civilisations primitives dans leur disposition psychologique autonome et dans leur façon autonome de se constituer politiquement et juridiquement, le conflit social et les luttes de classe comme critère d’interprétation de l’histoire, les progrès dans la critique d’Homère, de Dante, dans l’étude du droit romain. Bref Croce énumère ici les traits de la fortune de Vico, condensés ensuite dans cette formule « il ne fut ni plus ni moins que le XIXe siècle en germe »16 – qui devait tant peser et pèse encore tellement sur l’histoire et sur les conflicts des interprétations vichiennes, sans aucun doute par ses aspects positifs (concernant l’appartenance à plein titre de Vico aux moments décisifs et fondateurs de la pensée moderne) mais aussi et peut-être davantage par ses côtés négatifs (qui ont longtemps empêché le plein développement d’une compréhension philologiquement correcte et historiquement contextualisée de l’œuvre de Vico).

21L’unité de mesure utilisée par Croce demeure en définitive le taux d’approximation par rapport aux futurs parcours de l’idéalisme comme le montre le parallèle qu’il établit à la fin de son livre entre Leibniz et Vico. « Par rapport à l’idéalisme postérieur, la philosophie leibnizienne est comme l’expression la plus parfaite de la vieille métaphysique appelée à être dépassée ; celle de Vico, comme l’ébauche de la nouvelle métaphysique appelée à être développée et déterminée. L’un parla pour son siècle, qui se pressa autour de lui, et il s’en fit rapidement l’écho sonore ; l’autre s’adressa à un siècle à venir et trouva autour de lui le désert et le silence. Mais foule ou désert n’ajoutent ni ne retranchent rien au caractère intrinsèque d’une pensée »17.

Vico dans l’historisme critico-problématique

22On a désormais une plus grande connaissance critique de la portée réelle de la philosophie vichienne dans le contexte du débat sur l’histoire et sur la conscience historique, considérées comme un des aspects décisifs de la modernité avec ceux de la science et de la théorie de la connaissance, grâce aux analyses consacrées par les plus importants représentants de l’Historismus (de Dilthey à Meinecke et Troeltsch). Pour ces derniers Vico est considéré comme un passage important dans la fondation de l’herméneutique et du projet moderne de constitution des Geisteswissenschaften. Dilthey pouvait définir epochemachende la Scienze nouvelle, dans la mesure où elle mettait en évidence la capacité de comprendre la psychologie et la culture de l’homme héroïco-primitif et ses modes d’expression poétique et métaphorique. Troeltsch rappelait également – et ce n’est pas un hasard s’il le faisait au début de son grand livre sur l’Historismus – le rôle joué par l’œuvre du philosophe napolitain dans le processus de fondation de la théorie moderne de la conscience historique, c’est-à-dire une théorie de l’esprit historique qui s’auto-comprend et s’auto-produit. Meinecke, pour finir, n’hésite pas à placer Vico aux côtés de Kant dans le processus d’individualisation des traits essentiels de l’anthropologie moderne, exactement sur la base de la théorie de la convertibilité entre le connaître et le faire, mais aussi sur la base de l’apport fondamental du philosophe napolitain dans la détermination du rôle de l’individualité dans l’histoire et dans la découverte de la fonction créatrice et productrice de l’imagination.

23Il est donc possible d’affirmer – hypothèse alternative à l’interprétation de Croce – la non-extranéité de Vico à une autre version de l’historisme, qui, comme on l’a dit, insiste sur la « centralité de l’action humaine individuelle jusqu’à reconnaître que l’histoire de l’homme n’a pas de but au delà d’elle-même »18. De cette façon, Vico ne préfigure pas les phases qui posent les fondements de la philosophie de l’esprit, mais il inaugure les perspectives d’une philosophie anthropologique méditée, aussi bien dans le sens du déplacement de l’épicentre de la science sur le monde humain, que dans celui de l’importance philosophique assumée par le concept de l’individualité historique.

24Il s’agit ici d’une déclinaison de l’historisme attentive à étudier les formes de la connaissance historique comme clef d’accès privilégiée aux nouvelles dimensions de l’individualité contemporaine et, dans le même temps, les contenus de la science de l’histoire, capables d’ouvrir le passage nécessaire qui met en contact l’expérience vécue de l’individu avec ses objectivations sociales, historiques et culturelles. « Vico a compris le problème de ce programme, qui correspond à celui de l’historisme individualisant, problématique et critique de Dilthey à Meinecke, et il a individualisé la direction problématique, dans la découverte des limites de l’homme, de l’homme déchu et faible auquel il faut rapporter toute « l’histoire de l’humanité préchrétienne19 ».

25Il n’est pas possible de présenter de façon détaillée l’ensemble des interprétations que des figures de renom de l’historisme critique ont consacrées à Vico, d’une part pour éviter un discours trop long, d’autre part parce que j’ai déjà beaucoup écrit à ce sujet20. J’aimerais seulement faire allusion à une interprétation « historiciste » particulière de Vico, élaborée dans le cadre de l’historisme critico-problématique de Pietro Piovani et des prolongements que son élève le plus important, Fulvio Tessitore, lui a donnée. Dans cette interprétation, Vico représente une étape décisive pour la fondation historique et théorique du « nouvel historisme », défini comme philosophie d’une raison historique orientée vers la compréhension de l’individualité et, donc alternative à tout historisme absolu.

26La science nouvelle de Vico est, pour Piovani, science essentiellement historico-anthropologique et son appartenance à ce que l’on pourrait définir comme un des moments topiques de la philosophie contemporaine – le passage de la « philosophie du concept » à la « philosophie du concret » – est confirmée par les moments les plus forts du débat autour de Vico : la critique de la métaphysique traditionnelle comme ontologie des essences, la recherche continue de la relation entre idéalité du vrai et réalité du fait, la centralité de l’expérience linguistique qui s’inscrit dans la réalité du processus de la genèse des communautés et des instituts politiques et juridiques, le concept de sagesse poétique comme instrument cognitif et reconstructif des âges fabuleux de l’humanité et, en même temps comme dispositif logique et herméneutique adapté à la compréhension du vraisemblable et du divers sensible21. Il devient tout à fait compréhensible que dans une réflexion théorique autonome, comme celle de Piovani, dans laquelle le problème de la reconfiguration philosophique de l’idée d’individualité se pose dans le cadre de la révolution logique, cognitive et éthique induite par l’idée moderne d’historicité, Vico devait avoir une place de premier choix. C’était avant tout chez Vico (en plus de Kant et des principaux auteurs de l’Historismus, Humboldt et Dilthey) que l’on pouvait trouver les traits génétiques de cette raison historique individualisante, toujours plus en conflit avec l’aboutissement de l’historisme absolu hégélien et avec sa reformulation par Croce. C’est de cette façon, selon moi, que doivent être lues et interprétées les deux études qui, d’un point de vue philosophique du moins, constituent la clef de voûte de l’interprétation vichienne de Piovani dans le sens de l’historisme critico-problématique : Vico e la filosofia senza natura [Vico et la philosophie sans nature] et Vico senza Hegel [Vico sans Hegel]22. Vico devient témoin indubitable d’une philosophie qui a en son centre la genèse et la construction du monde humain, au sein d’une myriade de penseurs (de Augustin à Montaigne et Pascal) qui, de façon programmatique, sont attentifs à l’expérience de l’humain dans une perspective qu’il n’est pas possible de classer de façon simpliste comme anti-naturaliste (voire même anti-scientifique ainsi que certains l’ont compris de façon tout aussi simpliste), mais orientée consciemment vers la recherche d’une « solution, qui ne se veut plus, en aucun cas, ni physique ni méta-physique parce qu’elle est devenue a-physique »23.

27La perspective dans laquelle était placée la réflexion théorique inaugurée par Vico contribue à faire de son historisme, non pas une reproposition coutumière des modules rhétoriques insistant sur l’opposition abstraite entre tradition humaniste-littéraire et révolution scientifique moderne, mais une innovation épistémologique consciente et radicale, qui est celle de la fondation moderne d’une science historique du monde civil.

28« Cette dimension philosophique de la factualité change le panorama même du ‘philosopher’ ; elle en change les méthodes et les intentions, elle répudie l’unité de toute métaphysique unifiante naturelle ou supranaturelle, elle refuse le savoir comme déduction, elle nie le connaître comme description de l’univers chaotique, elle accepte que, pour l’homme, le vrai soit à rechercher dans la vérifiabilité des faits […]. Une fois la physique et la métaphysique abandonnées, la critique philologique devient μεθοδος de la philosophie. C’est ainsi que fut trouvée la voie désignée par Vico comme pédagogiquement opportune dans le De nostri temporis studiorum ratione : la voie qui mène à l’étude du monde moral ; mais c’est uniquement dans la recherche spécifique de la science nouvelle que cette indication sort du vague et désigne un choix méthodologique entre monde moral et monde naturel »24. La rigoureuse conclusion de ce choix herméneutique ne peut être que la construction d’une nouvelle science qui sait être à la fois historique et philosophique, puisqu’elle pose comme objet privilégié de ses procédures cognitives et de ses analyses philologiques et herméneutiques, la nature historique et individualisante de l’homme. La philosophie sans nature de Vico n’est donc pas philosophie contre la nature et contre la science, mais simplement l’extraordinaire ouverture vers ce processus fondamental, la constitution de la philosophie de la culture et de la philosophie politico-civile, qui se situent toutes deux au cœur de la contemporanéité25.

29C’est pourquoi Piovani, même s’il n’exclue pas la possibilité des correspondances entre Vico et Hegel (qui, comme il le montre lui-même, sont innombrables, depuis le grandiose effort de « reconquérir l’ensemble de la pensée en immergeant la philosophie dans le sens ‘compact’ de la vie religieuse et de la vie de l’Etat » ainsi que de sa « volonté de construire une ‘phénoménologie de l’esprit’ à travers le contact avec les déterminations, à travers une conscience nouvelle particulière de l’éthicité et de la culture »26), finit par considérer antithétiques la perspective hégélienne de la « philosophisation de l’histoire » par rapport à celle de Vico de l’« l’historicisation de la philosophie ». La philosophie de Hegel est considérée par Piovani comme une véritable « sotériologie du déterminé », mais le salut de l’entité individuelle se réalise seulement dans la logicisation, c’est-à-dire dans les processus de désancrage de tout hasard et de toute particularité. Nous sommes donc en face d’un processus accompli et irréversible d’« idéalisation de l’histoire […]. Chez Hegel, ce n’est pas le logos qui est historicisé, mais l’histoire qui est logicisée »27.

30Si, par contre, on examine un des thèmes fondamentaux de la philosophie vichienne, l’ingenium, on verra, selon Piovani, qu’il se suffit à lui-même pour déterminer la distance effective entre les deux perspectives, entre une philosophie du crépuscule et une philosophie de l’aube, entre l’oiseau de Minerve et l’aigle du matin28. Dans la dialectique de Hegel « le moment essentiel est celui du perficere, qui convient à la ratio ; le moment vichien par excellence est au contraire l’ingenium, étant donné que c’est l’inventio qui lui convient. En effet, l’ingenium est intimement lié à cette phantasia qui, étant propre à la jeunesse, est amie des origines dans l’adolescence du monde autrement dit dans la constitution de ce dernier. La véritable rationalité vichienne de l’histoire est imagination, non raison »29.

31Nous sommes ici, selon moi, au cœur de l’interprétation historiciste de Piovani dans sa déclinaison critique et non absolue. La découverte de la dimension historique de l’homme ne se limite pas à une simple reconnaissance tautologique de l’historicité de chaque action humaine, et elle ne se contente pas non plus de l’approche historico-philologique de l’étude du monde civil et culturel. Il s’agit plutôt de la fondation philosophique consciente d’une science et d’une connaissance historiques adaptées à la compréhension du multiple dans sa détermination (historique, éthique et psychologique) concrète et variée. Certes, Piovani sait parfaitement que Vico reste lié à son temps et aux déterminations philosophiques et culturelles concrètes d’une époque qui n’a pas encore connu la révolution gnoséologique et éthique kantienne, qui n’a pas encore dépassé les limites d’un finalisme providentialiste manifeste, qui ne pouvait pas encore connaître les développements d’une philosophie de l’historicité radicalement nouvelle comme celle inaugurée par Humboldt et poursuivie par Dilthey et Heidegger. « Il est juste, cependant, de noter combien, dans ses enseignements fondamentaux, Vico est cohérent avec une telle formulation. Il avance dans la même direction, et réussit même à en anticiper les progrès futurs essentiels. On peut légitimement constater que cette formulation part dans une direction critique et problématique qui, par de nombreux aspects, est opposée à celle d’Hegel et de l’hégélianisme, qui demeure néo-métaphysique et absolue »30.

Vico et le néo-historisme contemporain

32Il me semble, donc, qu’à partir de la ligne individualisée et tracée par les interprétations de Piovani et de Tessitore, (mais également avec l’ambition d’en développer certains points et d’en accentuer certaines conclusions) il est possible de formuler une hypothèse en confrontant et en dégageant une problématique à partir de certains points de repères de la réflexion vichienne et des nombreux débats de la philosophie contemporaine, en particulier ceux ayant trait aux problèmes de l’éthique de l’individualité, aux nouveaux profils historiques, psychologiques et anthropologiques des identités personnelles et collectives. Dans le domaine de la critique concernant Vico, la clef de lecture selon laquelle l’esprit et l’imagination ne constituent pas seulement des moments spécifiques et des phases déterminées de la vie humaine mais représentent, pour ainsi dire, les actes primordiaux mêmes du monde historique, n’a cessé de se consolider dans les dernières décennies. Et ce n’est certes pas le fruit du hasard ou le besoin d’imposer de nouveaux modes d’interprétation.

33Cet aspect de la question, présent dans les analyses de Piovani, comme nous avons pu le voir, constituait une certitude mais sur ce point, en particulier après les résultats des recherches les plus récentes sur la fantaisie, sur les univers fantastiques et sur l’imagination, les interprétations ont continué à progresser et se sont enrichies31. Le concept même d’historicité connaît, à la lumière de ces nouvelles approches interprétatives, une articulation plus complexe. Pour son analyse et sa propre reconstruction, la simple reconnaissance du principe selon lequel l’expérience de l’historicité serait contenue dans l’affirmation de la dimension historique de la réalité humaine – que l’on ne peut exclure – apparaît désormais insatisfaisante. Il est vrai que la question du « commencement » est intimement liée à celle de l’origine de l’histoire et, donc, à la centralité que Vico attribue à la socialité comme fondement des institutions politiques et des processus culturels de l’humanité, au point de faire de cette dernière l’objet spécial de la nouvelle science. Et pourtant, le philosophe napolitain n’achève pas l’intentionnalité qui soutient son œuvre sous son seul aspect, pour ainsi dire, méthodologique et historico-reconstructif, puisque l’individualisation décisive de la méthode d’étude à appliquer aux contenus de l’historicité n’enlève aucun espace à la recherche des principes et des éléments normatifs de caractère philosophico-conceptuel qui sont à l’origine du processus d’humanisation graduelle et d’anthropologisation du monde et de la nature. Parmi ceux-ci, la mémoire, l’imagination et l’ingenium, catégories à la fois cognitives et productives, occupent une place importante. Ainsi, il est possible de tirer une première conclusion provisoire sur l’importance philosophique que revêt la relation entre narration fantastique et narration historique dans l’ensemble de l’œuvre de Vico. On peut en effet observer comment cette dernière constitue le point de départ véritable et crucial d’une interprétation plausible de l’histoire – qui trouve chez Vico le point de départ significatif et que l’on retrouve, même sous de nouvelles formes, même dans le débat contemporain  – donnant à la catégorie de narration une nouvelle possibilité de repenser, au-delà des distinctions et des séparations entre histoire philosophique et histoire philologique, un concept d’historicité adapté à la complexité du monde contemporain. La crise désormais irréversible des soi-disant modèles forts de la philosophie de l’histoire (aussi bien dans sa version holistique et structu-

34raliste que dans sa version explicative et analytique) a imposé et impose la plausibilité d’une vision critique et problématique de l’histoire axée sur une dialectique ouverte entre une ontologie de l’événement incontournable et le rôle productif et créatif de l’individualité. Il ne fait aucun doute qu’à partir de cette considération justement il soit possible de reconnaître le sens et les limites de la reproposition des modèles d’interprétation élaborée par le « nouvel » historisme critique.

35Dans ce cadre de réflexion, il est possible d’affirmer – sans que cela ne constitue pour autant une actualisation forcée et infondée – combien l’hypothèse historico-narrative de Vico, destinée essentiellement à libérer l’histoire (l’expérience historique de l’homme) aussi bien de la causalité donnée par l’événement et par ses effets que des schémas aprioristes de la pensée, a encore un rôle significatif. L’élément créativo-fantastique et l’historicité du monde pris à partir des histoires infinies des « Soi » individuels infinis constituent le véritable point de médiation entre l’ontologie de la pensée et la vie historique, entre les structures de l’esprit et les réalités déterminées contenues dans les biographies des individus et des peuples.Il faut se rappeler ce que Vico écrit dans la Degnità LIII : « Questa Degnità è’l principio delle sentenze poetiche, che sono formate con sensi di passioni e d’affetti, a differenza delle sentenze filosofiche, che si formano dalla riflessione con raziocinî : onde queste più s’appressano al vero quanto più s’innalzano agli universali, e quelle sono più certe quanto più s’appropriano a’particolari »32. (« Cette dignité est le principe des sentences poétiques qui sont formées avec des sentiments de passion et d’émotion, à la différence des sentences philosophiques qui se forment par la réflexion avec des raisonnements. De là vient que ces dernières s’approchent d’autant plus du vrai qu’elles s’élèvent davantage par les universaux, et que les premières sont d’autant plus certaines qu’elles s’adaptent davantage au particulier. »).

36C’est donc dans le cadre d’une philosophie radicalement « humanologue » – avec Vico enclin à contester de façon programmatique la suffisance de l’abstraction conceptuelle de la philosophie et, en même temps la « boria » du donné effectif et préconstitué de l’histoire des nations – que l’on peut replacer la genèse d’une conception de l’historisme qui va bien au-delà même des dimensions méthodologiques et gnoséologiques de la science historique. Ce qui fermente dans la réflexion de Vico, c’est tout un complexe de thèmes qui convergent vers les fondements d’une conception non absolue et non linéaire de l’historicité, au centre de laquelle se trouve le sens et l’expérience de l’individualité singulière (même quand celle-ci se place dans un processus de genèse et constitution des institutions sociales et politiques que l’on ne peut jamais occulter).

37On peut alors interpréter sous cet angle – selon moi – cette phrase paradoxale par laquelle, et ce n’est certainement pas un hasard, Vico commence avec elle  la série des Degnità : « L’uomo, per l’indiffinita natura della mente umana, ove questa si rovesci nell’ignoranza, egli fa sè regola dell’universo ».

38(« Par l’effet de la nature indéfinie de l’esprit humain, quand celui-ci tombe dans l’ignorance, l’homme fait de lui-même la mesure de toute chose »)33. Il n’y a pas là seulement un éloge évident de l’indéfini et du relatif, mais aussi un éloge de la capacité créative et productive de l’esprit, attesté justement par l’extraordinaire pouvoir de l’imagination des individus de faire et de transformer les choses. Les exemples narratifs, explique Vico, ne servent pas seulement à l’historiographie et à la philologie, ils ne servent pas seulement à éclairer l’humanité primitive enveloppée dans l’obscurité, mais ils finissent par confirmer une thèse d’une valeur philosophique indiscutable qui déplace, nous oserons dire avant même Kant, le centre du monde de la chose à l’objet, de l’ontique de l’être à l’historicité de l’individu qui connaît et agit.

39Mais si l’homme a fait de lui-même un « monde entier », cela a pu se produire seulement quand il a utilisé et continue d’utiliser ses facultés liées à l’imagination et à la fantaisie : « Perchè come la metafisica ragionata insegna che “homo intelligendo fit omnia”, così questa metafisica fantasticata dimostra che “homo non intelligendo fit omnia” ; e forse con più di verità detto questo che quello, perchè l’uomo con l’intendere spiega la sua mente e comprende esse cose, ma col non intendere egli di sé fa esse cose e, col trasformandovisi, lo diventa ». De sorte que si la métaphysique rationnelle enseigne que homo intelligendo fit omnia, cette métaphysique imaginative  montre que homo non intelligendo fit omnia, et peut-être y a-t-il davantage de vérité dans la seconde affirmation que dans la première, car l’homme, lorsqu’il comprend, déploie son esprit et se saisit des choses, mais lorsqu’il ne comprend pas, il fait les choses à partie de lui-même, et en se transformant en elles, il devient ces choses mêmes »34.

40Pour toutes ces raisons, il me semble qu’il est possible d’individualiser plus d’un point commun entre la version critico-problématique de l’historisme italien ( engagé dans la critique acharnée de toute philosophie finaliste et dans la fondation d’un sens de l’histoire reposant sur les spécificités des savoirs particuliers) et la version narrativiste de l’historisme, dans lequel la relation originelle, aristotélicienne et vichienne entre poésie et histoire, tend à affaiblir toute téléologie historique et à faire des récits historiques – il suffit de faire référence aux positions de Hayden White3835 – non plus des représentations à partir d’unités de sens construites en dehors de l’histoire et en dehors de l’historiographie (une véritable application du facere vichien, puisque le travail des historiens finit par être construction et création d’histoire), mais de véritables styles narratifs qui imposent un pluralisme de perspective réel dans le rapport d’échange continu entre l’historien et son public.

41Dans ce cadre, les unités de sens reprennent force et signification, au sens vichien du terme. Celles-ci ne sont pourvues pas de présupposés métaphysiques ou essentialistes, mais de figures rhétorico-poétiques, capables d’exposer et de raconter les événements et de les insérer dans une perspective herméneutique comme orientation comprenant ce qui autrement resterait dans son état fragmentaire absolu.

42La prise de distance consciente que toute la ligne de l’historisme critico-problématique (de Humboldt à Dilthey, jusqu’à Piovani) a toujours fait naître à l’égard de tout réductionnisme, tout d’abord positiviste et ensuite structuraliste, de la connaissance et de la science historique, a certainement des affinités significatives – ce qui ne signifie pas assimilation de l’une par l’autre – avec la ligne développée par les théoriciens du narrativisme (de White à Ricoeur, sans oublier d’ajouter à ces derniers l’étude de Croce de 1893 sur la Storia ridotta sotto un concetto generale dell’arte). Ceux-ci ont soustrait la donnée historique aussi bien à la linéarité d’un processus prédéterminé dans les schémas du penser ou dans les méta-récits métaphysiques et idéologiques, qu’à l’objectivité prétendue de l’événement qui achève sa vie dans ce qui s’est passé. Dans ce sens, on peut dire que dans les deux cas, l’histoire devient consciemment historiographie, non pas dans le sens de l’invention du fait qui reste tel quel dans son éventualité spécifique, mais dans celui de la construction et de la reconstruction du récit de l’historien. Bref, la forme narrative de l’histoire – comme l’enseignait déjà Vico – est le parcours privilégié à travers lequel on peut voir et expérimenter pleinement le sens philosophique du faire, et de son évolution. D’élément fondateur de la constitution historico-anthropologique de l’humanité, il est devenu instrument de compréhension du sens et de la signification de l’historicité.

43Au terme de cette exposition, je conclurai que l’extraordinaire vitalité des concepts vichiens faits d’universels fantastiques et de savoirs poétiques, va bien au-delà des problèmes liés au rôle de l’imagination et du mythe dans la reconstruction historique des origines. Elle se reconstitue, plutôt, comme une des modalités (et donc pas la seule) possibles de compréhension de l’expérience éthique, psychologique et cognitive de l’homme contemporain, toujours davantage aux prises avec les effets de désorientation et de crise d’une époque, depuis longtemps désormais, rendue orpheline des assurances de la rationalité moderne.

Haut de page

Notes

1 Le modèle classique de référence est évidemment celui de Meinecke dans Die Entstehung des Historismus. Sur ce thème les indications qui restent selon moi fondamentales sont contenues dans les nombreux essais sur Vico de P. Piovani, regroupés aujourd’hui dans le volume posthume intitulé La filosofia nuova di Vico [La philosophie nouvelle de Vico], Naples, 1990 et dans ceux de F. Tessitore, parmi lesquels nous signalons surtout Vico tra due storicismi [Vico entre deux historicismes], in Dimensioni dello storicismo [Dimensions de l’Historicisme], Naples, 1971, pp. 11-31.
2 L’expression est encore de Piovani.
3 Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple – qui, entre autre, constitue un témoignage supplémentaire de la permanence de la leçon de Vico – pour Cuoco l’étude des langues ne peut être limité aux seules recherches grammaticales et étymologiques. Elles sont avant tout des « documents historiques », et en tant que telles, elles servent « à la philosophie et à l’histoire du genre humain ». V. Cuoco, Giambattista Vico e lo studio delle lingue come documento storico [Giambattista Vico et l’étude des langues comme document historique] (1804), in ID., Scritti vari, sous la dir. de N.Cortese et F.Nicolini, Bari, 1924, vol. I, p.78.
4 Ibid., p. 80.
5 Ibid., pp. 128-129.
6 Il s’agit des pages que Cuoco a consacrées à Francesco Mario Pagano en 1801, cf. Cuoco, ibidem, pp.272 et suivantes.
7 Ibid., p. 320.
8 Cf. F. Tessitore, Vico tra due storicismi, in ID., Dimensioni dello storicismo, Napoli, 1971, p. 27.
9 Cf. B. Croce, La filosofia di Giambattista Vico (1911) édition nationale des œuvres, Napoli, 1997, p.117. J’ai reporté en italique les paroles indiquées par Croce en caractères espacés.
10 Ibid.
11 Ibid., pp. 112-113.
12 Ibid., p. 226.
13 Ibid., p.137.
14 Ibid., pp. 223 sq.
15 Ibid., p. 226.
16 Ibid., p. 229.
17 Ibid.
18 F. Tessitore, op.cit., p.29.
19 Ibid., p.30.
20 Il est possible de consulter, G. Cacciatore, Storicismo problematico e metodo critico [Historicisme problématique et méthode critique], Napoli, 1993 ; G. Cacciatore, Materiali su “Vico in Germania” (en collaboration avec G. Cantillo), “Bollettino del Centro di studi vichiani”, XI, 1981, pp.13-32. Je renvoie également à Simbolo e storia tra Vico e Cassirer en J. Trabant, Vico und die Zeichen, Tübingen, 1995, pp. 257-269. Pour finir, il est possible de consulter G. Cacciatore, Metaphysik, Poesie und Geschichte. Über die Philosophie von Giambattista Vico, Berlin, 2002.
21 Ce sont les points que dans une synthèse efficace, Piovani dégage dans son essai Il Centro di Studi Vichiani, dans « Bollettino del Centro di Studi Vichiani », Nº1, 1971, pp.7 et suiv.
22 Ces deux ouvrages peuvent être consultés dans P. Piovani, La filosofia nuova di Vico [La philosophie nouvelle de Vico] sous la direction de F. Tessitore, Napoli, 1990, respectivement pp.55-89 et pp.173-208.
23 Voir P. Piovani, La filosofia nuova di Vico [La philosophie nouvelle de Vico], op.cit. p. 68
24 Ibid., pp. 73-75.
25 Voir P. Piovani, op. cit., pp.76-77 et p. 82.
26 Voir P. Piovani, op. cit., pp. 188-189.
27 Ibid., p. 193.
28 Ibid., p. 190.
29 Ibid., p. 199.
30 Ibid., p. 208.
31 Sur cette point cfr mon essai Simbolo e segno in Vico. La storia tra fantasia e ragione, in « Il Pensiero », XLI( (2002) 1, pp. 77-89.
32 Vico, La scienza nuova (1744), in ID., Opere, a cura di A.Battistini, Milano, 1990, vol.I,, p. 515.
33 Ibid., p. 494.
34 Ibid., p. 589.
35 Voir H. White, Retorica e storia, Napoli, 1973 mais également l’ouvrage intitulé « Historicsm, History, and the imagination » dans ID., Tropics of Discourse. Essays in Cultural Criticism, Baltimore, 1978.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppe Cacciatore, « Interprétations historicistes de la “scienza nuova” », Noesis [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 30 mars 2006, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://noesis.revues.org/143

Haut de page

Auteur

Giuseppe Cacciatore

Professeur à l’Université Frédéric II de Naples. Centre d’études vichiennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org