Navigation – Plan du site

La métaphysique comme question de méthode

Manuela Sanna

Notes de la rédaction

Traduction revue par André Tosel

Texte intégral

1La question née de cette courte réflexion porte sur la possibilité de retrouver dans la production philosophique de Vico, et notamment dans la Scienza nuova, la proposition d’une méthode « métaphysique » inscrite dans sa propre démarche. Cette question exprime ainsi la particularité de la position de Vico par rapport aux modèles auxquels il faisait référence.

2Le discours peut se développer sur deux niveaux parallèles : d’un côté la vision, que Vico élabore, d’une méthode scientifique de développement de la matière propre à la « scienza nuova », qui certes comprend la métaphysique comme procédé méthodologique ; de l’autre la considération que Vico réserve à la métaphysique comme histoire de la pensée philosophique. Double niveau qui décrit comment la formulation d’une « storia delle umane idee » relève de l’opération que firent les premiers hommes lorsqu’ils commencèrent à « umanamente pensare »1, ce qui est tout à fait distinct mais complémentaire du fait de « pensare sopra l’umane idee ». Dans ce contexte, la métaphysique est la science des principes en tant qu’elle représente un parcours fortement connoté du point de vue méthodologique et qui se configure ex hypothesi comme la scène possible d’un homme philosophe, c’est-à-dire d’un homme qui produit l’histoire des idées. Il est possible de schématiser l’ordre méthodologique dont Vico se fait défenseur en quelques points essentiels :

31. C’est un mos geometricus particulier, qui produit l’étonnement, c’est-à-dire produit une passion.

42. C’est un procédé très général.

53. Il se base sur une forte opposition à la méthode physique.

64. Il introduit l’intelligence comme élément qui donne mobilité à la démarche métaphysique.

75. Il introduit à part entière les catégories de « corps » et de « temps ».

8Tandis que la métaphysique poétique se réunit autour de Jupiter, la métaphysique des philosophes relève du véritable être, de Dieu, parce que – à la différence de la première – c’est une méthode capable d’élaborer le concept abstrait. Tandis que la métaphysique poétique démontre que « homo non intelligendo fit omnia », la métaphysique raisonnée apprend que « homo intelligendo fit omnia2 ».  La représentation d’une métaphysique qui procède intelligendo et d’une autre qui, au contraire, procède non intelligendo décrit avec efficacité la différence de perspective entre le fait de voir l’objet et le fait de se transformer en objet de connaissance, et permet d’analyser la différente façon d’approcher le problème du statut de la sensibilité entre la Scolastique et Descartes : la couleur, tout comme l’odeur et les autres problèmes que Vico propose dans le De Antiquissima. appartiennent-ils au sujet ou bien à l’objet ? L’erreur sur ce point est une erreur métaphysique parce que nous confondons la manière de concevoir les choses avec les qualités mêmes de la chose, et nous les attribuons à la res extensa3. Tout le paragraphe III du De Antiquissima, dédié au concept cartésien de « primo vero », représente une réflexion composite sur la différence entre les objets thématiques proposés par la théorie de Vico et la position des dogmatiques et des sceptiques. C’est ici, et précisément dans ce chapitre du livre I consacré au « primo vero » médité par Descartes, que Vico, à l’intérieur d’une discussion sur le concept de vérité, entre dans le vif de la question de la nécessité d’élaborer une méthode apte à distinguer entre le doute et le faux. Ce que Vico doit démontrer est qu’il est impossible que le faux retombe dans le territoire du doute et qu’un substrat de vérité dont on ne peut pas douter persiste constamment.

9La fonction propédeutique, désormais universellement reconnue, du Liber metaphysicus par rapport aux rédactions de la Scienza nuova (que l’on pense aux nombreux travaux de S. Otto mais aussi aux plus récentes et pénétrantes contributions sur ce sujet4) marque sans aucun doute le passage d’une pensée métaphysique à une nouvelle « critique métaphysique » qui remplace le moderne ars inveniendi. Ce qui se vérifie dans ce passage est l’attribution à la métaphysique en tant que methodus d’un caractère évolutif, d’un changement à l’intérieur même du concept d’« essence » tout en conservant des lois éternelles et immuables5. La caractéristique mobile de l’idée de métaphysique, résumée dans l’oxymoron d’« histoire idéale éternelle », n’est pas opposée à la catégorie d’histoire ou, comme le prévoit la reconstruction de Croce, confinée à la phase moins mûre de la pensée vichienne, mais en formule plutôt son achèvement. La nature métaphysique de la « scienza nuova » est exactement sa nature scientifique. Même si la cause première n’est plus l’objet de recherche, là où elle est donnée pour aquise et l’on analyse plutôt les causes secondes des choses6.

10Il ne s’agit plus de démontrer le transcendant ni de montrer la coïncidence entre être suprême et primo vero, mais d’élaborer une méthode historico-philo-sophique qui soit une réponse efficace aux multiples stratagèmes métho-dologiques utilisés par les philosophes. L’histoire des idées humaines n’est, pour Vico, qu’une histoire des philosophes, d’Epicure et de son explication de la réalité telle qu’elle est perçue par les sens, d’Esope et de Socrate et de l’utilisation de l’induction, d’Aristote et de son syllogisme, de Zénon et du sorite, de la proposition expérimentale de Bacon. Histoire de perspectives méthodologiques et d’instruments qui leurs soient adaptés. La nouvelle « critique métaphysique » de Vico se greffe ici, et c’est une proposition exclusive de la Scienza nuova, un tournant progressif de l’initial ars inveniendi qui rapproche Vico de la réflexion d’une bonne part du galiléisme européen.

11Après le De ratione et le De antiquissima, le problème de la méthode cartésienne paraît désormais mis de côté ; la question de l’instauration d’une ratio, d’un methodus scientifique ne se manifeste plus ouvertement comme problème théorique, ni comme réponse au cartésianisme. Même le nom de Descartes disparaît dans les œuvres successives à celles de ces années. En effet en 1725 et en 1730 la question n’apparaît plus en tant que sujet spécifique, mais elle émerge dans la Riprensione delle metafisiche di Renato Delle Carte, di Benedetto Spinosa e di Giovanni Locke – chapitre imprimé en 1730, modifié en 1731 et supprimé en 1744, sur lequel je me suis récemment arrêtée7 – fortement liée à la méthode hypothétique de la pensée et à la pluralité des méthodes de la pensée.

12L’architecture méthodologique – comme il a été souvent mis en évidence par la critique – de la Scienza nuova est soulignée par la structure que l’œuvre propose, de type encyclopédico-baroque seulement en apparence, mais pour cette raison considérée comme organique par les contemporains de Vico, qui partageaient la même culture de base8.

13Vico lui-même définit la méthode de sa Scienza nuova et la décrit comme une œuvre qui « ragiona con uno stretto metodo geometrico » ; ces mots sont utilisés dans l’Idea dell’Opera présente dans l’édition de 1730 mais ils ne sont pas repris en 1744. Les différences entre l’édition de 1730 et celle de 1744 sur ce sujet de la métaphysique comme méthode ne sont pas des détails philologiques, mais expriment vraiment un progrès de la réflexion de Vico très vivant et incisif. Donc Vico prévient le lecteur qui s’approche de cette aventure en lui rappelant que cette science « raisonne avec une stricte méthode géométrique, par laquelle on passe d’un vrai à un vrai immédiat ; et ainsi produit-elle ses conclusions. Il en suit qu’il est nécessaire d’avoir produit l’habitude du raisonnement géométrique ; et donc de ne pas ouvrir au hasard cette sorte de livres pour les lire, de ne pas avancer par sauts, mais d’en continuer l’exposition du début à la fin ; et l’on doit s’attendre, si les prémisses sont vraies et bien enchaînées, à ne pas s’émerveiller de ce que toutes les conclusions s’ensuivent  aussi comme merveilleuses : ce qui advient souvent en cette géométrie comme il en va par exemple pour deux droites qui se rapprochent l’une de l’autre infiniment, mais ne se touchent jamais ; et il en va ainsi parce que la conséquence est perturbée par l’imagination ; mais les prémisses elles ont été atteintes par la pure raison abstraite9 (« ragiona con uno stretto metodo geometrico, con cui da vero passa ad immediato vero; e così vi fa le sue conchiusioni. Laonde ti è bisogno di aver fatto l’abito del ragionar geometricamente; e perciò non aprire a sorte questi libri, per leggerli, né per salti, ma continovarne la lezione da capo a’ piedi : e dei attendere, se le premesse sieno vere, e ben’ordinate, e non meravigliarti, se quasi tutte le conchiusioni n’escano maravigliose : lo che sovente avviene in essa Geometria, come quella per esempio delle due linee, che tra loro in infinito sempre s’accostano, e non mai si toccano; perché la conseguenza è turbata dalla fantasia; ma le premesse s’attennero alla pura ragion astratta »).

14Dans ce qui apparaît comme un avertissement au lecteur, Vico prévient donc que sa science procède more geometrico, méthode grâce à laquelle on passe d’une vérité à l’autre, pour arriver ainsi à des conclusions elles aussi vraies. Dans ce concept de science, ce qui intéresse Vico est l’élément commun, la « natura comune », l’élément général qui permet l’existence d’une science, qui nécessite un « abito del ragionar geometricamente ».

15En outre, on peut lire aussi derrière cet extrait un précédent « adagio » de la première Orazione inaugurale, dans lequel Vico synthétise ainsi l’extrait : « La natura ci ha creati per la verità, l’ingegno ci guida, la meraviglia ci fa fermare »10 : veritas, ingenium, admiratio sont les caractéristiques propres de la nature humaine. L’extrait synthétise également la manière dont le célèbre topos de l’Emerveillement fonctionne en tant qu’ouverture à la science et en tant qu’effet final, mais aussi la manière dont il peut se produire même dans un domaine comme la géométrie, d’où il devrait être totalement banni.

16« E non meravigliarti », dit Vico, « se le conchiusioni escono maravigliose » (« il ne faut pas s’étonner si les conclusions s’ensuivent comme merveilleuses ») : quel meilleur jeu sur le double sens de l’admiration cartésienne : étonnement comme stupeur – dans la foulée de Longin – et étonnement aristotélicien qui engendre la philosophie ; tout comme pour Vico il engendre la science, soit la découverte des causes. L’étonnement produit la même sensation d’égarement que la géométrie, dont les prémisses naissent d’une raison abstraite, mais dont les conséquences sont bouleversées par l’exercice de la fantaisie.

17Et ce processus génériquement géométrique, qu’il faut entendre comme une concatenatio caussarum, est un processus qui doit être assimilé par ceux qui prennent part à la description de cette nouvelle « science critique ». Le processus abstractif est nécessaire pour faire démarrer l’opération, tandis que dans la conclusion entre en jeu l’action de la fantaisie. Parce qu’il s’agit évidemment de la seule façon de garantir une prémisse « vraie » qui empêche à la fantaisie d’aboutir au faux.

18Certes Vico rappelle que même la méthode géométrique est utile à la formation des fictions poétiques, parce que ces dernières naissent de l’habileté de lier certaines images à d’autres, de sorte que les deuxièmes paraissent dériver des premières, les troisièmes des deuxièmes, et ainsi de suite. A condition que les prémisses soient vraies, évidemment : citant Aristote de façon erronée, Vico les définit « paralogismi di conseguenza » (paralogisme de conséquence), qui peuvent fonctionner sur des affirmations comme « Dedalo vola se è alato » (« Dédale vole s’il est ailé »)11. C’est pour cette raison que l’on peut dire que les géomètres connaissent bien les vérités philosophiques et que la méthode géométrique est sous-jacente à la méthode philosophique. Ne pas utiliser une méthode géométrique serait pour Vico comme utiliser des principes fondés exclusivement sur la sensibilité, tandis que cette configuration particulière du mos geometricus lui permet d’utiliser dans un même processus l’abstraction et le sens, l’intellect et l’intelligence. L’emploi de la métaphysique platonicienne « stabilisce, in metafisica, le sostanze astratte aver più di realità che le corpolente » (« établit en métaphysique que les substances les plus abstraites ont plus de réalité que les corporelles »)12, mais il établit aussi, dans la relecture de Vico, un principe de non subordination entre l’imagination sensible et l’entendement dans l’histoire des idées humaines. L’objet du savoir des premiers hommes est le sens, ainsi que l’objet de l’humanité expliquée est l’intellect, et en tant que tels les deux objets s’équivalent13

19Nous avons parlé au début de la fonction propédeutique du De Antiquissima dans la fondation d’une méthodologie métaphysique, très bien résumée dans un extrait de l’œuvre de Vico : « La géométrie a emprunté à la métaphysique la propriété de l’étendue, et celle-ci, en tant que vertu de ce qui est étendu, précède l’étendue elle-même, et est par conséquent inétendue. De la même manière, l’arithmétique emprunte à la métaphysique la propriété du nombre, c’est-à-dire l’unité qui en tant que propriété du nombre n’est pas un nombre; et cependant l’unité, qui n’est pas nombre, engendre le nombre. Il en va de même pour le point, qui n’est pas de l’étendue, et qui produit l’étendue. » (« La geometria ha desunto dalla metafisica la virtù dell’estensione, e questa, in quanto virtù dell’esteso, viene prima dell’estensione, ed è perciò inestesa. Allo stesso modo l’aritmetica desume dalla metafisica la virtù del numero, ossia l’unità che, in quanto virtù del numero, non è un numero; e ciononostante l’unità, che non è un numero, genera il numero. Così il punto, che non è estensione, produce estensione. »)14

20Cela équivaut à dire qu’il faut trouver justement dans la métaphysique la vertu des choses physiques, sinon il serait impossible de justifier la perfection divine. Pratiquement la même démarche est utilisée par toute la modernité pour sonder le rapport fini/infini et le rapport des idées entre elles. Pour mener correctement à terme cette opération une démarche devient nécessaire qui distingue l’intelligere du cogitare : c’est pour cette raison, et ce n’est pas un hasard, que l’œuvre de Vico la plus proche de Leibniz est le De Antiquissima. C’est la métaphysique qui s’occupe de l’infini, tandis que la physique se concentre sur le fini. Et pour Vico il est très avantageux de distinguer sans équivoque le plan physique du plan métaphysique, et tout autant le niveau du facere humain de celui du facere divin, pour faire passer le refus d’une perspective métaphysique de type aristotélicien. La différenciation entre le niveau de l’action humaine et celui de la création divine ne constitue pas, à notre avis, le trait le plus original et caractéristique de la science nouvelle de Vico. Il suffit de penser à la tradition de Nicolas de Cues,  qui propose une distinction entre esprit divin, qui produit les choses, et esprit humain, qui donne lieu aux notions des choses. Dieu crée les idées, l’homme conçoit les notions ; la grande différence que Nicolas de Cues retrouve entre esprit divin et esprit humain s’explicite dans la distinction entre « faire » et « voir », entre une force qui produit des étants et une force assimilative. A travers Vico, une forte tradition humaniste de la Renaissance s’exprime aussi sur ces sujets. Et ce domaine, plus que tout autre, rapproche Vico de toute la réflexion moderne, avec une concession particulière faite à Leibniz et à la structure de la connaissance qu’il avait élaborée. La nouveauté de l’« art critique » de la Scienza nuova est de s’être appuyé sur cette distinction de niveaux pour élaborer une théorie de la connaissance fondée sur un équilibre entre les nombreuses facultés qui dirigent les actes cognitifs. La distinction entre physique et métaphysique naît de la constatation qu’entre sensibilité et réalité des corps il y a une limite profonde et que pour connaître la vérité il faut suivre un chemin différent de celui des sens : ce qui signifie prendre position à côté de la pensée rationaliste.

21L’intelligence humaine « est finie et  formée, et elle n’est pas en mesure de comprendre des choses indéfinies et informes, mais elle est apte à les penser [...] Mais cet acte du penser équivaut à reconnaître que nos pensées sont informées et privées de frontières. Et précisément cette capacité de connaître distinctement plus d’une propriété est un défaut de l’esprit humain : en fait cela revient à connaître les frontières des choses. » (« è finita, e formata e non è in grado di comprendere cose indefinite e informi, ma di pensarle sì […]. Ma questo stesso pensare equivale a riconoscere che i nostri pensieri sono informi e privi di confini. E proprio per questo conoscere distintamente più che una virtù è un difetto della mente umana : difatti significa conoscere i confini delle cose »15. La connaissance indéfinie est celle qui convient mieux à l’être en tant qu’homme, qui éprouve la douleur mais qui ne reconnaît ni la forme de la douleur, ni les frontières du malaise de l’âme.

22Le débat de la critique concernant la « géométrie » à laquelle se réfère le modèle de Vico est controversé : l’analyse, même ancienne, de David Lachtermann16 reste un excellent exemple de lecture des textes de Vico, mais elle relègue le discours dans l’opposition entre géométrie synthétique (euclidienne) et analytique (cartésienne), tout en mettant en évidence opportunément comment Vico met en discussion les prétentions d’une absolue compétence du mos geometricus. Expression qui fait partie de ses références implicites – au moins apparemment – à Spinoza : l’architecture géométrique de la Scienza nuova, la structure articulée par « Degnità », etc.17

23Concept sur lequel il a été suggéré récemment des points de vue différents de la tradition : que l’on pense, par exemple, au travail d’O. Remaud paru en 2000 dans un volume des « Studi vichiani » qui rassemblait les contributions de la rencontre franco-italienne de 1994. Il soulignait comment le fait de se dépouiller de la corpulence équivalait à se dépouiller des éléments épicuriens et, en même temps, à se dépouiller des formes du particulier pour accéder ainsi au général; se mettre ainsi à la recherche de cette « natura comune » more geometrico. En effet, la pensée de Spinoza attaque surtout et essentiellement la pensée d’Epicure.

24Avant la rédaction de la Scienza nuova, Vico engage une polémique contre l’épicurisme et ses incarnations ; mais il ne faut pas oublier que le rappel au mos geometricus est en même temps un simple rappel à une méthode de lecture, du reste plutôt habituel dans la production philosophique de l’époque, qui invitait le lecteur à suivre un processus déductif et attentif à la concaténation des réflexions. Attention et ordre sont des prétentions canoniques formulées à l’intention du lecteur, lequel doit affronter le texte en respectant ses passages et la logique conséquente.

25Il est évident que Vico dialogue ici surtout avec Bacon dans une perspective qui vise à formuler une nouvelle méthode d’enquête, une nouvelle medicina mentis se servant du « lume della metafisica » pour ordonner la réalité qui dérive de l’approche de la topique. La géométrie synthétique réalise une véritable circularité entre cogitare et videre, ce lien dans lequel Vico saisit l’essence de la méthode expérimentale de Bacon ; lien qui est exprimé aussi bien par la considération de la médecine, qui établit une congruence entre les maux du corps et les maux de l’âme18. Vico exhorte à réfléchir sur le fait que « il pensiero non è la causa, ma un indizio del mio essere mente: il techmerion (indizio) non è causa,e uno scettico assennato negherà la certezza delle cause, non degli

26 Indizi »19 (« la pensée n’est pas la cause, mais un indice de mon être d’esprit : le techmerion (indice) n’est pas une cause et un sceptique avisé niera la certitude des causes non celle des indices »). Il faut remarquer que l’utilisation du terme techmerion, dans son acception classique, a la signification de « signe », « indice », en tant que « trace » du passage, mais aussi, dans le lexique médical, celle de « symptôme », selon l’usage du terme par Hippocrate et Galien. La pensée n’est que « symptôme » d’autre chose, de laquelle elle ne peut faire abstraction, parce qu’il est impossible de penser une medicina mentis détachée d’une medicina corporis. Comme Vico l’explique : la métaphysique « traite de la vérité indubitable parce qu’elle examine une question dont l’homme acquiert une certitude même s’il doute, même s’il erre et se trompe » (« tratta dell’indubitabile verità, perchè esamina una questione della quale l’uomo acquista certezza anche se dubita, anche se erra e sbaglia »)20. Le doute cartésien s’exprimait surtout à travers une réduction de la pensée du videri, et à travers le risque conséquent de superposition entre essence de la pensée et apparence, risque éventé seulement par la conscience.

27Des recherches ultérieures se révèlent nécessaires sur la nature spécifique de cette proposition métaphysique, qui est en même temps élément congénital de la croissance de l’homme, mais aussi instrument pour s’éclairer elle-même. Peut-être qu’il ne conviendra plus de rappeler la géométrie euclidienne et la référence indirecte à Spinoza, mais plutôt la géométrie des indivisibles, qui trouve beaucoup de place dans le De antiquissima.

28Dans la correspondance de Vico on retrouve une homologie assez intéressante à ce sujet : il s’agit des lettres que Vico avait échangées avec Muzio Gaeta, l’archevêque napolitain qui pendant ces années était en train de composer une Orazione in morte di Benedetto XII publiée ensuite à Naples en 1755. Vico avait été interpellé par le religieux pour exprimer un avis sur ce qu’il écrivait, et cela fut l’occasion pour dire quelques mots sur sa propre méthode de travail. Approuvant le cursus que le religieux utilise pour « raisonner sur les principes métaphysiques des choses naturelles” (« ragionare dei princìpi metafisici delle cose naturali »), Vico affirme qu’il « n’utilise pas la méthode mathématique qui, lorsqu’il ne s’agit ni de figures de lignes ni de nombres, n’implique pas de nécessité  et souvent au lieu de démontrer le vrai, peut donner une apparence de démonstration au faux, tout comme avec la même méthode géométrique Benoît Spinoza impose aux cerveaux faibles un métaphysique dénaturée qui conduit à l’athésime » (« non usa il metodo mattematico, il quale, non sono figure di linee, o numeri, non porta necessità, e spesso in vece di dimostrar il vero, può dar’apparenza di dimostrazione al falso, come con lo stesso metodo geometrico Benedetto Spinoza impone a cervelli deboli una Metafisica dimostrata, che porta all’ateismo »)21. Et il ne se fait même pas partisan d’une méthode utilisant des démonstrations géométriques ou arithmétiques, mais plutôt il utilise des principes métaphysiques pour expliquer « aussi bien les perfections des corps dont la première propriété est la grandeur, et la perfection des esprits dont la plus grande propriété est la vertu » (« così le perfezioni de’ corpi de quali prima proprietà è la grandezza, come quella degli animi, di cui la maggior propietà è la virtù »)22.

29Presque trente ans sont passés, mais les argumentations ainsi que le langage semblent être les mêmes qu’à l’époque où Vico, en remerciant Paolo Mattia Doria de lui avoir donné l’inspiration pour la composition du Lyber metaphysicus, rappelle et attribue à son ami la répartition des « actes » sur le plan physique et des « vertus » sur le plan métaphysique, considérée comme la seule véritable science puisque elle traite des vertus éternelles23.

30C’est Vico qui rappelle à Gaeta qu’il a été célébré comme celui qui est parvenu à un système achevé de métaphysique « autour duquel moi-même, depuis de nombreuses années, j’avais tendu par mes très faibles efforts ; et j’en ai tiré un livre qui était le premier d’une œuvre intitulée de Antiquissima Italorum Sapientia ex Linguae Latinae Originibus Eruenda » (« d’intorno al quale io molti anni fa , aveva intesi tutti i miei debolissimi sforzi, e ne diedi fuori un libro, ch’era il primo d’ un Opera con questo titolo, de Antiquissima Italorum Sapientia ex Linguae Latinae Originibus Eruenda »)24. L’idée exempte de doute, que « l’essenza sia metafisica e l’esistenza fisica cosa »25, que la véritable essence réside dans la substance, c’est-à-dire ce qui se trouve dessous, ce qui soutient la vertu, cette idée, donc, n’est plus proposée dans la Scienza nuova, même pas dans les parties supprimées. Exception faite pour la Riprensione, qui élimine le thème de la « vertu », mais qui analyse la pensée cartésienne à partir du concept de substance, qui est une idée composée de deux choses, l’une qui se trouve dessous et l’autre qui s’y appuie. Concept traditionnel d’une métaphysique traditionnelle, contre l’attaque lockienne engagée contre l’idée de substance, qui ne peut que représenter par hypothèse « il sostegno supposto ma sconosciuto di quelle qualità che  scopriano esistenti,che non possiamo immaginare sine re substante,senza qualcosa per sistenerle » (« le soutien supposé mais inconnu des qualités que nous découvrons  comme existantes, que nous ne pouvons pas imaginer sans une chose

31subsistante, sans quelque chose pour les soutenir »)26. Et le schéma de la présence « in intellectu » est l’objet d’ultérieures corrections de la part de Vico auteur des CMA4, qui discute encore une fois de l’incidence du « corps » et du « temps » comme de catégories qui délimitent la distance entre territoire physique – marqué par le caractère de la nécessité – et territoire métaphysique – fortement accroché au thème de la liberté.

32L’analyse vichienne des faux pas opérés par les systèmes méta-physiques de son temps exige de Vico une solution efficace, représentée par la reproposition immédiate du platonisme abandonné par Descartes, qui commence « à partir d’une idée très simple qui n’est mélangée à aucune composition, et qui est celle de l’Etant ; et Platon avec des paroles qui pèsent nomme la métaphysique Ontologie, “science de l’Etant”, tout comme en 1725 j’avais spécifié l’idée abstraite qui sert pour indiquer à l’homme la divinité est formulée par le mot το ον, ou en latin tardif ‘ens’ » (« da un’idea semplicissima, che non ha mescolata niuna composizione, qual è quella dell’Ente; onde Platone con peso di parole chiamò la metafisica Ontologia, “scienza dell’Ente”27, così come nel 1725 aveva specificato che l’idea astratta che serve all’uomo a indicare la divinità viene formulata con la voce το ον, ovvero il tardo latino ‘ens’ »)28.

33C’est là un parcours, qui passe d’une position, déjà très avancée par rapport à la contemporanéité : il entend en effet assurer la communication d’une tentative de façonner un ars inveniendi avec des instruments typiques de la pensée rationaliste, à une position, comme celle de la Scienza nuova, qui présente un travail long et articulé, riche en revirements et temps morts, avec plusieurs réintégrations de méditations précédentes, et qui aboutit à une nouvelle formulation. Une formulation qui théorise la manière dont métaphysique et critique métaphysique exigent l’application non seulement de la simple abstraction, mais de toutes les composantes fantastiques qui engendrent métaphores, tropes, mais surtout de la méthodologie « ingénieuse ». La définition que Vico donne de Tacite comme d’un homme doué d’une « mente metafisica incomparabile » représente le choix de s’appuyer sur une utilisation différente de la méthode métaphysique, applicable au domaine de l’histoire des civilisations29. Et Vico y parvient aussi à travers une enquête sur la pensée métaphysique de son époque, sur les reconstructions philosophiques, sur les différentes attitudes réservées au hasard et à la nécessité, et sur la question relative à la situation de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 G. B. Vico, Riprensione delle metafisiche di Renato Delle Carte, di Benedetto Spinosa e di Giovanni Locke, dans La scienza nuova, giusta l’edizione del 1744 con le varianti dell’edizione del 1730 e due redazioni intermedie inedite, par F. Nicolini, Bari, Laterza, 1942, vol.II, p. 179
2 G. B. Vico, De antiquissima Italorum sapientia, dans Opere filosofiche, par N. Badaloni e P. Cristofolini, Firenze, Sansoni, 1971, p. 486
3 Cfr. P. Fabiani, La filosofia dell’immaginazione in Vico e Malebranche, Firenze, Firenze University Press, 2002
4 Studi sul De antiquissima Italorum sapientia di Vico, par G.Matteucci, Macerata, Quodlibet, 2002
5 P. Cristofolini, La metafora del fiume e la metafisica, dans Ibid., pp. 13-19
6 Cfr. M. Vanzulli, Caso e necessità in Vico, dans « Quaderni materialisti », 2002, 1, pp. 7-39
7 M. Sanna, La « fantasia, che è l’occhio dell’ingegno ». La questione della verità e della sua rappresentazione in Vico, Napoli, A. Guida, 2001
8 Cfr. A.Battistini, Introduzione a G.Vico, Opere, Milano, Mondadori, 1999
9 G. B. Vico, Principj d’una scienza nuova, réimpression anastatique par M. Sanna et F. Tessitore, Napoli, 1991, p. 94.
10 G. B. Vico, Orazioni inaugurali I-VI, par G. G. Visconti, Bologna, Il Mulino, 1982, p. 91.
11 G. B. Vico, De nostri temporis studiorum ratione, dans Opere, par A. Battistini, Milano, 1990, vol.I, p. 145
12 G. B. Vico, Autobiografia, dansOpere, cit., p. 20.
13 P. Cristofolini, La Scienza nuova. Introduzione alla lettura, Firenze, La Nuova Italia, 1995, p. 112.
14 De antiquissima, cit., p. 86.
15 Ibid., p. 94.
16 D. Lachterman, Vico, Doria e la geometria sintetica, dans « Bollettino del Centro di studi vichiani », X (1980), pp. 10-35.
17 Cfr. P. Cristofolini, Vico pagano e barbaro, Pisa, ETS, 2001.
18 Cfr. G. D’Acunto, Topica e geometria nel ‘De ratione’ di Vico dans Vico e Gentile, par J. Kelemen e J. Pàl, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1995, pp. 93-103.
19 De antiquissima, cit., p. 74.
20 De antiquissima,cit. , p. 112.
21 G. B. Vico, Lettera di G. B. Vico a Muzio Gaeta, dans Epistole. Con aggiunte le epistole dei suoi corrispondenti, édition critique par M. Sanna, Napoli, Morano, 1992, p. 190
22 Ibid., p. 191.
23 De antiquissima, cit., IV, I, p. 84.
24 Epistole, cit., p. 196.
25 Ivi.
26 J. Locke, Saggio sull’intelletto umano, l.II, cap. XXIII, 2, a cura di M.e N.Abbagnano, Torino, Utet, 1982, p. 351. : Vico affirme : « L’esprit humain , en effet, est ainsi fait qu’à partir de la considération des choses absolument certaines et indubitables il parvient à la connaissance de Dieu, mais une fois parvenu à cette connaissance, lui apparaissent fausses ces choses qu’il avait auparavant retenues comme absolument certaines. Ainsi en général toutes les idées des choses créées semblent en une manière fausse eu égard à l’idée du Divin suprême, parce qu’elle se réfèrent à des objets qui, comparés à Dieu, ne semblent pas posséder une existence vraie propre. N’est vraie que la seule idée de Dieu, puisque lui seul existe vraiment. » « Senonchè la mente umana è così fatta che dalla considerazione di cose assolutamente certe ed indubitabili giunge alla conoscenza di Dio, ma giunta a questa conoscenza le appaioni false perfino quelle cose che prima aveva ritenuto come assolutamente certe. Perciò in genere tutte le idee delle cose create sembrano in certo modo false rispetto all’idea del sommo Nume, perché si riferiscono ad oggetti che, paragonati a Dio, non sembrano possedere una loro vera esistenza. Vera è la sola idea di Dio, poiché egli solo veramente esiste » (De antiquissima, op. cit., p. 110).
27 G. B. Vico, La scienza nuova seconda giusta l’edizione del 1744 con le varianti dell’edizione del 1730 e due redazioni intermedie inedite , par F. Nicolini, Bari, Laterza, 1942, vol.II, pp. 198-199
28 Nicolini dit dans son Commento storico alla seconda scienza nuova, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1978, vol.II, alinéa 1213, que le mot « ontologie » n’existe dans aucun texte platonicien, mais « peut-être Vico voulait simplement mettre en évidence que, pour Platon, la philosophie est la science de l’être, telle qu’elle est définie dans le Phédre ».
29 Cf. P. Cristofolini, La metafora del fiume, cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuela Sanna, « La métaphysique comme question de méthode », Noesis [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 30 mars 2006, consulté le 29 mars 2017. URL : http://noesis.revues.org/127

Haut de page

Auteur

Manuela Sanna

Directrice du Centre d’Etudes Vichiennes. (Naples)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org